Publié le 25 Novembre 2014

BFMTV.com nous montre dans son article du mardi 25 novembre 2014 que le pape François durant cette courte visite espère redonner de l'élan à une Europe plongée dans la crise et menacée de replis nationalistes. Le pape a été reçu à sa descente d'avion par la ministre de l'Écologie Ségolène Royal, accompagnée d'Harlem Désir, secrétaire aux Affaires européennes. Des représentants des autorités religieuses comme l'évêque de Strasbourg, et des autorités européennes étaient présents pour le saluer dès son arrivée sur le sol français.

Le pape a été chaleureusement accueilli dans l'hémicycle européen. Martin Schulz prononce un discours dans lequel il dit son "honneur" de l'accueillir : "Vos paroles s'adressent à nous tous quelque soit notre foi." Il déplore l'image d'une Europe "vieillie" devant le Parlement européen : "Le monde actuel est de moins en moins 'eurocentrique'". "Une des maladies que je vois se répandre en Europe est la solitude".

Le pape est très applaudi quand il critique en Europe "des style de vie égoïstes et une opulence insoutenable et souvent indifférente au monde environnant, surtout les plus pauvres". Il invite à "prendre soin de la fragilité des peuples et des personnes". "Trop de situations subsistent encore dans lesquelles les êtres humains sont traités comme des objets" dit le pape à Strasbourg.

En fustigeant la "culture du déchet", le pape critique l'euthanasie et l'avortement, mais pas seulement. Le pape a critiqué une société où l'être humain risque d'être réduit à un "simple engrenage". "Trop souvent lorsque la vie n'est pas utile au fonctionnement de ce mécanisme, elle est éliminée sans trop de scrupules, comme dans le cas des malades en phase terminale, des personnes âgées abandonnées sans soin ou des enfants avant de naître", a dit le souverain pontife applaudi par certains eurodéputés.

Il rappelle "la disponibilité du Saint-Siège" pour un "dialogue utile, ouvert et transparent" avec les institutions européennes. "J'estime fondamental le patrimoine que le christianisme a laissé par le passé mais avant tout la contribution qu'il pourrait apporter aujourd'hui pour le présent et pour l'avenir", lance le pape qui constate "un grand vide d'idées en Occident". Dont l'Église est aussi en partie responsable, trop occupée à se centrer sur le sociétal plutôt que le social.

Le pape recommande d'investir dans l'éducation, "à partir de la famille". Il estime qu'il est "nécessaire de redonner dignité au travail". Il invite aussi à "développer l'écologie humaine". Le pape aborde aussi la question de l'immigration: "Il est nécessaire d'affronter ensemble la question migratoire. On ne peut pas tolérer aujourd'hui que la Méditerranée devienne un grand cimetière". Il appelle l'Union européenne à offrir "aide et accueil" aux migrants clandestins.

Le pape invite à "tout faire pour que l'Europe découvre ou redécouvre sa grande âme". Il estime qu'elle est liée au christianisme. Le pape acheva son discours par une quasi standing ovation. "L'heure est venue de construire cette Europe qui ne tourne pas autour de l'économie mais autour de valeurs".

Le pape arrive enfin au Conseil de l'Europe pour le deuxième discours de sa visite éclair à Strasbourg. "La paix est un bien à conquérir. Il faut privilégier les nouveaux dynamismes dans la société", affirme le pape. Comme il l'a fait au Parlement européen et le fait régulièrement, le pape fustige une "culture du déchet" devant le Conseil de l'Europe. "Nous pouvons légitimement parler d'une Europe multipolaire", estime François. "Les migrants (...) ont principalement besoin que leur dignité de personne soit reconnue", affirme le pape. Le pape achève son discours devant le Conseil de l'Europe où il s'est montré timide sur la question de l'Ukraine et a porté un message similaire à son discours devant le Parlement européen..

Comme le dit 20minutes.fr, en quatre heures, le pape François s'est rendu en tant que chef d'État au Parlement européen et au Conseil de l'Europe. Dans ses discours, longuement applaudis dans les deux hémicycles, le souverain pontife a appelé l'Europe à un humanisme centré sur la dignité humaine, et à une action qui ne tourne "pas qu'autour de l’économie mais autour des valeurs inaliénables". Il a aussi été question de l'accueil des migrants clandestins, de la paix ou encore de la jeunesse.

Merci !

Le pape François déplore l'image d'une Europe vieillie

Voir les commentaires

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Publié le 24 Novembre 2014

BrasilPost.com.br du lundi 17 novembre 2014 nous montre que le père Roberto Francisco Daniel, connu comme le padre Beto, ne fait plus partie de l'Église catholique depuis le samedi 15 novembre 2014, lorsque le diocèse de Bauru, à São Paulo, publia la ratification de l'excommunication du prêtre. C'est le résultat d'une histoire qui remonte à 2013, causée par des avis "controversés" du padre Beto, un partisan de la communauté LGBT.

"Je crois en Dieu qui est amour. Dieu n'exclut personne (gay, couples secondes de mariage, etc.), mais il nous a aussi donné l'intelligence pour être en mesure de vivre dans l'amour des gens et de la vie ", écrit le padre Beto sur sa page Facebook, peu de temps après avoir appris la décision envoyée par le Vatican.

Le prêtre était loin de l'Église catholique depuis avril 2013, quand il fut convoqué pour se rétracter au sujet de ses opinions sur l'union de personnes du même sexe, sur les personnes divorcés remariés, la fidélité dans les relations amoureuses et la nécessité de mettre à jour et de modifier la hiérarchie de l'Église, alignant les "valeurs actuelles".

"Je ne vais pas m'excuser pour avoir dit que les homosexuels ont le droit de vivre leur vie, leur sexualité. Comme elle (l'Église catholique) a présenté ses excuses aux Juifs et à d'autres groupes, elle devra présenter des excuses au groupe LGBT pour avoir agi sous une forme d'homophobie déguisée", a-t-il dit à G1.

En réponse de son excommunication, le padre Beto envoya une vidéo sur You Tube le 22 novembre intitulée "E aí Papa?", qui est un message au pape François sur les attitudes de l'Église et sa position sur son excommunication. Comme il le signale, la ratification de son excommunication n'est pas une position de dialogue, et il demande au pape François où est l'Église ouverte qu'il veut construire. Il se demande également pourquoi les prêtres pédophiles exclus, ne sont pas excommuniés.

La vidéo "E aí Papa?" a été actuellement vue par 7473 personnes et les questions que pose le padre Roberto dans la vidéo sont très intéressantes à propos du mode de gouvernement au sein de la hiérarchie qui doit changer et apporter d'autres solutions aux problèmes que de faire taire des voix divergentes qui posent les bonnes questions mais dont l'Église donne les mauvaises réponses.

Merci !

Le défenseur de la communauté LGBT, le padre Beto est excommunié par le Vatican, mais ne se repend pas

Voir les commentaires

Publié le 23 Novembre 2014

LePoint.fr dans son article du samedi 22novmebre 2014 nous montre que la Fondation Lejeune et les évêques de France s'opposent à un projet de résolution discuté lundi à l'Assemblée affirmant que l'IVG est un "droit fondamental".

À quelques jours de l'examen à l'Assemblée nationale d'une proposition de résolution réaffirmant "le droit fondamental" à l'interruption volontaire de grossesse (IVG), L'Église de France monte au créneau. La députée PS Catherine Coutelle a déposé un texte qui réaffirme le droit à l'avortement et qui sera examiné le 26 novembre, jour anniversaire de l'examen de la loi Veil qui, il y a 40 ans, avait autorisé l'avortement en France. Ce texte "réaffirme l'importance du droit fondamental à l'interruption volontaire de grossesse pour toutes les femmes, en France, en Europe et dans le monde, rappelle que le droit universel des femmes à disposer librement de leur corps est une condition indispensable pour la construction de l'égalité réelle entre les femmes et les hommes, et d'une société de progrès, affirme le rôle majeur de la prévention, et de l'éducation à la sexualité, en direction des jeunes, affirme la nécessité de garantir l'accès des femmes à une information de qualité, à une contraception adaptée et à l'avortement sûr et légal, souhaite que la France poursuive son engagement au niveau européen, comme international, en faveur d'un accès universel à la planification familiale".

Il a reçu l'approbation de tous les présidents de groupe à l'Assemblée, dont Christian Jacob (UMP) et Philippe Vigier (UDI), mais il fait l'objet d'un lobbying intensif de la Fondation Lejeune, qui milite depuis quarante ans, contre ce droit. Les députés de l'opposition notamment ont reçu, selon Libération, des mails leur enjoignant de ne pas voter un texte "faux juridiquement" : le "droit universel des femmes à disposer de leur corps" n'est inscrit dans aucun texte national ou international, explique la Fondation. Ce à quoi les défenseurs de l'avortement pourraient rétorquer que, face aux attaques récurrentes que subit ce droit partout dans le monde, justement, il serait temps que cela le soit...

L'Église de France en a rajouté une couche ce samedi, qualifiant le projet de résolution de "surenchère pour imposer l'avortement comme un acte médical banal". Surenchère qui, selon Mgr Guy de Kerimel, évêque de Grenoble et président d'un groupe de travail sur l'avortement au sein de la Conférence des évêques de France, en dit long "sur la difficulté à fonder de manière solide ce droit fondamental". "Un droit humain peut-il reposer sur la négation du droit à la vie d'autres êtres humains au tout début de leur existence et de leur croissance ?" écrit-il dans un communiqué. Et de poursuivre : "Nous sommes tous passés par le stade embryonnaire, l'aurions-nous oublié ?"

Pour la Conférence des évêques de France, il va sans dire que "la promotion de la liberté des femmes et de l'égalité homme-femme est une cause juste à laquelle on ne peut que souscrire". Mais, ajoute-t-elle, "de quelle liberté parle-t-on ? Quand on lit le récit de bon nombre de femmes qui ont avorté, on entend leur angoisse, la pression de l'entourage, souvent du géniteur, et la souffrance qu'elles éprouvent durablement d'avoir été amenées à commettre un acte qu'elles ressentent comme grave." "Pourquoi le traumatisme post-abortif est-il laissé sous silence ou simplement nié ? s'interroge le porte-parole des évêques. Peut-on parler de liberté quand la parole est interdite ?" L'évêque n'évoque pas les témoignages de femmes dissuadées d'avorter par des médecins ou leur entourage, de l'angoisse de celles qui craignent d'être hors délai ou encore de la difficulté d'obtenir une information fiable sur le sujet, comme le montre un témoignage sur Rue 89.

Selon Mgr de Kerimel, "c'est en amont qu'il faut travailler à la promotion de la liberté des femmes et à l'égalité homme-femme pour qu'une grossesse ne devienne pas comme une agression qui justifierait une légitime défense en supprimant l'agresseur bien innocent, à qui l'on fait porter les conséquences de comportements irresponsables", conclut Mgr de Kerimel, qui prône donc la prévention. Prévention est justement l'une des exigences du texte qui doit être discuté à l'Assemblée.

Cet article montre que l'Église ne comprend pas la question de l'avortement qui doit être posée de façon concrète et sans exagération, non de façon négative au point d'amener l'incompréhension des fidèles. Comme l'avait montré un sondage BVA pour Aujourd'hui en France/Le Parisien dimanche du 22 février 2014, 90 % des catholiques français dans leur ensemble sont favorables à l'avortement, chez les catholiques pratiquants réguliers 63% l'approuvent.

Merci !

Voir les commentaires

Publié le 22 Novembre 2014

L'article de Vatican Insider du samedi 22 novembre 2014 nous montre que le pape François a reçu dans la salle Clémentine les participants au troisième congrès mondial des mouvements ecclésiaux et des communautés nouvelles réunis sur le thème "La joie de l'Evangile, une joie missionnaire", organisé par le Conseil Pontifical pour les Laïcs.

Le pape François a demandé aux 350 personnes présentes, que "pour parvenir à la maturité de l'Église", il faut "préserver et maintenir la fraîcheur du charisme, respecter la liberté des gens et toujours chercher la communion, il ne faut pas oublier que la conversion doit être missionnaire". "Nous devons, dit-il, toujours revenir aux sources du charisme pour relever les défis."

"Allez, sans chercher le spectacle", a déclaré le pape, au pied levé, aux participants du congrès, après avoir rappelé qu'"un progrès moral ou spirituel atteint en misant sur l'immaturité de gens est un succès apparent, destiné au naufrage." Car "Chaque personne a son temps : elle chemine à son rythme, et nous devons l’accompagner".

Enfin, le pape François rappelle "l'importance de la communion", "parce que, dit-il, le frère vaut beaucoup plus que nos positions personnelles à son sujet : pour lui le Christ a versé son sang pour que nos idées ne soient pas venues pour rien", et donc la "vraie communion, ne peut alors pas exister dans un mouvement ou une nouvelle communauté, si elle ne s'intègre pas dans la communauté plus large qu'est notre sainte Mère l'Église."

Belle mise au point du pape François qui démontre de façon subtile les limites des mouvements ecclésiaux et des communautés nouvelles. Il souhaite probablement que ces mouvements suivent un autre chemin plus profond et stratégique et pas seulement émotionnel.

Merci !

Voir les commentaires

Publié le 21 Novembre 2014

Libération.fr nous montre que le pape François a dit le jeudi 20 novembre 2014 devant la FAO redouter que la planète ne «s’autodétruise», par la surexploitation de ses ressources naturelles, tout en rappelant aux États leurs devoirs envers les «affamés».

«Il faut à nouveau protéger la terre pour éviter qu’elle ne s’autodétruise», a déclaré le pape devant la reine Letizia d’Espagne et un parterre de ministres rassemblés au siège de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), à l’occasion d’une conférence internationale sur la nutrition.

«Tandis qu’on parle de nouveaux droits, l’affamé est au coin de la rue à demander d’être inclus dans la société et d’avoir le pain quotidien. C’est la dignité qu’il demande et pas l’aumône», a également affirmé le pape, dont c’était la première visite à la FAO, qui a son siège à Rome.

«Les personnes qui manquent du pain quotidien, en sont réduits à lutter pour survivre au point de ne plus se préoccuper de vie sociale ni de rapports familiaux», a-t-il observé, évoquant la dissolution des liens sociaux qui résulte de la faim.

L’Église catholique, a-t-il argumenté, entend «aider à adopter des critères en mesure de développer un système mondial juste», qui, «au plan juridique, doivent lier entre eux droit à l’alimentation et droit à la vie, droit à une existence digne, droit à une protection légale (...) mais aussi obligation morale du partage des richesses».

«Il y a de quoi nourrir tout le monde, mais tous ne parviennent pas à manger, alors que le surplus et le rebut, la surconsommation et l’usage détourné d’aliments sont monnaie courante», a-t-il ajouté, dénonçant la «spéculation» dictée par la «dictature du profit».

Appelant à renoncer à l’arme de la faim, le pape a aussi jugé inique «tout conditionnement politique et économique» de l’accès aux aliments.

«Aucun système discriminatoire, de fait comme de droit, quant à l’accès au marché des aliments, ne devrait être pris comme modèle de modification des normes internationales destinées à l’élimination de la faim dans le monde», a-t-il martelé.

«Malheureusement, a-t-il poursuivi, il y a peu de sujets comme la faim auxquels on applique tant de sophismes, dont on manipule les données et les statistiques en fonction de la sécurité nationale, par corruption ou référence feinte à la crise», a-t-il déploré.

Le pape François a également souligné la gravité de la situation de l’environnement, faute de bonne exploitation des ressources naturelles. «Dieu pardonne toujours, les hommes quelquefois, mais la nature ne pardonne jamais», a-t-il lancé, alors qu’il prépare pour l’an prochain une encyclique sur la protection de l’environnement et le respect de la nature.

Lors de la première conférence organisée par la FAO sur la nutrition en 1992, plus d’un milliard d’êtres humains ne mangeaient pas à leur faim. Aujourd’hui, ce total est tombé à 805 millions, alors que la population mondiale a augmenté. C’est la quatrième visite d’un pape à la FAO, après celles de Paul VI en 1970 à l’occasion des 25 ans de sa création, de Jean Paul II en 1992 et de Benoît XVI en 2003.

Le pape François est venu à la FAO pour demander à ce que les États respectent leurs devoirs en assurant que l’homme devait être prioritaire dans leurs actions, soutenant aussi que les affamés réclamaient de la dignité et non l’aumône, tout en remerciant le personnel de la FAO pour son esprit de solidarité et de compréhension.

Merci !

Le pape met en garde contre une «autodestruction» de la planète

Voir les commentaires

Publié le 20 Novembre 2014

The Tablet dans son article du mercredi 19 Novembre 2014 nous montre que le pape François a approuvé la levée de l'interdiction de l'ordination d'hommes mariés à la prêtrise dans les Églises orientales catholiques en dehors de leurs territoires traditionnels, y compris aux États-Unis, au Canada et en Australie. Il est entendu que l'interdiction n'a jamais été appliquée en Europe, et au cours de ces dernières années, certains évêques catholiques orientaux sont allé de l'avant en faisant des ordinations discrètement sans l'approbation du Vatican.

Le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Églises orientales, a signé le décret le 14 Juin 2014 qui a été rendu public cette semaine. L'évêque melkite Nicholas Samra de Newton, au Massachusetts, a déclaré à Catholic News Service aux États-Unis le 15 Novembre : "Nous sommes ravis de la levée de l'interdiction." En 2010, les membres du synode des évêques pour le Moyen-Orient avaient officiellement demandé le pape Benoît XVI d'abandonner cette interdiction.

Le Vatican a introduit l'interdiction en 1929 après que les évêques de rite latin en Amérique du Nord et d'autres régions dirent à Rome que la présence de prêtres mariés de rite oriental était une source de confusion parmi leurs fidèles. L'ordre interdit les Églises orientales d'ordonner des hommes mariés à l'Ouest et d'envoyer des prêtres mariés à l'Ouest. En 1998, les évêques d'Australie publièrent une déclaration officielle disant qu'ils n'avaient pas d'opposition envers les prêtres mariés de l'Est de l'Australie. Les évêques américains et canadiens exprimèrent des opinions similaires, bien que moins officiellement.

Pourtant, ces 10 dernières années, certains évêques catholiques orientaux appliquèrent l'ordination d'hommes mariés en Amérique du Nord ou acceptèrent des prêtres mariés venant de leur Église. En 1998, le cardinal Angelo Sodano, alors secrétaire d'État du Vatican, avait ordonné aux évêques catholiques ukrainiens en Pologne d'utiliser seulement des prêtres célibataires et d'envoyer leurs prêtres mariés en l'Ukraine.

Il faut dire qu'avec l'admission d'anciens anglicans, les vieilles interdictions à propos du célibat sacerdotal devront changer, et permettre de penser à une solution mixte où des hommes mariés pourront être ordonnés.

Merci !

Voir les commentaires

Publié le 19 Novembre 2014

Boston.CBSLocal.com et HuffingtonPost.com dans leurs article du dimanche 16 novembre et du lundi 17 novembre 2014 nous montrent que le cardinal Sean O'Malley dans le cadre d'une entrevue pour "60 Minutes" qui fut diffusé le dimanche 16 novembre 2014, déclara que s'il devait démarrer une Église il aimerait avoir des femmes prêtres, même s'il est resté sur les postions traditionnelles de l'Église.

Le pape François a suggéré que le rôle des femmes dans l'Église devrait être élargi, et le cardinal O'Malley dit qu'il est d'accord pour que plus de femmes aient des positions de pouvoir au sein de la curie. Le cardinal O'Malley a déclaré : "Je pense que cela devrait l'être. Et nous espérons, qu'il y en aura ". "Je ne peux pas vous dire à quelle heure, mais bientôt je l'espère."

Mais le cardinal O'Malley s'en tient aux positions traditionnelles de l'Église sur la question de savoir si les femmes devraient être ordonnés. Comme le dit le cardinal : "Si je devais fonder une Église, je souhaiterais qu'il y ait des femmes prêtres, mais c'est le Christ qui l'a fondée et il nous a donné quelque chose de différent." Le seul problème est que Jésus n'a pas crée d'Église-institution, ni de prêtrise. Son mouvement était synagogal et composé de laïcs. Ce n'est que plus tard, en forçant les textes qu'on en arriva à faire croire que Jésus avait créé une institution et une prêtrise.

D'autre part, il pense que la répression du Vatican sur la Leadership Conference of Women Religious est une "catastrophe". La LCWR représente environ 80% des religieuses américaines, et fut critiqué par le Vatican pour se concentrer sur les questions de justice sociales au lieu de faire avancer l'enseignement catholique sur l'avortement et la sexualité. Le Vatican a nommé trois évêques pour superviser l'organisation.

Le cardinal Sean O'Malley souhaite une meilleure place aux femmes, on peut penser qu'il est sincère mais il faut être prudent car il y a eu beaucoup de promesses faites aux femmes, il est grand temps de donner des actes plutôt que des mots. Malheureusement la prêtrise des femmes n'est toujours pas à l'ordre des jours.

Merci !

Voir les commentaires

Publié le 17 Novembre 2014

20minutes.fr nous montre que le pape François ne s’exprimait pas dans le cadre du débat en France sur la filiation. Mais, sans surprise, le pape François estime également que les enfants "ont le droit de grandir dans une famille, avec un papa et une maman, capables de créer un environnement idoine à leur développement et à leur maturation affective."

Selon des extraits de son discours diffusés, ce lundi 17 novembre 2014, par la radio vaticane, le pape s’exprimait lors de l’ouverture d’un colloque au Vatican consacré à la «complémentarité de l’homme et de la femme». Le principe de complémentarité n'est en rien un principe d'égalité, puisque la femme est seulement vue en tant qu'associée de l'homme.

Ce colloque interreligieux doit rassembler au Vatican pendant trois jours des dirigeants catholiques, juifs, musulmans et d'autres confessions "dans le but de proposer à nouveau la beauté de l'union naturelle entre l'homme et la femme dans le mariage". Mais, cela permettra de mettre dans l'ombre les familles qui ne correspondent pas au critères religieux comme les familles monoparentales, homoparentales et recomposées, mais aussi les couples sans enfants. Elles existent et l'Église devra un jour où l'autre leur faire une place.

Dimanche 16 novembre, dans l'Osservatore Romano, le journal du Vatican, le cardinal Gerhard Müller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, qui veille au respect du dogme catholique, a rappelé de son côté que "le premier lieu de la différentiation sexuelle (...) est l'expérience de la filiation", alors qu’en France, le débat est ravivé par la prise de position de Nicolas Sarkozy sur la loi Taubira ouvrant le droit au mariage pour tous.

Mais la différenciation sexuelle est surtout donné par des critères sociétaux et elle peut être façonné par son milieu culturel, donc ce qu'on peut penser comme fixé ne peut être qu'une construction de celui-ci. C'est seulement durant l'adolescence qu'on commence à concevoir qu'on peut être pleinement homme et femme, enfant on imite ses parents, et les choix sexuels ne peuvent donc être établis dès l'enfance.

Il n'est pas étonnant que le pape François soit pour la famille traditionnelle, vu qu'il l'a défendu en Argentine, mais il va bien falloir qu'il accepte aussi de trouver une place aux familles et aux couples qui ne cadrent pas avec sa vision, car l'amour de Dieu est sans limites.

Merci !

Voir les commentaires

Publié le 16 Novembre 2014

«Le consensus est toujours préférable à la division», a déclaré le dimanche 16 novembre 2014 François Hollande après que Nicolas Sarkozy, qui ambitionne de prendre sa revanche à l’élection présidentielle de 2017, eut relancé le débat en France sur le mariage homosexuel comme le montre l'article du site d'information LesEchos.fr. Pressé dans son camp de clarifier ses positions sur la loi controversée du 17 mai 2013 qui autorise les unions entre couples de même sexe, l’ancien président UMP a prôné samedi une réécriture «de fond en comble» de la loi Taubira dans un exercice militant empreint de confusion.

Lors d’une réunion publique du mouvement «Sens commun», trait d’union entre «La Manif pour tous» et l’UMP qui recevait les trois candidats à la présidence du parti d’opposition, Nicolas Sarkozy a déclaré que la loi serait «réécrite de fond en comble» et a proposé l’instauration de deux mariages : «un pour les homosexuels, un pour les hétérosexuels».

Face à une salle récalcitrante et houleuse, où le slogan «Abrogation !» fusait, l’ancien président a alors ajouté : «Si vous préférez qu’on dise qu’on doit l’abroger pour en faire une autre, en français ça veut dire la même chose, mais ça aboutit au même résultat. Mais enfin, si ça vous fait plaisir, franchement, ça coûte pas très cher». Lors d’une interview à La Provence en octobre, Nicolas Sarkozy avait assuré qu’il rassemblerait toute «la famille sur la position la plus raisonnable possible».

Bruno Le Maire, qui souhaite le maintien de la loi et ambitionne d’imposer un second tour à l’ex-président, a invité à se «méfier de toutes ces belles promesses» d’abrogation «qui ne seront pas tenues». Le troisième concurrent, Hervé Mariton, milite depuis le vote de la loi pour son abrogation.

Interrogé à ce sujet en marge du sommet du G20 à Brisbane (Australie), François Hollande a appelé à l’apaisement. «Cette loi est respectée, elle est d’ailleurs chaque jour mieux comprise. Ensuite il appartiendra, s’il devait y avoir alternance, à ce que ce débat se repose», a-t-il commenté. «Mais aujourd’hui, il n’est pas posé, il n’est plus posé et je vais vous dire aussi que dans ce débat-là, qui est maintenant derrière nous, moi je pense que l’apaisement est la meilleure des méthodes. Le consensus est toujours préférable à la division», a-t-il ajouté.

À Paris, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, s’est chargé de la contre-attaque. «C’était un peu deux mariages et un enterrement pour Nicolas Sarkozy», a-t-il dit au «Grand Rendez-vous» Le Monde/i>Télé/Europe 1. «Un enterrement : l’aspiration à l’égalité que portait la loi Taubira puis un enterrement des promesses qu’il fait lui-même de fermeté, de conviction, de capacité à résister», a jugé Bernard Cazeneuve. «Si je comprends bien, a-t-il poursuivi, il est dans une salle, il prononce une phrase, la foule présente dans la salle dit autre chose et lui, il finit par dire comme la foule». «Je pense que quand on a des convictions, on fait en sorte que la foule s’y rallie, pas l’inverse», a-t-il conclu.

Le secrétaire national du Parti communiste, Pierre Laurent, a dénoncé sur France 3 un «coming-out homophobe» consenti dans l’improvisation. Il a critiqué la proposition «invraisemblable» et «anticonstitutionnelle» d’un double mariage, qui s’apparente selon lui à «une politique de discrimination incroyable».

Les positions des principaux prétendants à l’Elysée au sein de l’UMP sont désormais connues. François Fillon juge une abrogation irréaliste et souhaite réécrire la loi pour restreindre notamment les possibilités d’adoption par les couples homosexuels. Dans une interview parue cette semaine dans les «Inrockuptibles», Alain Juppé se dit «convaincu qu’on ne reviendra pas en arrière» et se dit favorable à l’adoption par un couple de même sexe si «les conditions d’épanouissement de l’enfant son réunies».

Pourtant, en privé Nicolas Sarkozy juge que «ça n’est pas un sujet.» Comme le montre 20minutes.fr, plus des deux tiers des Français (68%) sont favorables au mariage homosexuel et une majorité (53%) sont pour l'adoption d'enfants par des couples de même sexe, l'approbation de ces nouveaux droits progressant très nettement chez les sympathisants UMP, selon un sondage Ifop publié samedi sur le site Atlantico.

Nicolas Sarkozy n'a pas montré une image de rassembleur, lui qui essayait de faire passer une image ressemblant à celle de Chaban-Delmas, et en appuyant un mouvement minoritaire et réactionnaire comme "Sens commun", il ne peut que s'éloigner de sa base militante mais aussi du peuple. François Hollande peut ainsi se poser en rassembleur à propos d'une question qui n'a plus lieu d'être vu que le mariage et l'adoption pour les couples de même sexe ont été adopté.

Merci !

Mariage pour tous : Hollande répond à Sarkozy

Voir les commentaires

Publié le 15 Novembre 2014

L'Express.fr dans son article du vendredi 14 novembre 2014 nous montre que le cardinal de Boston Sean O'Malley, proche conseiller du pape François, a affirmé que le Vatican devait mettre en pratique sa politique de tolérance zéro en matière de pédophilie et de non-dénonciation de pédophilie en se saisissant "urgemment" du cas d'un évêque.

Il a surtout indiqué sur la chaîne CBS que le Saint-Siège devait "se saisir urgemment" du cas de Mgr Robert Finn, toujours en fonction dans le diocèse de Kansas City-Saint Joseph alors qu'il a été reconnu coupable il y a deux ans de non-dénonciation de crime pédophile de la part d'un prêtre. Le "pape François en est conscient", a ajouté le cardinal lors d'une interview à paraître dimanche et dont des extraits ont été publiés vendredi par CBS.

L'Église catholique américaine n'en finit plus de chercher à se dépêtrer d'un énorme scandale de pédophilie de ses prêtres, qui a démarré dans les années 1980 et lui a coûté près de trois milliards de dollars en dédommagements. Elle a été accusée de chercher à étouffer les affaires, les évêques se contentant de déplacer les coupables de paroisse en paroisse sans être eux non plus inquiétés par leur hiérarchie.

"Ce qui est le plus important, c'est la question de la responsabilité", a ajouté le cardinal sur CBS. "Nous sommes en train de réfléchir à l'idée d'avoir des protocoles, à savoir comment répondre quand un évêque n'a pas assuré la protection des enfants de son diocèse".

L'évêque de Kansas City a été reconnu coupable il y a deux ans de non-dénonciation de crime pédophile et condamné à deux ans de mise à l'épreuve. À la suite de son prédécesseur Benoît XVI, le pape François prône la tolérance zéro contre la pédophilie mais le Vatican a été plusieurs fois pointé du doigt pour son manque d'initiative.

En septembre dernier toutefois, il a annoncé l'ouverture d'une procédure pénale pour pédophilie contre son ancien nonce apostolique (ambassadeur) en République dominicaine, le Polonais Josef Wesolowski, qui pourrait aboutir au premier procès pour pédophilie dans la petite cité-Etat. Le pape François a aussi excommunié un prêtre argentin pédophile, José Mercau, un geste applaudi par des défenseurs des victimes d'agressions par des membres du clergé.

Pourtant le pape François a créé le mardi 11novmebre 2014 une cellule spéciale afin d’accélérer l’examen au Vatican des appels de prêtres condamnés dans leur diocèse pour des fautes graves, dont les crimes de pédophilie. Le but est de permettre de blanchir plus rapidement les prêtres injustement sanctionnés, mais aussi de rendre plus rapidement définitive la condamnation des autres. Pourquoi ne pas laisser ce travail à la justice qui s'est montré aussi compétente dans ce rôle, ainsi le Vatican ne se verra pas reprocher d'obstruction à la justice.

La tolérance zéro est une bonne chose, mais elle doit être accompagnée d'un vrai souci de transparence, et doit pousser l'Église à chasser et à livrer les prêtres pédophiles à la justice pour que les victimes aient enfin gain de cause.

Merci !

Voir les commentaires