COP21 : le Pape appelle à l'application de l'accord

Publié le 13 Décembre 2015

LaProvence.com nous montre que le pape François a salué ce dimanche 13 décembre 2015 durant la matinée l'adoption par 195 pays, hier à Paris, d'un accord sans précédent pour lutter contre le réchauffement, en les appelant à être particulièrement attentifs aux "plus vulnérables", davantage touchés par les catastrophes climatiques.

"La conférence sur le climat s'est à peine terminée à Paris par un accord que beaucoup qualifient d'historique", a affirmé Jorge Bergoglio, lors de la prière de l'Angélus place Saint-Pierre. "Son application exigera un engagement unanime et une généreuse implication de la part de chacun", a souligné le pape François, l'air grave.

Le pape argentin a souhaité que soit garanti dans ce cadre, et "avec une particulière attention", l'avenir des "populations les plus vulnérables". "J'exhorte la communauté internationale dans sa totalité à poursuivre avec soin le chemin entrepris, dans le sens d'une solidarité qui devienne toujours plus active", a-t-il conclu.

Comme le montre BFMTV.com, pour limiter les dérèglements du climat - multiplication des vagues de chaleur, des sécheresses, des inondations et fonte accélérée des glaciers - l'accord entérine l'objectif très ambitieux de contenir le réchauffement "bien en deçà de 2°C". Il appelle même à "poursuivre les efforts pour limiter la hausse à 1,5°", par rapport à l'ère préindustrielle, une demande des pays les plus vulnérables. Jusqu'à présent, les 2°C étaient visés. L'aide climat aux pays en développement, qui doit atteindre 100 milliards de dollars annuels en 2020, devra être "un plancher", appelé à être revu à la hausse. C'était aussi une exigence forte des pays du Sud.

Ce pacte, qui entrera en vigueur en 2020, doit permettre de réorienter l'économie mondiale vers un modèle à bas carbone. Une telle révolution implique un abandon progressif des ressources fossiles (charbon, pétrole, gaz), qui dominent largement la production énergétique mondiale, un essor des énergies renouvelables, d'immenses économies d'énergies ou encore une protection accrue des forêts.

L'OBS prudent montre que le président François Hollande a annoncé ce samedi à la tribune de la Conférence de Paris sur le climat qu'il proposerait aux "pays qui veulent aller plus vite" dans la lutte contre le changement climatique de revoir leurs engagements avant 2020. "Dès demain, je ferai la proposition que les pays qui veulent aller plus vite puissent réactualiser avant 2020 tous leurs engagements", a déclaré le chef de l'État. L'accord prévoit que une première révision obligatoire de réduction des émissions polluantes en 2025. Cette date est jugée trop tardive par les ONG et des scientifiques.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Françoise 14/12/2015 22:21

Excellentes vidéos de Naomi Klein sur le sujet:

https://www.youtube.com/watch?v=nrdSuPiTFyI

https://www.youtube.com/watch?v=ELXUHKdkE_U

paroissiens-progressistes 16/12/2015 09:31

MW,

Je sous entend une révolution non violente. On obtient plus avec des mouvements de protestation bien organisé autour d'associations, de partis politiques (?) et d'organisations humanitaires qui utilisent des pétitions, des rassemblements pour une cause, la protestation publique et la défense des droits.

Malheureusement pour les mouvements de résistance passive, des extrémistes viennent mettre à mal ceux-ci, et donnent la justification à des mesures répressives de la part des gouvernements qui dans les médias s'empressent de donner une fausse image de ces mouvements.

Merci !

M.W 15/12/2015 21:23

Paroissien-Progressiste
Madame Françoise.

Une révolution ? Pourquoi pas mais comment la faire ? car si c'est pour faire une révolution qui finira sur un bain de sang et par un massacre généralisée avant de sombrer dans le chaos pour qu'un gouvernement encore pire que le précédent ne prenne le pouvoir euh...

Une révolution doit se préparer minutieusement et être rigoureusement encadrée. Et ceux qui l'encadre doivent réfléchir à toute les situations possibles afin de ne pas être débordée par tel ou tel situation.

Cordialement

paroissiens-progressistes 15/12/2015 17:25

Françoise,

Les révolutions arrivent à force de vexations, et qui sait ? L'argent dirige le monde dit-on, mais il ne dirige pas la pensée et cela malgré la pensée unique à coup de médias complaisants. Le net permet de s'informer au mieux pour contrer ce système qui veut s'imposer à nous.

Merci !

Françoise 15/12/2015 12:22

J'aime beaucoup Naomi Klein. J'avais énormément aimé son document "la Stratégie du Choc" qui illustre bien justement l'état d'urgence et l'opportunisme des situations de terrorisme, d'attentats pour imposer certaines politiques, pour empêcher la contestation syndicale et populaire.
Durant la COP21, plus de 300 militants écolos ont quand même été assignés à résidence, ce qui montre bien que l'attentat du 13 novembre a servi une politique qui ne veut pas de contestation populaire. Ne pas oublier que notre gouvernement veut à tous prix nous faire avaler le TAFTA (qui est décidé dans notre dos et sans notre consentement ni des personnes réellement compétentes mais surtout des lobbys industriels et bancaires qui négocient leurs profits et leurs passes-droits sur toute l'Europe et notre pays) et d'autres destructions du secteur public, du droit du travail, des droits syndicaux. Il était donc important de nous faire taire en tant que citoyens d'une façon ou d'une autre.
D'opérer un choc et de faire peur au plus grand nombre d'entre nous. Et quoi de mieux qu'un attentat qui fait beaucoup de victimes? La même stratégie a été utilisée aux US en 2001. Il faudrait que Mediapart et d'autres journaux le disent pour que les gens en prennent conscience. Naomi Klein l'explique très très bien dans le document "la Stratégie du Choc" et explique les ramifications qui existent depuis le début des années 50 aussi bien dans la classe politique dans son ensemble que sur les multinationales et notamment les grands groupes industriels et financiers.

Beaucoup de citoyens vivent les évènements comme si c'était une faille de la politique antiterroriste alors que ça ne procède pas du tout de ça, mais d'une volonté des classes dirigeantes de soumettre par la terreur, physiquement, émotionnellement, politiquement la population à leurs intérêts privés. Daesh dans le cas d'espèce, comme Al Quaïda en son temps, est un allié objectif de ce type de politique de domination totalitaire.
Sachant qu'Al Quaïda avait été en partie financée par BNP Paribas, et sans doute Daesh aussi, que Daesh commerce depuis des années avec nos grandes multinationales et a conquis du pouvoir et de la puissance pour entretenir à dessein le chaos en Syrie, comme les Talibans en Afghanistan (pour pouvoir piller ces pays riches en pétrole, en uranium, nos multinationales, sont prêtes à mettre en avant sectes et groupes armés). Ce qui est méprisable, atroce. Et d'autant plus atroce pour les populations du Moyen Orient, encore plus opprimées, tuées, vandalisées aussi bien par nos multinationales que par les sectes terroristes locales que nos multinationales ont entretenues et aidées à s'armer.
Je ne sais pas comment nous pourrons sortir de ces chemins de guerre et de malheur, mais j'espère que l'ensemble des citoyens du monde se soulèveront contre ces brigands qu'ils soient nos classes dirigeantes comme les fondamentalistes de tous poils.

paroissiens-progressistes 15/12/2015 09:10

Françoise,

Ces liens sont très intéressant, j'ai beaucoup aimé le premier où on parle de l'état d'urgence. Les abus sont criants et seront je l'espère punis sévèrement. Pourtant, j'ai beaucoup aimé l'imagination des militants écologistes qui ont réussi avec beaucoup d'imagination à s'inviter à la COP21, en utilisant des méthodes inventives. La deuxième vidéo montre aussi un point de vue très intéressant sur ce qui peut être fait pour que la justice climatique existe vraiment. Naomi Klein nous invite à ne pas être aveugle et à participer au mouvement pour faire bouger la situation économique et sociale et à ne pas accepter le diktat des acteurs économiques qui sont en grande partie responsables de notre suicide économique et écologique.

Merci !