Vatican : un prélat espagnol arrêté pour divulgation d'informations confidentielles

Publié le 2 Novembre 2015

FranceInfo.fr nous montre dans on article du lundi 2 novembre 2015 que Mgr Angel Vallejo Balda qui est le numéro deux de la préfecture pour les affaires économiques du Vatican, a été arrêté ce week-end avec une laïque, Francesca Chaouqui. Tous deux sont soupçonnés d'avoir transmis des documents confidentiels à des journalistes.

Une "grave trahison de la confiance" accordée par le pape : c'est ainsi que le Vatican qualifie cette nouvelle histoire de "Vatileaks". Une histoire de fuite de documents confidentiels... Deux personnes ont donc été arrêtées ce week-end. La première n'est pas n'importe qui : Mgr Lucio Angel Vallejo Balda est un Espagnol, proche de l'Opus Dei, numéro deux de l'ancienne préfecture pour les affaires économiques; la seconde est une laïque italienne, Francesca Chaouqui, experte des réseaux sociaux, qui a finalement été libérée après avoir accepté de coopérer avec les enquêteurs.

Tous deux appartiennent à la commission mise en place en 2013 par le pape François, peu après son élection, pour réfléchir à une réforme de la curie, l'administration vaticane. Cette commission a achevé son travail l'an dernier et a remis son rapport au pape. Selon la presse italienne, un vol de données aurait été perpétré sur l'ordinateur du contrôleur général des finances du Vatican, l'Italien Libero Milone - en charge de l'audit des comptes de toutes les administrations du Vatican.

Deux livres sortent cette semaine, qui promettent de nouvelles révélations sur les finances du Saint-Siège. Les Marchands du Temple est dû au journaliste Gianluigi Nuzzi, dont un précédent ouvrage, Sa Sainteté, publié en 2012, était basé sur des documents livrés par Paolo Gabriele, alors majordome du pape Benoît XVI, une affaire retentissante qui a été baptisée le "Vatileaks". L'auteur de l'autre livre, Avarice, est le journaliste Emiliano Fittipaldi.

La Vatican a donc arrêté un responsable du Vatican et une ancienne consultante laïque qui travaillaient pour une commission pontificale à cause de la fuite de documents à un journaliste italien, qui avait annoncé son intention de les publier dans un livre. Cette fuite est vue par le Vatican comme "une trahison grave de la confiance accordée par le pape" à ces personnes. Cela poussera sans doute le pape à voir si l'Opus Dei est digne de sa confiance.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article