Le Vatican publie la liste des 360 participants au prochain synode sur la famille

Publié le 15 Septembre 2015

cath.ch-apic, Radio Vatican et la-Croix.com dans leurs articles du mardi 15 septembre 2015 nous montrent que le Vatican a publié le 15 septembre 2015 la liste des quelque 360 participants au synode des évêques sur "la vocation et la mission de la famille dans l’Eglise et dans le monde contemporain", qui aura lieu du 4 au 25 octobre prochain. Mgr Jean-Marie Lovey, évêque de Sion, représentera la Suisse.

Dans cette liste plus fournie que lors de la dernière assemblée, en plus de 166 évêques du monde entier et des membres de la curie romaine, figurent 17 couples et des experts de nombreux pays, ainsi qu’une quarantaine de cardinaux, évêques et prêtres nommés par le pape, mais aussi deux simples curés de paroisse en Italie.

Comme lors de l’assemblée d’octobre 2014, ce synode sera présidé par le pape François assisté des présidents délégués, les cardinaux André Vingt-Trois (France), Antonio Tagle (Philippines) et Joao Damasceno Assis (Brésil). Comme annoncé en novembre dernier, le pape a cependant aussi nommé le cardinal sud-africain Wilfrid Fox Napier, ajoutant une touche africaine à cette assemblée universelle. Lors de la première assemblée, des cardinaux et évêques du continent africain s’étaient en effet montrés critiques quant à une vision parfois trop occidentale du débat sur la famille.

Le cardinal hongrois Peter Erdö reste Rapporteur général de ce synode et l’archevêque italien Mgr Bruno Forte en sera encore le Secrétaire spécial. A grands traits, le cardinal Erdö est connu pour son attachement à la doctrine alors que Mgr Forte se montre favorable à une pastorale plus ouverte, notamment en faveur des divorcés remariés ou encore des homosexuels. S’il avait choisi de confirmer le cardinal Erdö sans confirmer Mgr Forte, ou vice-versa, le pape François aurait donné l’impression de favoriser une ligne plus qu’une autre. En accordant sa confiance aux deux hommes, il semble ainsi donner à nouveau des gages en faveur d’un débat franc au sein de l’assemblée synodale.

En plus de 22 évêques des Eglises orientales, ce sont cette fois-ci 166 évêques des cinq continents qui ont été élus par les conférences épiscopales. En 2014, seuls les présidents de conférences épiscopales participaient à ce synode extraordinaire. En outre, participent aussi les 25 chefs de dicastère de la curie romaine et 10 représentants des supérieurs généraux de congrégations religieuses.

Comme prévu, le pape a procédé à certaines nominations. Parmi les 45 Pères synodaux nommés par le pape François, figurent une vingtaine de cardinaux et évêques, ainsi que deux curés de paroisses des diocèses italiens de Pérouse et Trieste. Parmi les hauts prélats, figurent toujours les cardinaux Danneels et Kasper. Ce dernier, à la demande du pape, avait introduit en février 2014 les travaux du consistoire extraordinaire des cardinaux sur le thème de la famille. Ses ouvertures en faveur d’un possible accès à la communion pour les couples divorcés remariés avaient provoqué par la suite des débats animés au sein de la curie romaine et de l’Église en général.

Il y a invité aussi des évêques non élus initialement par leur conférence épiscopale. Tel l’archevêque de Lille, Mgr Laurent Ulrich, qui figure sur la liste de ceux que le pape invite à titre personnel à cette assemblée qui se réunira au Vatican du 4 au 25 octobre. Le cardinal Blase Cupich, qu’il avait choisi pour le siège épiscopal de Chicago mais que la conférence des évêques américaine n’avait pas retenu, se retrouve également à l’assemblée. Idem pour l’archevêque de Wellington (Nouvelle-Zélande), le cardinal John Dew. Le pape a également choisit un jésuite, l’Américain George Vance Murry, évêque dans le diocèse difficile de Youngstown (Ohio). La liste papale est marquée par la présence de maints cardinaux créés par le pape François lors de deux derniers consistoires. On retrouve ainsi les archevêques de Ouagadougou, du Panama, des îles Tonga ou d’Agrigente en Sicile.

On remarque aussi la présence de figures proches du pape François comme le théologien Victor Manuel Fernàndez, recteur de l’Université catholique d’Argentine; Mgr Marcello Semeraro, secrétaire du C9, le groupe des neufs cardinaux chargés d’assister le Souverain Pontife dans la réforme de la Curie et le gouvernement de l’Eglise ; et le père Antonio Spadaro, directeur de la Civiltà cattolica, la revue des jésuites italiens. On trouve aussi le père François-Xavier Dumortier, qui a aidé à revoir en profondeur la méthode de travail du prochain synode.

Mais le pape confirme son désir d’un débat franc et ouvert lors de cette deuxième assemblée synodale en nommant nombre de Pères synodaux plus réfractaires à un changement de ligne en la matière, comme le cardinal italien Carlo Caffarra. En ouvrant les travaux du premier synode, en octobre 2014, le pape François avait ainsi invité les participants à "parler clair" et "avec courage" sans crainte du jugement de quiconque.

Parmi les participants au synode, on compte également 23 experts, collaborateurs du Secrétaire spécial, dont un couple d’Italiens. Si le prêtre et psychanalyste Tony Anatrella n’apparaît plus dans cette liste, y figure en revanche un autre Français, le père Philippe Bordeyne, recteur de l’Institut catholique de Paris.

51 auditeurs des cinq continents participeront eux aussi au synode, dont pas moins de 17 couples, parmi lesquels les Français Nathalie et Christian Mignonat, membres des équipes Reliance pour les personnes divorcées et remariées, l’historienne italienne Lucetta Scaraffia, chroniqueuse à l’Osservatore romano, le journal du Vatican, et la directrice de l’Institut catholique canadien de Bioéthique Moira McQueen, ainsi que la présidente de l’organisation des femmes catholiques du Nigéria Agnès Offiong Erogunaye. Comme d’habitude, des "délégués fraternels" des autres confessions chrétiennes participeront également à ce synode. Parmi ces 14 représentants figure notamment le métropolite Hilarion pour le Patriarcat orthodoxe de Moscou.

Le pape a choisit de rééquilibrer la liste des participants au synode voulant que les débats soient vivants en nommant des personnalités de sensibilités et profils très divers. Espérons que ces débats apportent enfin une ouverture et pas une déception de plus.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article