Les musulmans de France veulent lever toutes les ambiguïtés

Publié le 20 Novembre 2015

Bernadette Sauvaget dans son article du vendredi 20 novembre 2015 sur Libération.fr nous montre que le CFCM diffuse un appel solennel à toutes les mosquées pour qu’il soit lu lors de la grande prière du vendredi et prépare un grand rassemblement citoyen fin novembre.

Soucieux qu’il n’y ait pas d’amalgames, les responsables musulmans de l’Hexagone font cause commune et mobilisent les imams pour le prêche de la grande prière du vendredi. Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a demandé qu’il soit consacré aux attentats du 13 novembre et à l’hommage aux victimes, proposant un texte pour servir de modèle, une première en France. L’instance représentative a diffusé aussi un appel solennel qui affirme le «rejet catégorique et sans ambiguïté de toute forme de violence ou de terrorisme qui sont la négation même des valeurs de paix et de fraternité que porte l’islam». «Vu la gravité des actes, nous avons décidé de marquer le coup", explique Anouar Kbibech, le président du CFCM, à Libération. Un million de fidèles assistent, chaque semaine, à la grande prière du vendredi, l’occasion donc de s’adresser au plus grand nombre.

L’initiative a aussi une forte dimension politique. Pour le CFCM, il s’agit de lever tout doute. «Nous nous adressons également à l’ensemble des Français pour les éclairer sur ce que dit l’islam du terrorisme et des attentats Il subsiste dans l’opinion de suspicions intolérables», poursuit Anouar Kbibech. «Nous musulmans de France, sommes des citoyens à part entière, faisons partie intégrante de la nation et solidaires de la communauté nationale. Nous musulmans de France, proclamons notre attachement indéfectible au pacte républicain qui nous unit tous», proclame l’appel solennel du CFCM.

Pour des raisons de sécurité, le rassemblement prévu ce vendredi après la grande prière, à la Grande mosquée de Paris auquel devait participer Anne Hidalgo, la maire de la capitale, a été annulé. D’autres sont maintenus, comme à Strasbourg ou à Créteil. Dans cette ville du Val-de-Marne, l’évêque a invité la communauté catholique à se rendre, vendredi après-midi, devant la mosquée pour rassemblement interreligieux.

Afin de mobiliser le plus largement possible, une réunion, convoquée par le CFCM, a eu lieu, mercredi après-midi, élargie à des fédérations qui ne participent pas à l’instance représentative et à des recteurs de grandes mosquées, notamment celle de Lyon et de Saint-Denis de la Réunion. Les responsables musulmans de l’Hexagone préparent un grand rassemblement citoyen qui devrait se tenir à Paris le dernier week-end de novembre.

Comme le montre BFMTV.com, pour que le message soit très clair, le président du CFCM - qui dit craindre "une explosion des actes antimusulmans" - se dit favorable à l’expulsion des imams qui véhiculent des discours extrémistes. "Si tel ou tel imam ou tel ou tel responsable de mosquée véhicule un message d’appel à la violence, voire d’appel à la haine voire au terrorisme, ce sont des propos qui tombent sous le coup de la loi et il faut que la loi s’applique. Toute la loi mais rien que la loi."

Après l'appel d'Alain Juppé à ce que tous les imams de France prêchent en Français, Anouar Kbibech assure que c'est déjà le cas dans beaucoup de mosquée. "Il y a une pratique qui est en train de se généraliser. Le prêche commence en arabe et se termine en arabe, parce que dans la liturgie musulmane, c’est ce qu’il faut faire." Mais "aujourd'hui", dit-il, "80% du prêche est en français parce qu’il n’y a pas que des fidèles arabophones."

Le CFCM est d’ailleurs en train de travailler sur un cursus sur lequel chaque imam devrait passer pour être certifié par cet organe représentatif de l’islam en France", indique-t-il. "Le CFCM est en train de travailler sur une charte de l’imam. Avec notamment des engagements forts sur le discours d’ouverture que doit porter l’imam", précise-t-il "et également ses engagements pour le respect de valeurs et des lois de la République". "On pourra certifier l’imam pour leur donner ce 'permis de conduire' la prière et les fidèles dans les mosquées", fait-il valoir.

Les musulmans de France n'ont pas attendu qu'on leur demande de donner de la voix pour dissocier fermement leur religion de l'horreur des attentats qui ont visé Paris, comme le montre une semaine après les attentats, le coup de gueule d'un blogueur musulman de Vénissieux, Bassem. Il appelle les musulmans de France à lutter contre les djihadistes dans les quartiers. Son message a été visionné plus de 5 millions de fois en 24 heures. Le jeune homme espère déclencher un sursaut de la communauté musulmane indispensable, selon lui, pour éviter les amalgames.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article