Réfugiés : le pape fustige "un système socio-économique mauvais"

Publié le 14 Septembre 2015

Le Point.fr, RTP.pt et CatholicHerald. co.uk nous montrent que la crise des réfugiés en Europe n'est que "la pointe de l'iceberg" et il faut s'attaquer "à ses causes", a déclaré le pape François dans un entretien diffusé ce lundi 14 septembre 2015, s'en prenant à "un système socio-économique mauvais et injuste".

"Nous voyons ces réfugiés, ces pauvres gens qui fuient la guerre et la faim, mais c'est la pointe de l'iceberg. En dessous, il y a la cause : un système socio-économique mauvais et injuste", a estimé le pape dans une interview accordée le 8 septembre à la radio catholique portugaise Renascença. "Là où la cause est la faim, il faut créer des sources de travail et des investissements. Là où la cause est la guerre, il faut œuvrer pour la paix", a précisé Jorge Bergoglio, rappelant qu'il est lui-même "fils d'émigrés" italiens en Argentine.

Le pape François a toutefois reconnu que les mouvements migratoires posaient des problèmes de sécurité pour les pays européens, évoquant "un risque d'infiltration". "Aujourd'hui, les conditions de sécurité territoriale ne sont plus les mêmes qu'autrefois. Nous avons une guérilla terroriste extrêmement cruelle à 400 kilomètres de la Sicile", a-t-il expliqué en faisant allusion à la situation en Libye, où se sont implantés des groupes armés, notamment l'organisation État islamique (EI).

Cette infiltration parmi les réfugiés est peu crédible, car comme le montre BFMTV.com, il y a peu de chance que Daesh ou Al Qaïda, qui disposent de filières bien plus sûres, n'ont pas besoin d'infiltrer des djihadistes parmi les groupes de migrants pour les faire pénétrer en Europe, assurent policiers et experts. Surtout, il ne vont pas envoyer leurs nervis parmi les réfugiés : il leur faudrait un mois pour arriver, avec une chance sur deux de se noyer... Du coup la mission serait à l'eau avec.

D'ailleurs euronews.com montre que selon Charlie Winter, spécialiste du djihadisme à la Fondation Quilliam à Londres, il n’y a, à ce jour, aucune preuve tangible que des membres du groupe Etat islamique se cachent parmi les réfugiés. Il estime que l’EI a d’autres priorités. "Actuellement, l’organisation veille surtout à ne pas perdre de terrain en Irak et en Syrie, où elle est attaquée de toutes parts."

Pourtant, le pape a aussi appelé la réception des réfugiés et a déclaré que le "défi de l'Europe est de redevenir une Europe mère." Au cours de cette entrevue de grande envergure, le pape François a donc à nouveau réitéré son appel pour les paroisses et institutions catholiques à prendre dans les familles des réfugiés.

Le 6 septembre, le pape François avait appelé toutes les communautés catholiques d'Europe à accueillir chacune une famille de réfugiés, précisant qu'il commencerait par les deux paroisses du Vatican. "Ces deux familles ont déjà été désignées", a-t-il indiqué à radio Renascença, sans préciser leur origine, et s'est félicité des "nombreuses réactions" à son initiative. Le pape a également dit avoir confiance aux jeunes politiciens, mais qu'il faut aussi se rappeler que les gens sont déçus par la "corruption à tous les niveaux".

Le pape François a également brièvement discuté du prochain synode sur la famille, qui aura lieu le mois prochain. "Lors du synode, nous parlera de tous les moyens possibles pour aider ces familles", a-t-il dit. "Mais une chose doit être très claire, quelque chose que le pape Benoît a clairement laissé : les personnes qui sont dans une deuxième union ne sont pas excommuniées et devraient être intégrées dans la vie ecclésiale."

Le pape François a réaffirmé son intention de se rendre au Portugal en 2017 pour le centenaire des apparitions de Fatima, dans le centre du pays, mais il a également relevé que le sanctuaire de Notre Dame d'Aparecida, au Brésil, fêtait son tricentenaire dans deux ans. Le pape croit que Fatima fait du Portugal un pays "privilégié" et il révèle qu'il n'a jamais rencontré un portugais mauvais. Ma mère avec beaucoup d'humour avait alors dit : "C'est qu'il n'a jamais connu ma famille."

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

gaetan ribault 19/09/2015 09:02

et il révèle qu'il n'a jamais rencontré un portugais mauvais. Ma mère avec beaucoup d'humour avait alors dit : "C'est qu'il n'a jamais connu ma famille."
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Elle parlait sans doute de ses enfants ;-))

paroissiens-progressistes 19/09/2015 09:13

gaëtan,

Essayez une meilleure reprise avec des citations qui pourrait rendre encore plus drôle cette phrase de ma mère, là vous ratez votre effet.

Merci !

gaetan ribault 16/09/2015 11:30

Ne pas oublier qu'en hébreu pain et guerre on la même racine LHM

paroissiens-progressistes 16/09/2015 16:48

gaëtan,

Même racine sans doute, mais vous oubliez aussi que lhm signifie aussi la "nourriture", "lutter", "faire la guerre" et le "massacre".
En faisant plus simple le mot "guerre" s'il est construit en hébreu à partir de la même racine ("milhamah") désigne bien ce qu’elle un lieu de "carnage", afin de s’approprier le pain (le blé et la terre) d’autrui. Mais ici, on ne fait pas une guerre pour s'approprier du pain, vous y conviendrez.

Merci !