"Les évêques africains sont optimistes quant à l'issue de ce Synode"

Publié le 20 Octobre 2015

Vatican Insider et Radio Vatican dans leurs articles du mardi 20 octobre 2015 nous montre que les évêques africains sont "optimistes" quant à l'issue du synode sur la famille a signalé le cardinal Wilfrid Napier, archevêque de Durban (Afrique du Sud), lors du briefing quotidien du Vatican, tout en en dénonçant l'impression que le synode extraordinaire de l'année dernière donnait suite à "une certaine direction, une idéologie ou un programme particulier". Le synode selon lui donnera "une forte impulsion aux Églises locales afin d'avoir de plus en plus de bons mariages de plus en plus, grâce à la préparation au mariage et à l'enseignement clair que l'Église donne sur le mariage et la famille."

Il a exprimé la satisfaction et la confiance de l'assemblée qui se termine ce week-end, soulignant que la lettre que 13 cardinaux avaient envoyé au pape a reçu une réponse satisfaisante du pape lui-même. Le cardinal africain a également revendiqué une certaine autonomie de l'Afrique sur des thèmes spécifiques tels que le nœud de la cohabitation prénuptiale qui selon lui serait, contrairement à l'Ouest, en faveur du mariage, et le ministère concernant le mariage dans les stades serait comme exaltation de la cohabitation.

Le cardinal Lluis Martinez Sistach, archevêque de Barcelone (Espagne), un avocat du droit canon, a parlé de la satisfaction unanime des pères synodaux sur la réunion d'information pour la réforme de la nullité du mariage souhaité par le pape François. Il a également dit qu'"On pourrait fonder une congrégation ou d'une association de personnes fidèles laïcs qui apprennent un peu du droit du mariage pour donner des conseils et des services aux tribunaux du monde religieux". La cardinal mexicain Alberto Suarez Inda, Archevêque de Morella, pour sa part, rappelé l'appel du pape à considérer "l'idée d'une réalité supérieure" à l'égard des familles et a également réagi avec satisfaction à ceux qui ont demandé que le prochain voyage du pape soit au Mexique.

Le bureau de presse du Vatican a publié aujourd'hui les témoignages de certains auditeurs qui ont eu lieu ces derniers jours dans la salle du synode. Parmi les nombreux sujets abordés, l'encyclique de Paul VI Humanae Vitae ("avec laquelle l'Église comme mère et maîtresse a annoncé la vérité sur la vie", a déclaré Patrizia Calabrese, épouse de Massimo Paloni, membres du Chemin néocatéchuménal), les mariages de femmes chrétiennes en Europe de l'Est et de garçons musulmans en Egypte dans des églises locales ("un excellent document de la Conférence épiscopale italienne de 1990 recommandant les mariages mixtes à bon escient", a déclaré le pasteur de Sharm el Sheikh Boulos Garas Garas Bishay) ou Boko Haram (le mouvement terroriste qui s'attaque à "la force et au rôle de la femme typiquement nigériane déterminés à garder l'unité de sa famille, malgré les difficultés et les catastrophes", a déclaré Agnes Offiong Erogunaye, présidente nationale de l'Organisation catholique des femmes du Nigeria).

Aujourd'hui se sont conclu les travaux de 13 groupes de travail (minores circuli) sur la troisième partie du document de base (Instrumentum laboris), les rapports seront publiés demain matin. Selon Mgr Paul-André Durocher, l’archevêque de Gatineau, président sortant de la Conférence des évêques du Canada, il "ne fallait pas s’attendre à voir une mise en œuvre immédiate". "Ce que le Pape a proposé samedi, souligne-t-il, est un chemin d’avenir pour l’Eglise (…) peut-être le thème d’un prochain synode qui porterait sur la synodalité". Tandis que le père Javier Álvarez-Ossorio, supérieur général de la Congrégation des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie, "les meilleurs fruits du synode seraient de déclencher des dynamiques au niveau local (…) ne pas simplement recevoir un produit tout fait du synode mais provoquer le peuple de Dieu".

Ce synode se rapproche d'une solution mixte, la décentralisation qui permettrait que des évêques s'occupent de leurs problèmes sans intervenir dans celui des autres, mais les débats ne permettent pas réellement de trouver une approche satisfaite, et même si c'est le cas, les solutions trouvées mettront du temps à se faire. Espérons que le travail soit porteur d'espoir et pas directif envers les laïcs qui connaissent mieux la familles.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article