"La publication de la lettre litigieuse visait à provoquer des remous"

Publié le 13 Octobre 2015

Vatican Insider et Radio Vatican dans leurs articles du mardi 13 octobre nous montrent qu'en ce qui concerne la lettre écrite par 13 cardinaux, le porte-parole du Vatican le père Frederico Lombardi a déclaré que le pape a déjà donné une réponse claire. Personne ne doit "se laisser conditionner" par le texte, qui a été publié "quelques jours seulement" après que le Secrétaire général le cardinal Lorenzo Baldisseri et le pape ont fait des déclarations claires concernant les nouvelles procédures synodales. Au moins quatre des pères synodaux inclus dans la liste des signataires - Scola, Piacenza, Vingt-Trois et Erdö - ont nié qu'ils avaient signé une telle lettre. En attendant, le cardinal mexicain Norberto Rivera Carrera a également nié publiquement que sa signature était sur la lettre.

Au cours de la séance d'information d'aujourd'hui, l'abbé bénédictin allemand Jeremias Schröder, président de la Congrégation bénédictine de St. Ottilien, entre autres choses, a exprimé sa satisfaction au sujet de la méthode de travail adoptée, ce qui donne plus d'espace pour les discussions des groupes linguistiques (les minores circuli). Il a souligné le "bon climat de travail", dans laquelle des questions concrètes sont discutés et "des idées abstraites" évitées. Pour lui, le processus de consultation exige une vision ouverte, où il y a une fin et la façon dont les évêques doivent se mettre à travailler avec de bonnes raisons d'espérer qu'ils vont arriver à un résultat qu'ils pourront présenter au pape environ une semaine et demi.

En ce qui concerne les questions spécifiques, l'hypothèse "convaincante et audacieuse" de l'introduction du diaconat féminin n'a été portée qu'une fois dans les discussions de synode général (par l'archevêque canadien Paul André Durocher), mais il n'aurait pas connu beaucoup de soutien. En termes de l'octroi de pouvoirs accrus doctrinaux dans les zones à problèmes spécifiques, la plupart des discours dans les discussions générales ont mentionné la possibilité de traiter avec des questions sur la base d'un contexte culturel donné. Il y avait environ une vingtaine d'interventions et seulement deux ou trois étaient contre, affirmant que pour le bien de l'unité le transfert des pouvoirs de l'Église aurait des conséquences fatales. Dans ce stade des discussions, l'idée est surtout partagée.

Selon l'abbé Jeremias Schröder, il semble que la question des divorces remariés est très fortement et largement ressentie en Allemagne et beaucoup moins ailleurs. C'est une zone où il pourrait y avoir un espace pour les idées pastorales originales, aussi lointaines que la compréhension de l'homosexualité, qui est une question qui varie vraiment d'une culture à l'autre. Les conférences épiscopales nationales pourraient être autorisés à rechercher des solutions pastorales qui sont en harmonie avec leur contexte culturel spécifique.

L'abbé Schröder a fait remarquer qu'il souhaitait qu'il y avait plus de femmes religieuses présents. Il a expliqué que lors d'une réunion des Supérieurs généraux masculins il y avait fait une suggestion sur le fait qu'ils devraient donner la moitié de leurs dix sièges attribués aux femmes religieuses. Pendant ce temps, les femmes religieuses avaient approché le secrétaire général du synode qui par la suite leur ont alloués trois sièges.

Deux auditrices ont assisté à la conférence de presse d'aujourd'hui, Thérèse Nyirabukeye, une éducatrice rwandaise de la Fédération Africaine d'Action Familiale (FAAF), qui a parlé de la méthode naturelle de contraception en affirmant que 1500 couples avaient été récemment enregistré pour en apprendre davantage sur les méthodes de planification familiale naturelle au Rwanda, et la canadienne Moira McQueen, directrice de l’Institut catholique canadien de Bioéthique, dont on demanda l'avis pour ses réflexions sur la fertilisation et la manipulation d'embryons, et qui se contenta de dire qu'à l'intérieur du synode, il y avait "déjà une compréhension claire de la position de l'Église" sur ces sujets, tout en jugeant le processus synodal était juste et très démocratique, et qu'il serait positif de mettre en pratique la décentralisation tout en réservant certains aspects doctrinaux devrait être réservée au Saint-Siège.

Le père Lombardi fait une mise au point, alors que nous voyons à travers l'abbé Jeremias Schröder les ouvertures et les fermetures qui peuvent se dessiner, alors qu'on met en avant la contraception naturelle et la bioéthique catholique, ce qui donne une vue limitée aux pères synodaux des moyens de contraceptions et une vision biaisé de la bioéthique.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article

M.W 14/10/2015 20:40

Bonjour, Sandro.

C'est vrai, vous avez vu l'émission ? moi j'aurai bien aimé mais elle passait trop tard (je comprends pas pourquoi ils mettent des émissions aussi intéressantes tard le soir). Pouvez-vous m'en dire plus s'il vous plait ?

Cordialement

Sandro 14/10/2015 03:56

L'on sent que ce Pape a la volonté et la clairvoyance nécessaires pour changer les choses en profondeur. L'emission "INFRAROUGE" à lui consacrée et diffusée sur France 24 hier, en est une belle et probante illustration. Toutefois, tous ces écarts de voix au sein de l'Assemblée synodale, nous démontre une fois de plus, que la tâche ne lui sera pas tout facile.
Prions donc pour François, afin que le Christ lui donne la force et le courage d'affronter avec foi toutes ces ignorances contagieuses auxquelles il est conftonté.
R/: SEIGNEUR, PRENDS SOINS DE TON SERVITEUR FRANÇOIS..

paroissiens-progressistes 14/10/2015 21:11

Sandro,

L'émission "Infrarouge" montre le portrait d'un homme proche du peuple et répondant à ses attentes, il se fait beaucoup d'ennemis mais les réformes ne font jamais plaisir à ceux qui ont des privilèges. L'humilité, la pauvreté et le sens de l’Évangile sont les qualités qu'il demande. Espérons qu'il arrive à faire bouger la barque de Pierre qui a fait trop longtemps surface.

Merci !