Le pape canonise un missionnaire controversée et a demandé a ce que les abus sexuels sur mineurs ne soient plus jamais répétés

Publié le 24 Septembre 2015

Le pape canonise un missionnaire controversée et a demandé a ce que les abus sexuels sur mineurs ne soient plus jamais répétés

Reuters.com et CNN dans leurs articles du mercredi 23 septembre 2015 nous montrent que le pape François a canonisé le missionnaire espagnol Junipero Serra mort en 1784 devant 25 000 personnes réunies à l'intérieur et à l'extérieur le sanctuaire national de l'Immaculée conception. La canonisation de ce missionnaire est controversé à cause de critiques qui disent que Serra a battu et emprisonné des Amérindiens, supprimé leurs cultures et facilita la propagation de maladies qui ont réduit fortement la population autochtone.

Au cours de la première canonisation sur le sol américain, le pape François a salué Serra dans une homélie comme un homme qui "a cherché à défendre la dignité de la communauté autochtone, la protégeant de ceux qui lui faisaient subir des mauvais traitements." Certains militants amérindiennes condamnent la canonisation de Serra, Corrina Gould, disant même avec beaucoup d'exagération que Serra visait à anéantir les peuples autochtones.

Parlant aux évêques américains à la cathédrale St Matthieu de Washington, le pape François leur a dit que les abus sexuels sur mineurs par le clergé ne devaient jamais se répéter, reconnaissant les dommages causés par des années de scandales dans l'Église catholique des États-Unis. Le pape a salué les évêques pour leur "généreux engagement pour guérir les victimes." Mais David Clohessy, directeur du SNAP, qui a été agressée sexuellement par un prêtre alors qu'il était enfant, a déclaré, "presque sans exception (les évêques) ont montré de la lâcheté et de l’endurcissement, et ils continuent encore aujourd’hui." "Ils offrent des excuses, exploitent les subtilités juridiques et se cachent derrière des avocats coûteux et des professionnels des relations publiques, c'est à peine des marques de courage."

Le pape François, qui est le premier pape de l'Amérique latine, a également remercié les évêques de l'accueil et des soins pour des milliers d'immigrants dans leur diocèse, disant qu'une telle charité frappe comme une note personnelle pour lui. Poussons plus loin, le pape leur dit de na pas avoir peur d'accueillir les migrants : "Mais rassurez-vous, et garder à l'esprit qu'ils possèdent également des ressources destinées à être partagées. Et donc ouvrez vos bras et accueillaient les sans crainte." Peut-être a-t-il été inspiré par l'acte de Sofia Cruz âgée de 5 ans qui a réussi à rompre le cordon de sécurité autour de lui pour remettre un message lui demandant de soutenir le processus de légalisation des immigrés sans-papiers vivant aux États-Unis.

Puis le pape leur a donné beaucoup de conseils : 1) En leur disant de ne pas prêcher de doctrines compliquées, 2) qu'il peuvent peut avoir la clairvoyance d'un leader et la sagacité d'un administrateur, mais ils ne doivent pas confondre le pouvoir avec la force, 3) qu'ils ne doivent pas céder à la peur, lécher ses plaies, ou penser à revenir sur une époque révolue et élaborer des réponses dure à une opposition féroce, mais il doit être le promoteur de la culture de la rencontre, 4) que le langage dur et de la division ne doivent pas leur correspondre, c'est surtout la bonté et l'amour qui les rendent convainquant, 5) qu'ils doivent être de noble administrateurs mais pas les maîtres des questions sensibles que sont la victime innocente de l’avortement, les enfants qui meurent de faim ou sous les bombes, les immigrés qui se noient à la recherche d’un lendemain, les personnes âgées ou les malades dont on voudrait se débarrasser, les victimes du terrorisme, des guerres, de la violence et du narcotrafic, l’environnement dévasté par une relation déprédatrice de l’homme avec la nature, 6) qu'ils doivent faire de l'Église aux États-Unis un humble foyer, attirant des hommes et des femmes à travers la lumière et la chaleur de l'attrayant amour, 7) et qu'ils ne doivent pas laisser (les prêtres) se contenter de demi-mesures, mais les aider à trouver des moyens d'encourager leur croissance spirituelle, de peur qu'ils ne cèdent à la tentation de devenir des notaires et des bureaucrates.

Le pape François a donc canonisé Junipiero Serra, un évangélisateur qui fait toujours débat, tout en demandant aux évêques de faire que les crimes pédophiles ne reproduisent jamais et en leur faisant une belle correction fraternelle, dans l'esprit de son voyage qui ira vers les périphéries comme le montre son souci de migrants.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article