Selon le chef des évêques italiens, l'Église catholique doit accueillir "les couples non conventionnels"

Publié le 29 Août 2014

L'Église catholique doit tout faire pour que les "couples non conventionnels" se sentent chez eux au lieu d'en faire les cibles d'une "discrimination de facto", c'est ce qu'à déclaré cette semaine le chef de la Conférence épiscopale italienne, qui est aussi un allié du pape François, selon NCRonline.org dans son article du jeudi 28 août 2014. Les remarques de Mgr Nunzio Galantino ont été largement rapportés dans les médias italiens, dont Avvenire, le journal officiel de la hiérarchie italienne, et ont été traduites par l'agence de nouvelles italienne ANSA.

Mgr Nunzio Galantino déclare en faisant ici une référence apparente aux catholiques divorcés, que "Les couples dans des situations matrimoniales irrégulières sont aussi des chrétiens, mais ils sont parfois regardés avec préjudice". Il avait déjà dit mercredi 27 août dans un discours durant une conférence nationale sur la liturgie dans la ville italienne d'Orvieto que "Le fardeau de l'exclusion des sacrements est un prix injustifié à payer, en plus de la discrimination de facto".

Galantino était le choix du pape François au mois de mars pour conduire l'hargneuse hiérarchie italienne, et dès le début l'évêque adopta l'approche inclusive du pontife. Cela a souvent causé des ennuis à Galantino, du fait qu'il parla de la nécessité pour l'Église d'accueillir les gays et d'envisager le célibat optionnel pour le sacerdoce.

Mais Galantino n'a pas adouci ses vues, qui sont particulièrement dignes d'intérêt, qu'il continua à mettre en avant en octobre 2013 lorsque le synode des évêques, pour discuter de ces questions face à la famille moderne. Comment faire face aux gays et aux couples qui cohabitent est un sujet susceptible de discussion, mais la question de savoir si les catholiques qui ont divorcé sans annuler leur mariage peuvent prendre la communion est devenue un point focal des différends entre les évêques.

C'est parce que cette question est test pour savoir ce que sera l'Église sous le pape François, ou si elle pourra modifier ses politiques en matière du sacrement central de la communion. Certains disent qu'un tel changement est impossible, tandis que d'autres disent que les changements ne sont pas seulement possible mais impératifs étant donné que tant de couples divorcés et remariés se sentent en dehors de l'Église.

Dans son discours, Galantino, qui est le secrétaire général de la Conférence épiscopale italienne, souligne que tout le monde devrait "se sentir à la maison" dans l'église, et en particulier durant la messe - y compris les migrants, les handicapés, les pauvres et les relations non conventionnelles. Il parla également de la nécessité pour les églises de rendre leurs bâtiments accessibles aux personnes handicapées, par exemple, et dit que les catholiques devraient veiller à ce que les pauvres ne soient pas traités différemment des riches à la messe.

Mais il est surtout apparu comme envoyant un message fort pour les catholiques divorcés remariés qui sont exclus des sacrements. Il signale qu'"Ils vivent leur situation avec une grande souffrance", "et ils qu'ils perçoivent les règles de l'église comme très sévères, sans compassion pour ne pas dire punitives."

Mgr Nunzio Galantino est un souffle d'ait frais en Italie puisqu'il a dit au mois mai 2014: "Je ne m’identifie pas au visage sans expression de ceux qui récitent le Rosaire devant des cliniques qui pratiquent l’avortement". Le choix du pape François a été judicieux puisque cet évêque italien marque une ouverture envers ceux qui ne vivent pas une vie de couple conventionnelle pour l'Église, pour lui ils sont avant tout chrétien et cela permet de voir que l'Église peut parler à la société d'une manière plus juste.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Fabien 30/08/2014 18:16

Bonjour,

J'aime lire ce haut personnage de l'église en fait-il autant dans son diocèse et ses paroisses, à vous lire et au vue des mes recherches effectivement comme quoi les mentalité même les plus sceptique peuvent évoluer d'autre personnalité devrais prendre exemple sa permettrai à tout le monde de pouvoir gagner en bon sens, merci à eux qui veulent que sa bouge, cordialement

paroissiens-progressistes 31/08/2014 18:57

Fabien,

Le changement vient quand on est prêt à faire évoluer sa façon de pensée, et beaucoup d'évêques sont bien plus modernes qu'on pourrait le croire, encore faut-il les trouver.

Merci !