Mgr Jozef De Kesel, nouveau primat de Belgique : «L’Église est en crise»

Publié le 6 Novembre 2015

Mgr Jozef De Kesel, nouveau primat de Belgique : «L’Église est en crise»

LeSoir.be nous montre dans son article du vendredi 6 novembre 2015 que l’actuel évêque de Bruges, Mgr De Kesel, a été nommé archevêque de Malines-Bruxelles et est à ce titre le nouveau primat de Belgique.

«L’Église est en crise, a déclaré Jozef De Kesel lors d’une conférence de presse. Mais personnellement je vois cela comme une opportunité de changement.» «L’Église est plus petite, il y a moins de prêtres. Mais il y a encore énormément de gens qui s’engagent pour l’Église.»

Au sein de l’Église belge, la nomination de De Kesel n’est pas une surprise. L’évêque de Namur était en réalité déjà le grand favori lors de la nomination précédente. Considéré par beaucoup comme le fils spirituel du cardinal Danneels, il apparaissait en effet comme son successeur naturel. La nomination de Mgr Léonard était donc, elle, une véritable surprise émanant, semble-t-il, directement du Vatican, à savoir de Benoît XVI. Un mauvais choix d'ailleurs puisque les déclarations de Mgr Léonard sur les questions de société ont si souvent suscité la polémique.

Né à Gand le 17 juin 1947, sixième d’une famille de onze enfants, Jozef De Kesel occupe le siège épiscopal de Bruges depuis le 25 juin 2010 en remplacement de Mgr Roger Vangheluwe poussé à la démission après avoir été mis en cause dans une affaire de pédophilie. En septembre 2010, soit quelques semaines après son intronisation, le nouvel évêque soulève la question du maintien du caractère obligatoire du célibat des prêtres, estimant notamment que les «personnes pour lesquelles le célibat est humainement impossible à respecter devraient aussi avoir la chance de devenir prêtre», une vision du sacerdoce partagée par les évêques de Hasselt, Patrick Hoogmartens, et d’Anvers, Johan Bonny.

Mgr De Kesel est également très impliqué dans la problématique des réfugiés et a effectué récemment une mission de solidarité en Irak.

Un choix qui est très judicieux après la période de Mgr Léonard plombée par le scandale des prêtres abuseurs et les polémiques déclenchées par ses propos, il fallait donc trouver un nouvel archevêque plus dans la ligne du pape François et ouvert sur les autres plutôt qu'un contempteur de l'Église forteresse prônée à l'époque de Jean-Paul II et Benoît XVI.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Repost 0
Commenter cet article