France : une étude démonte les «a priori» sur les catholiques

Publié le 27 Février 2014

Comme le montre RFI.fr dan son article du lundi 24 février 2014, les personnes qui ont défilé contre le mariage pour tous ou, plus récemment, contre le droit à l'avortement, sont-elles représentatives des catholiques de France ? Il semble que non. C'est l'information qui ressort d'un sondage commandé par le quotidien Le Parisien / Aujourd'hui en France. Alors que le Vatican doit présenter ce lundi 24 février les résultats de la grande enquête lancée par ses soins à destination des catholiques du monde entier pour déterminer leurs mœurs familiales.

Au total, 63% des Français se déclarent catholiques, dont une grosse moitié se dit non pratiquante. Et ce qui ressort du sondage publié ce dimanche 23 février par le quotidien Le Parisien / Aujourd'hui en France, c'est qu'ils sont loin de coller à l'image que l'on peut un peu trop rapidement leur donner. En effet, 90% d'entre eux se disent favorables au droit à l'interruption volontaire de grossesse, 54% n'ont pas de problème avec le mariage homosexuel, et un peu plus de 40% est même pour leur droit à l'adoption.

Alors, ces chiffres sont certes un tout petit peu en-dessous de la moyenne nationale, non croyants et autres religions compris. Mais ils viennent balayer l'idée que tous les catholiques de France supportent des mouvements comme la Manif pour tous.

Chez les personnes qui se disent pratiquantes, là, c'est un peu différent. Le mariage homosexuel n'est plus du tout accepté, seulement 37% s'y déclarent favorables. Un point commun, cependant, entre les personnes croyantes, et non croyantes, la question de la PMA. La procréation médicalement assistée pour les couples homosexuels, seulement 39 % des français y sont favorables. A peine moins chez les catholiques (30 %).

Enfin, dernier enseignement, une grande majorité de personnes, là aussi, croyantes ou non, est favorable à une modernisation de la ligne de l'Église sur les questions de société, telles que l'autorisation des moyens de contraception ou le mariage des prêtres.

Cette étude démontre l'écart entre les fidèles et la hiérarchie sur la morale sexuelle, ce qui n'est pas étonnant en soi puisque depuis Humanae Vitae en 1968, les fidèles veulent que l'Église n'aillent pas dans leur chambre à coucher, par respect de la vie privée.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article