Le Vatican "bouleversé" par une attaque contre la paix

Publié le 14 Novembre 2015

Le Vatican "bouleversé" par une attaque contre la paix

HuffingtonPost.fr, BFMTV.com, Libération.fr, L'OBS, Europe1.fr et LePoint.fr nous montrent que le Vatican a exprimé son émotion ce samedi 14 novembre 2015 et appelé à "une réaction décisive et solidaire" après les attentats, évoquant "une attaque contre la paix de toute l'humanité". Cette déclaration fait suite à l'attentat où 128 personnes sont mortes, 180 blessées dont 80 en "urgence absolue" vendredi soir dans une série d'attaques terroristes sans précédent à Paris et près du Stade de France, avec pour la première fois en France des actions kamikazes, notamment dans la salle de spectacle du Bataclan. Huit assaillants sont morts, dont sept en se faisant exploser. François Hollande a décrété l'état d'urgence et annoncé le rétablissement des contrôles aux frontières. La plupart des partis ont annoncé la suspension de la campagne des régionales. Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone (PS) et tous les chefs de file de groupes politiques appellent à l'unité nationale.

"Nous sommes bouleversés par cette nouvelle manifestation de folle violence terroriste et de haine, que nous condamnons de la manière la plus radicale avec le pape et tous ceux qui aiment la paix", a déclaré le porte-parole du Saint-Siège, Federico Lombardi, dans un communiqué. "Il s'agit d'une attaque contre la paix de toute l'humanité qui requiert une réaction décisive et solidaire de notre part à tous pour s'opposer à la diffusion de la haine meurtrière sous toutes ses formes", a-t-il ajouté. "Nous prions pour les victimes et les blessés et pour tout le peuple français".

Les réactions décisives et solidaires peuvent déjà se voir à travers un rassemblement spontané à Montréal avec environ 500 personnes en solidarité aux victimes et au peuple français après les attaques perpétrées à Paris, où la foule a doucement entonné l'hymne national français, "la Marseillaise", avant d'observer une minute de silence, et la réunion de Français sous le choc à Union Square à New York, pour exprimer leur solidarité après les attentats de Paris. Plusieurs avaient dessiné à la craie sur le sol une Tour Eiffel dans un immense signe de la paix. "Pray for Paris", "Liberté, Egalité, Fraternité", "N'ayez pas peur", "From NY to Paris", pouvait-on y lire. La petite cinquantaine de manifestants était silencieuse, certains visiblement bouleversés, s'enlaçant pour se réconforter. Des bougies en hommage aux victimes ont été allumées sur la place de la République, à Paris.

Mais on pu le voir les voir aussi sur les réseaux sociaux qui se sont mobilisés. Sur Twitter, les internautes lancent de nombreux appels à la solidarité, du hashtag #PortesOuvertes pour que les habitants ne pouvant accéder à leurs domiciles trouvent un refuge au hashtag #Recherche afin de retrouver des personnes disparues. Sur Facebook, le bouton d'urgence (le "Safety Check") a été activé pour les utilisateurs présents en Île-de-France. Il permet aux Internautes de signaler à leurs proches qu'ils se trouvent en sécurité. À Paris, de nombreuses personnes se présentent aussi à l'hôpital pour donner leur sang. De Washington à Moscou, des Nations unies à l'Otan, dans toute l'Europe, les responsables ont aussi condamné le carnage. Ces attentats "ne sont pas seulement une attaque contre Paris" mais "une attaque contre toute l'humanité et nos valeurs universelles", a déclaré le président américain Barack Obama lors d'une allocution à la Maison Blanche.

Plus tôt vendredi soir, le Conseil français du culte musulman (CFCM), l'instance représentative de l'islam en France, avait condamné "avec la plus grande vigueur" les "attaques odieuses et abjectes" commises à Paris et Saint-Denis. D'ailleurs, le grand imam de la mosquée Al-Azhar, au Caire, condamne ce samedi des attaques "odieuses" à Paris. "Le président Mahmoud Abbas condamne fermement les attaques terroristes qui ont eu lieu à Paris et exprime sa solidarité et sa compassion avec le gouvernement et le peuple français face au terrorisme", indique la présidence palestinienne dans un communiqué. Le président Abbas insiste sur "la nécessité pour la communauté internationale de s'unir pour faire face à ces attaques terroristes graves qui participent à la montée des tensions partout".

Des monarchies arabes du Golfe, Arabie saoudite en tête, ont vivement dénoncé ce samedi, les attentats "terroristes" en France. Ryad prône une coopération internationale pour éradiquer "ce fléau dangereux et destructeur" qui menace tous les pays du monde. D'autres monarchies du Golfe ont également dénoncé les attentats de Paris. Ces attaques ont été qualifiées de "terroristes et criminels" par le président des Emirats arabes unis, cheikh Khalifa Ben Zayed Al-Nahyane, qui a assuré, dans un télégramme, à François Hollande de la "totale solidarité (de son pays) en ces circonstances difficiles". Le Koweït "apporte son soutien à tous les efforts qu'entreprendra la France pour assurer sa sécurité et sa stabilité", a déclaré un porte-parole de son ministère des Affaires étrangères, cité par l'agence officielle Kuna. Pour sa part, le Qatar a condamné "les attaques armées et les explosions" à Paris qui, a-t-il précisé dans un communiqué publié par l'agence officielle Qna, "sont contraires à tous les principes et valeurs morales et humanitaires". "L'État du Qatar réitère son rejet de la violence sous toutes ses formes et quelles que soient ses causes", a ajouté le texte.

Le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, va présider demain une messe à Notre-Dame à l'intention des victimes des attentats les plus meurtriers de l'histoire de France, appelant à "la modération et à la tempérance" face à "la barbarie" des "groupes fanatiques". "Notre ville de Paris, notre pays, ont été frappés hier soir avec une sauvagerie et une intensité particulières", a affirmé dans un communiqué l'archevêque de Paris, "que la modération, la tempérance et la maîtrise dont tous ont fait preuve jusqu'à présent se confirment dans les semaines et les mois qui viennent; que personne ne se laisse aller à l'affolement ou à la haine".

Mgr Georges Pontier, président de la Conférence des évêques de France, a réagi : "Dans sa capitale, notre pays a été touché par une série d'attentats d'une barbarie inégalée. Avec les catholiques de France, j'exprime ma profonde douleur devant cette extrême violence qui a retiré la vie à tant de personnes et blessé tant d'autres. Mes pensées et mes prières vont aux victimes, à leurs proches, aux forces de l'ordre, aux soignants et à nos gouvernants sur lesquels pèse une lourde responsabilité. En ces heures difficiles, nous leur faisons confiance. J'invite les catholiques de France, ce dimanche tout spécialement, par leurs prières, leurs paroles et leurs actes à être artisans de paix, d'unité et témoins de l'espérance."

Le président de la République vient de désigner clairement Daech comme responsable des attaques, et promet que la France sera "impitoyable" et a pris un décret pour déclarer le deuil national pour trois jours. Suivons Martine Aubry qui déclare que "Dans ces heures sombres, la France doit être unie et porter haut les valeurs républicaines de liberté, d'égalité et de fraternité. Nous ne plierons jamais devant la terreur." Ne jouons pas le jeu de Daech qui désire que nous faisons la stigmatisation des musulmans, alors qu'en Syrie et en Irak, ils sont aussi victimes de cette organisation terroriste. L'extrême droite et une partie des Républicains risque de donner du grain à moudre à ces pseudos-musulmans qui n'ont de religion que la haine. Ne cédons pas aux préjugés et sachons mettre en avant l'unité dans un pays où la division et les préjugés seront la plus belle arme pour Daech.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article