Le pape appelle à une "révolution de la tendresse"

Publié le 22 Septembre 2015

Le pape appelle à une "révolution de la tendresse"

Reuters.com et AP dans leurs articles nous montrent que le pape François a tiré profit ce mardi 22 septembre 2015 de sa visite à Cuba avant de partir pour les États-Unis, pour relier les ennemis de longue date au sens figuré de la guerre froide et qui subissent une détente avec l'aide de sa médiation.

Le pape a célébré la messe populaire argentine dans la basilique de la Vierge de la charité del Cobre, sanctuaire le plus sacré de Cuba dans l'ombre des montagnes de la Sierra Maestra où les dirigeants cubains Fidel et Raul Castro ont mené leur révolution de 1959. En accord avec son ses messages politiques voilés à Cuba, le pape François a utilisé sa troisième et dernière messe sur l'île pour appeler à une "révolution de la tendresse" qui se fait toujours compassion et nous conduit à nous impliquer, pour servir, dans la vie des autres, et au renouvellement de la foi avec une "Église qui sort de ses sacristies, pour soutenir l'espérance, être signe d'unité."

Il a également salué les générations passées qui gardèrent la flamme catholique vivante. "L'âme du peuple cubain a été forgée dans les douleurs et les privations qui n'ont pas réussi à éteindre cette foi", a-t-il dit. Selon lui, "cette foi qui s'est maintenue vivante grâce à tant de grand-mères qui ont continué à rendre possible, dans leur foyer, la présence de Dieu". Tout en disant au peuple cubain d'être une Église qui sache accompagner toutes les situations embarrassantes des gens, engagés dans la vie, la culture, la société, non en se retirant mais en cheminant avec les autres.

"Comme Marie, nous voulons être une Église qui sort de chez elle pour établir des ponts, abattre les murs, semer la réconciliation", a ajouté le pape François dans son homélie à la l'ancienne ville des mines de cuivre El Cobre. L'homélie du pape dans le sanctuaire de la Vierge de la Charité del Cobre était la dernière d'une série de critiques voilées formulées à l'attention du régime de Cuba au cours de son voyage de quatre jours.

Il mettait fin à sa visite à Cuba mardi avec un discours d'encouragement aux familles avant de voler au nord à Washington pour le début de sa tournée américaine.

Le pape François a dans une dernière homélie rendu hommage aux fidèles cubains sans lesquels l'Église n'aurait pas survécu à Cuba, tout en lui demandant de sortir pour établir des ponts, abattre des murs de la discorde et amener la réconciliation.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article