Les évêques d’Europe appellent les États à plus de générosité envers les migrants

Publié le 4 Septembre 2015

Marie-Clémence Gaunand dans son article de la-Croix.com du jeudi 3 septembre 2015 nous montre que dans plusieurs pays d’Europe, les évêques expriment leur indignation face à la crise migratoire, et appellent populations et gouvernements à davantage d’accueil.

Après les images de l’enfant syrien retrouvé mort sur une plage turque, le cardinal Vincent Nichols, archevêque de Westminster a exprimé, jeudi 3 septembre, sur ITV News la douleur des populations. «Les gens commencent à voir le côté humain de ces souffrances ; ce n’est plus le problème abstrait de personnes parasitaires. (…) Ce sont des gens désespérés pour le destin de leurs familles, (…) et plus nous voyons cela, plus la possibilité d’une réponse politique plus généreuse augmente.». «Si nous prenons en charge 10,000 migrants, ce n’est qu’une fraction du problème », a-t-il ajouté.

Alors que l’Allemagne ouvre ses frontières aux réfugiés, la conférence des évêques d’Allemagne a publié, lundi 31 août, un document proposant de revenir au «droit d’asile» féodal dans les espaces religieux.

Dans une lettre du 2 septembre aux prêtres et diacres du diocèse de Paris, le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, a «invité tous les chrétiens à porter le témoignage de l’évangile par rapport à la situation dramatique des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants qui sont jetés sur les routes par la misère et la violence.». «Même si chacun de nous n’a pas les moyens de les aider concrètement, nous pouvons au moins ne pas nous joindre à des messages de terreur et de rejet qui désignent ces malheureux comme un danger pour notre société et un péril pour notre civilisation», a-t-il ajouté. Sa lettre s’achève sur des questions ouvertes par rapport à une civilisation occidentale vacillante dans ses valeurs : «Que serait notre civilisation si elle renonçait à assumer la dimension universelle de la dignité humaine ? Que serait l’héritage du christianisme s’il se fermait devant le pauvre à sa porte ?».

La conférence des évêques suisses, réunie pour sa 309e assemblée ordinaire du 31 août au 2 septembre 2015 est, elle aussi, revenue sur les paroles de l’Évangile : «J’étais étranger et sans-toit, et vous m’avez accueilli» (Mt 25, 35). Les évêques suisses ont annoncé que les institutions de l’Église catholique allaient intensifier leur aide aux réfugiés et aux migrants, répétant que chaque don était «bienvenu». Ils ont enfin salué la récente augmentation de l’aide humanitaire à la Syrie adoptée par la Confédération, passant de 30 à 50 millions de francs et ont soutenu la demande d’augmentation de ce montant par Caritas Suisse.

Dans une Roumanie non concernée par la libre circulation de l’Espace Schengen, l’Église orthodoxe s’est déclarée prête à accueillir des réfugiés, et à appuyer le gouvernement roumain en ce sens. «Quand nos proches sont en difficulté, à la suite d’un conflit sanglant dans leur pays, nous, en tant que chrétiens, avons le devoir de les aider, quelle que soit leur culture ou leur croyance», a déclaré le porte-parole de l’Église, Constantin Stoica, à l’AFP, jeudi 3 septembre. «L’Église va appuyer les autorités lorsque la Roumanie accueillera des réfugiés », a-t-il ajouté, se déclarant impressionné par « la crise humanitaire en cours». Constantin Stoica a rappelé que l’Église orthodoxe avait déjà organisé en 2014 une collecte de fonds au profit des victimes du conflit en Syrie, au cours de laquelle 500 000 euros ont été rassemblés.

En Autriche, le cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne, a annoncé, 2 septembre mettre 1000 logements à disposition pour accueillir les réfugiés. Il attend des mesures similaires de la part des autres diocèses. Le 1er septembre, il avait, lors d’une messe à la cathédrale Saint-Étienne de Vienne, appelé avec véhémence l’Europe à réagir face aux évènements. Enfin, le 3 septembre, l’Église catholique d’Autriche a créé un site web pour gérer ces réfugiés et coordonner les différents lieux d’accueil.

Mardi 1er septembre, Mgr. Stanislav Zvolensky, archevêque de Bratislava, a enjoint les fidèles à prier pour les 71 victimes de l’accident sur l’A4 trouvées mortes dans un camion hongrois. «La souffrance et la mort des réfugiés concerne chacun de nous. Ne détournons pas le regard». Il a ainsi brisé un silence de l’Église slovaque par rapport à la question migratoire, tranchant avec l’attitude majoritairement hostile des populations slovaques.

Les évêques face au drame des migrants demandent aux dirigeants mais aussi à la population à accueillir ces populations fuyant la guerre, et à enfin mettre en avant l'amour du prochain plutôt que la méfiance.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article