Le pape François appelle les églises d'Europe à accueillir des réfugiés

Publié le 6 Septembre 2015

BFMTV.com et Francetvinfo.fr nous montre que le pape François a appelé dimanche 6 septembre 2015 toutes les communautés catholiques d'Europe à accueillir chacune une famille de réfugiés, précisant qu'il commencerait par les deux paroisses du Vatican. Dans "un geste concret" en préparation du jubilé de la miséricorde qui débute en décembre, "que chaque paroisse, chaque communauté religieuse, chaque monastère, chaque sanctuaire d'Europe accueille une famille", a-t-il déclaré à l'occasion de la prière de l'Angélus.

"Face à la tragédie des dizaines de milliers de demandeurs d'asile qui fuient la mort, victimes de la guerre et de la faim et qui sont en chemin vers une espérance de vie, l'Évangile nous appelle et nous demande d'être les prochains des plus petits et des plus abandonnés, à leur donner une espérance concrète". "Je me tourne vers mes frères les évêques d'Europe, vrais pasteurs, pour qu'ils soutiennent mon appel dans leur diocèse", a déclaré le pape, précisant qu'il commencerait par son diocèse de Rome et que les deux paroisses du Vatican elles-mêmes accueilleraient "dans les prochains jours" deux familles de réfugiés.

S'appuyant sur un texte de l'Évangile dans lequel Jésus guérit un sourd-muet, le pape avait auparavant assuré : "Le miracle est accompli, nous avons été guéris de la surdité de l'égoïsme et du mutisme du repli sur soi". "Le couple fermé, la famille fermée, le groupe fermé, la paroisse fermée, la patrie fermée, cela vient de nous, cela n'a rien à voir avec Dieu", a-t-il insisté.

Le grand rabbin de France Haïm Korsia a aussi appelé, dimanche, à "un sursaut civique et humain", dans son discours lors de la cérémonie à la mémoire des martyrs de la déportation à la grande synagogue de la Victoire à Paris. "La France, terre d'asile et d'accueil, la France, berceau des droits de l'Homme, ne peut fermer les yeux sur ces femmes et ces hommes qui échouent aux portes de nos frontières, avec pour seul espoir, celui de vivre", a estimé Haïm Korsia.

"Nous devons être les Saliège et les Théas, les Trocmé et les Boegner de notre temps et dire, en mémoire de nos disparus et en fidélité avec nos valeurs : 'Les migrants sont nos frères en humanité'". Le cardinal Jules Saliège, l'évêque Pierre-Marie Théas, et les pasteurs André Trocmé et Marc Boegner ont été désigné "Justes parmi les nations" pour leur engagement actif aux côtés des Juifs pendant la Seconde guerre Mondiale.

Il est bon que les responsables religieux rappellent à leur fidèle leur solidarité envers les réfugiés, et le pape François et le grand rabbin de France Haïm Korsia nous en donne un bel exemple.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article