Et si l'Église essayait sa réforme par les laïcs

Publié le 23 Août 2014

La crise actuelle de l'Église n'est pas d'un manque de foi en Dieu, mais plutôt un effondrement de la confiance envers le leadership de l'Église. La direction de l'Église semble indifférent et arrogante, mais aussi réticente à tenir elle-même ses responsabilités devant ses paroissiens sur les abus sexuels des prêtres, sur la chutes des vocations et de la pratique. En fin de compte, il faut mettre plus étroitement dans la direction de l'Église les divers et pieux laïcs qui la compose pour les voir comme les instigateurs de vastes et nécessaires réformes.

Historiquement, les changements dans l'Église catholique est toujours venu du bas vers le haut. Mais durant les temps anciens, le changement venait d'ordres religieux influents, de moines et de religieuses ainsi que de champions individuels, comme Thérèse d'Avila et Hildegarde de Bingen.

Aujourd'hui, avec le nombre de religieuses et de moines qui chutent encore plus vite que les prêtres, c'est aux laïcs de créer la révolution d'en bas. Les laïcs sont ce leadership émergeant d'un mouvement qui est en déjà en place dans l'Église, où ces derniers lisent maintenant les Écritures à la messe, distribuent la communion aux fidèles, donnent des cours de catéchisme et servent comme aumôniers dans les hôpitaux et dans les universités.

Les laïcs devront développer dans l'Église une relation plus complexe avec les écritures, desserrer ses structures de pouvoir afin de permettre une participation plus laïque, purger les prétentions et les comportements politiques de l'Église, abroger l'infaillibilité pontificale et souligner l'enseignement de Jésus, tout en rendant l'Église démocratique, et en se repentant de l'antisémitisme, du sexisme, de l'homophobie, et de bien d'autres maux en admettant que l'Église a péché.

L'Église n'a jamais essayé de se servir des laïcs en dehors du sérail, après tout ils peuvent apporter leur expérience du monde leurs efforts afin que la réforme de l'Église marche. Et si le pape François se tournait vers eux pour réussir sa réforme.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Pensées de paroissiens-progressistes

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Olivier 24/08/2014 13:56

"....Les laïcs devront développer dans l'Église une relation plus complexe avec les écritures, desserrer ses structures de pouvoir afin de permettre une participation plus laïque, purger les prétentions et les comportements politiques de l'Église, abroger l'infaillibilité pontificale et souligner l'enseignement de Jésus,"
---------------------------------------------------------------------------------------------------------
D'accord avec votre réflexion mais ceux que Eugen Drewermann appellent " les fonctionnaires de Dieu" n'abandonneront jamais leurs privilèges et pouvoirs sur les gens .

Je verrais volontiers le christianisme s'interroger sur deux questions mais il ne le fera jamais :

a) mettre le doigt sur ce qui relève des emprunts à la mythologie antique . Pourquoi toujours cette ambiguïté entre le fait historique qui s'est réellement produit et l'image ,le symbolisme , la métaphore ?

b) s'intéresser à l'histoire du christianisme . Qui en est le fondateur ? D'une façon simpliste ,on dira : c'est Jésus . C'est loin d'être évident . Il faut plutôt voir du côté de ses héritiers ,quelques siècles après lui .

c) et enfin un 3 e point assez complémentaire des deux précédents : il existe un gouffre ,un univers entre le Jésus historique et le Christ de la foi .

paroissiens-progressistes 02/09/2014 17:14

Olivier,

Vous visez juste, ces trois questions pourraient donner la réponse à de nombreux errements de l’Église dans l'histoire. Cela épouse parfaitement cette citation de Jacques de Bourbon Busset : «Jésus, de retour sur terre, s'étonnerait qu'on le commente tant et qu'on essaie si peu de l'imiter.»

Finalement, les "fonctionnaires de Dieu" seront obligés d'abandonner leur pouvoir quand ils ne pourront plus le faire subir à personne. Ou bien, il changeront de mentalité, mais cela mettra du temps.

Merci !