À Cuba, le pape souligne les «sacrifices» de l’Église

Publié le 21 Septembre 2015

À Cuba, le pape souligne les «sacrifices» de l’Église

LesEchos.fr et la-Croix.com nous montre qu'en artisan du rapprochement entre le régime castriste et les États-Unis, le pape souligne le «rôle social» de l’Église, auprès d’une population exsangue.

Le pape François a rendu un hommage appuyé ce lundi 21 septembre 2015 aux «effort » et aux «sacrifices» de l’Eglise dans une société cubaine en pleine transition, devant une foule de fidèles à Holguin, 680 km au Sud de Cuba.

«Je sais au prix de quels efforts et au prix de quels sacrifices l’Église à Cuba travaille pour porter à tous, jusqu’aux endroits les plus éloignés, la parole et la présence du Christ», a déclaré le pape pendant une messe en plein air.

Le pape François a mentionné en particulier les «maisons de mission», «qui, face au manque de lieux de culte et de prêtres, permettent à de nombreuses personnes d’avoir un espace de prière, de catéchèse et de vie de communauté» catholique.

À Cuba, le nombre des catholiques est évalué à 10 % de la population, même si celui des baptisés est plus important et si l’Église joue un rôle non négligeable avec ses structures sociales, éducatives, médicales, qui souvent pallient les manques des services publics du régime communiste.

Devant quelque dizaines de milliers de personnes rassemblées sous une forte chaleur dans une ambiance de recueillement, le pape François a défini le comportement du catholique dans la société comme celui d’une personne qui «ne vit plus aux dépens des autres».

Il aussi dit en prenant l'exemple de Matthieu que l'amour de Jésus «soigne nos myopies et nous stimule à regarder au-delà, à ne pas nous arrêter aux apparences ou au politiquement correct», et nous «ouvre le chemin et nous invite à le suivre. Il nous invite à surmonter progressivement nos préjugés, nos résistances au changement des autres, voire de nous-mêmes.»

Le pape a choisi Holguin, région natale des frères Fidel et Raul Castro, pour sa deuxième étape à Cuba, avant de rejoindre le port de Santiago de Cuba dans la soirée, où il donnera une dernière messe mardi matin.

Le pape François a rendu un bel hommage à l'Église cubaine pour son travail, qui a su palier les manques de lieux de culte pour porter l'évangile aux plus éloignés et qui aide aussi les services publics cubains à palier leurs manque, tout en disant qu'être catholique est aussi surmonter ses résistances au changement.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article