Le pape François prie pour les chrétiens persécutés

Publié le 4 Avril 2015

Le pape François prie pour les chrétiens persécutés

fr.reuters.com nous montre dans son article du vendredi 3 avril 2015 que le pape François a présidé aux cérémonies du Vendredi saint, priant pour les chrétiens persécutés dans le monde au lendemain de l'attaque d'un campus universitaire au Kenya par des combattants islamistes somaliens. L'opération menée par les djihadistes qui visaient des étudiants chrétiens à l'université de Garissa dans l'est du Kenya a fait au moins 147 morts.

"Nous voyons en vous (Jésus) nos frères persécutés, décapités et crucifiés en raison de leur foi sous nos yeux et avec notre silence complice", a dit le Saint-Père après la traditionnelle procession du chemin de croix dans les ruines du Colisée. Le pape s'est exprimé d'une voix sombre alors que des fidèles se relayaient pour porter la croix au long des 14 "stations" commémorant les dernières de la vie du Christ.

Plus tôt dans la journée, le père Raniero Cantalamessa, prédicateur de la Maison pontificale, a dénoncé l'indifférence de la communauté internationale face à la persécution des chrétiens dans le monde. Dans son sermon à l'occasion de la messe traditionnelle du Vendredi saint, le père Cantalamessa a lui aussi évoqué l'attaque des Chabaab à Garissa, jeudi.

"Bien sûr, les chrétiens ne sont pas les seules victimes de violences homicides dans le monde mais nous ne pouvons pas ignorer que dans de nombreux pays ils sont les victimes les plus fréquemment visées", a dit Raniero Cantalamessa lors de l'office célébrant la "Passion du Christ". Le père a également dénoncé "la troublante indifférence des institutions mondiales et de l'opinion publique face à ces massacres de chrétiens". Outre l'attaque des islamistes somaliens qui visaient des étudiants chrétiens kényans, le prédicateur a rappelé le sort des 22 Coptes égyptiens qui avaient été décapités sur une plage libyenne par des djihadistes de l'État islamique en février.

Il n'y a pas d'indifférence, car le sort des chrétiens d'Orient inquiète comme celui des autre minorités religieuses, le problème est que les pays du Proche-Orient et les nations occidentales n'ont pas pu ou su les protéger, il serait préférable que l'ONU permette des interventions internationales qui peuvent être africaines, arabes ou bien européennes, comme le fait déjà la France au Mali et en Centrafrique, dans tous les pays menacés par le radicalisme musulmans, et favoriser l'éducation et la réduction de la pauvreté qui sont les meilleures armes contre le fanatisme religieux. Il est bon que le pape nous rappelle nos devoirs.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bonjour, Paroissien-Progressiste<br /> <br /> EN effet, il est faux de dire que le monde se fiche des chrétiens d'Orients : on n'en parle de plus en plus depuis l'arrivé de l'Etat islamique. Mais bon, maintenant qu'on en parle il serait temps de prendre quelques mesures au lieu de se contenter de regarder en bâillant et en laissant le président égyptien Al-Sissi et le roi de Jordanie Abdallah II le soin de lutter seuls. <br /> <br /> Cordialement
Répondre