Les parents de sainte Thérèse de Lisieux canonisés à Rome

Publié le 18 Octobre 2015

Les parents de sainte Thérèse de Lisieux canonisés à Rome

Comme le montre Le Point.fr dans son article du dimanche 18 octobre 2015, c'est une grande première pour l'Église catholique : la canonisation d'un couple, Louis et Zélie Martin, en plein synode sur la famille.

Les parents de Thérèse de Lisieux, Louis et Zélie Martin, ont été déclarés saints dimanche matin à Rome. Un geste hautement symbolique de la part de l'Église, qui a déjà béatifié d'autres couples lors de cérémonies collectives, mais n'avait encore jamais franchi l'étape de les déclarer saints ensemble, au nom du témoignage de leur vie de couple et de famille.

Devant une foule de plusieurs milliers de personnes, rassemblées sous le soleil place Saint-Pierre, le pape François a invité les prêtres à suivre l'exemple de sainte Thérèse, en suivant Jésus-Christ sans "ambition" ni "arrivisme". "Il y a incompatibilité entre une manière de concevoir le pouvoir selon des critères mondains et l'humble service qui devrait caractériser l'autorité selon l'enseignement et l'exemple de Jésus", a-t-il lancé devant cette foule, où se tenaient également de très nombreux prêtres, évêques et cardinaux, à Rome à l'occasion du synode sur la famille.

Dans une interview parue cette semaine dans les colonnes de l'hebdomadaire Paris Match, le pape François a salué en Louis Martin et Zélie Guérin un "couple d'évangélisateurs" qui "ouvrait sa porte" aux gens dans le besoin, à une époque où "une certaine éthique bourgeoise méprisait les pauvres". Le pape François a confié porter un livre de la "petite Thérèse" dans son sac de voyage. "Souvent, je lui demande de prendre dans ses mains une question dont je mesure mal l'issue, un voyage que je dois affronter", a-t-il confié à Paris Match. Il s'est aussi dit particulièrement touché par les propos de la jeune carmélite "contre l'esprit de curiosité et les ragots".

"Leur famille fut vraiment une petite église ou régnait une foi profonde pleine de charité, a-t-il été rappelé durant la cérémonie de canonisation. Les deux bienheureux ont parcouru ensemble le chemin de la sainteté conjugale." Membre de la petite bourgeoisie d'Alençon, Louis Martin, un horloger un temps tenté par le monastère, a épousé à 35 ans Zélie Guérin, une dentellière, elle aussi tentée par la vie religieuse. Tous deux ont partagé 19 années de vie conjugale, jusqu'à la mort de Zélie, qui a succombé à un cancer du sein en 1877, à peine âgée de 47 ans, alors que la petite Thérèse n'avait que 4 ans. Fervents catholiques, ils assistaient chaque matin à la messe de 5 h 30, pratiquaient le jeûne et la prière en famille, respectaient le repos du dimanche, rendaient visite à des personnes âgées, à des malades et à des mourants, et accueillaient parfois des pauvres à leur table. Devenu veuf, Louis s'est installé à Lisieux pour s'occuper de ses filles. Souffrant de troubles neurologiques, il est mort en 1894. Le couple, dont l'Église compare la vie simple et ordinaire à celle des parents de Jésus à Nazareth, a été béatifié en 2008.

Le but de cette canonisation montrer que le mariage est un chemin de sainteté, pourtant le pape déclare que le service à l'exemple des parents de Thérèse de Lisieux, que pour suivre exerce jésus il faut essentiellement être dans un sacerdoce de miséricorde et de compassion, tout en ayant comme Jésus une expérience directe de nos difficultés, au sein de notre condition humaine. Se tourner vers le périphéries qui sont lointaines mais aussi proches est l'essence même du service.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Commenter cet article