Le synode vers son rapport final, mais sans toutes les réponses

Publié le 22 Octobre 2015

Vatican Insider dans son article du jeudi 22 octobre 2015 nous montre que le synode sur la famille se prépare à voter samedi après-midi, le rapport final de la commission qui a été rédigé en résumant les modifications apportées à la base (Instrumentum laboris) et traitées au cours des trois semaines de travail par les groupes linguistiques de travail (circuli minores), la relation sera livré aujourd'hui aux pères synodaux et, après une discussion demain matin, elle sera finalisé par le même comité demain soir.

Dans la relatio Synodi adressée "non au monde", mais "pour le pape qui décidera alors quoi faire", le synode a tenté de présenter "toutes les questions" qui ont émergé dans l'ensemble, mais sans identifier "toutes les réponses". "Ce Synode ne change pas la doctrine" selon le cardinal Oswald Gracias, archevêque de Bombay. Mais, d'autre part, le synode ne répétera pas simplement Familiaris Consortio publié par Jean-Paul II en 1981, puisqu'il y a de "nouveaux défis" pour la famille, alors que "la doctrine reste le même", notamment à travers l'indissolubilité du mariage comme un grand don de Dieu, puisque l'Église cherche de nouvelles façons d'aider les familles dans un nouveau climat sociologique, politique, économique, et idéologique.

Le cardinal Gracias a illustré le travail de rédaction du rapport final, en expliquant que les amendements sont arrivés dans la commission par les circuli minores qui ont été examinés et sélectionnés, il en serait sorti un document d'une centaine de paragraphes. La Commission a finalement apporté les dernières modifications qui ont émergé hier soir et samedi, puis le texte sera voté "paragraphe par paragraphe" et, de façon prévisible, il y aura aussi un vote final sur l'ensemble du texte.

Selon le cardinal Gracias le texte donnera des orientations générales, ne rentrera pas dans des points très précis, les pères synodaux donneront le document au pape et attend de lui des lignes directrices "sur les différentes questions abordées par l'assemblée. Le rapport final sera, en bref, un texte qui 'ne pas avoir toutes les réponses, mais toutes les question discutées et tentera de donner des indications pastorales acceptables pour tous" et il espère qu'il sera accepté dans le vote de samedi.

Certes, dans les discussions, ont émergé des "opinions différentes" sur certaines questions où les pères synodaux sont toujours à la recherche de réponses, et sur la question que la communion pour les divorcés remariés, sur lequel par exemple le groupe germanophone a souligné la centralité du "for intérieur", il est donc possible que les solutions doivent encore être à "l'étude et à l'approfondissement" sur différents points de vue.

En réponse à une question des journalistes sur la corrélation entre le synode et les médias, étant donné qu'hier un journal national italien a diffusé la rumeur d'une tumeur bénigne du pape réfutée par le Saint-Siège, l'archevêque de Los Angeles, Mgr José Horacio Gomez, qui était également présent à la séance d'information, a déclaré : "C'était une fausse histoire, le pape va bien, il n'est pas malade, et puis il n'y avait pas de lien avec le synode parce que la maladie est fausse. Au synode, nous ne sommes pas toujours d'accord, mais le travail se déroule à merveille comme une expression de la collégialité que nous faisons ensemble pour trouver de nouvelles façons de renforcer la famille et le mariage."

Mgr Gomez a également regretté le fait qu'il n'y ait pas eu suffisamment de temps pour le synode pour discuter de questions telles que l'immigration, la pauvreté et l'éducation, dans le cadre de la famille, soulignant toutefois qu' après trois semaines, les pères synodaux sont heureux de rentrer à la maison. Présent à la réunion d'information et le plus jeune cardinal, Soane Patita Paini Mafi, évêque de Tonga, a souligné que pour les familles des pays de sa zone océanique, les priorités sont la transition politique après l'indépendance de 70-80 ans, et l'arrivée, comme un "tsunami" de la mondialisation, entre les aspects positifs et négatifs du "matérialisme" et de "l'individualisme."

Le synode touche à sa fin, mais sans donner de réponses satisfaisantes pour les progressistes et les conservateurs, il faut dire que les pères synodaux manquant de courage ne veulent pas donner de réponses et se défaussent de cette tâche sur le pape. Un synode adressé au pape et non au monde montre que les évêques n'ont pas compris ce qu'attendait le pape à ce sujet, c'est-à-dire un synode qui parle à la famille. Espérons que le pape corrige cela.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article