Le grand nettoyage des finances du Vatican a démarré

Publié le 17 Décembre 2015

RTL.fr dans son article du jeudi 17 décembre 2015 nous montre que le pape François a engagé une véritable révolution dans l'économie du Saint-Siège.

C'est une véritable opération mains propres que le pape François a déclenchée dans ce micro-état dont il est le chef, et plus précisément dans les finances du Saint-Siège, avec des institutions bancaires qui étaient parmi les plus obscures de la planète. Jusqu'il y a peu, il s'y dissimulait à la fois des opérations quasi-mafieuses et les dépenses somptuaires de la Curie (l'administration du Vatican).

Pour vous donner une idée de l'ampleur du nettoyage, on a fermé le tiers des comptes bancaires du Vatican, jugés suspicieux. Cela représente près de 5000 comptes. Un chiffre obtenu auprès du chef de l'organisme de contrôle comptable. C'est un jeune avocat, parfaitement au fait des techniques de blanchiment d'argent, qui a été nommé tout récemment par le pape pour mettre la gestion vaticane au carré et en conformité avec les normes internationales.

Dépenses somptuaires ? Le mot est faible. On estime que plus de la moitié des offrandes faites par les fidèles catholiques du monde entier sont utilisées non pas au bénéfice des nécessiteux, mais pour financer le train de vie de la Curie. Le journaliste Gian Luigi Nuzzi, qui vient de publier un livre sur l'argent du Vatican (c'est l'une des meilleures ventes en Italie), évoque également "une comptabilité parallèle" pour les entreprises du Vatican, qui aurait englouti au moins un milliard d'euros, avec des surfacturations de 100 à 200%.

L'Église possède d'innombrables propriétés. Il y a plusieurs milliards d'euros d'actifs. Mais jusqu'ici c'était très mal géré. En particulier l'immobilier géré au profit exclusif d'un petit groupe de dignitaires qui habitent dans des appartements de 400, 500 voire 600 mètres carrés pour des loyers ridicules (quelques dizaines d'euros seulement).

Une affaire dévoilée récemment a défrayé la chronique. Un prélat, qui occupe un appartement du palais San Carlo, à deux pas de la demeure toute simple du pape, trouvait qu'il était un peu à l'étroit. Et voilà que son voisin, tombé gravement malade, part à l'hôpital. Ni une ni deux, notre homme fait percer le mur mitoyen et annexe tout simplement l'appartement du mourant. Mourant qui n'est pas mort finalement, et qui n'a jamais retrouvé son chez soi.

Si cela heurte autant d'intérêt, ce nettoyage a-t-il une chance d'aboutir ? C'est la première fois qu'un pape est aussi décidé. Il n'a peur de personne. Mercredi 16 décembre, le pape François a rappelé une nouvelle fois, devant une brochette de prélats à la calotte pourpre, que l'argent était un moyen et non une fin, que le salut était gratuit, que Jésus-Christ était gratuit. Il y a là un message non pas seulement pour les fidèles, mais pour les administrateurs du Vatican eux-mêmes. Le souverain pontife a aussi constitué une commission aux pouvoirs extraordinaires, qui a autorité pour saisir tous les documents financiers de toutes les entités. C'est sans précédent. C'est vrai que cette commission doit gêner du monde : elle a vu ses armoires blindées fracturées et cambriolées l'année dernière.

Il y a de puissantes résistances au sein du Vatican. Mais le pape ne faiblit pas. Il remplace les hommes. Les autorités financières ont désormais la consigne de transmettre à la justice les affaires litigieuses. Le pape François prépare une nouvelle génération de managers. L'université pontificale du Latran vient ainsi d'ouvrir un master de management pastoral - c'est l'école de commerce papale -, afin de familiariser les ecclésiastiques non pas avec le droit canon, mais avec les canons de la gestion et de la comptabilité. Quand on écoute le professeur, on se croirait a HEC. Quand on regarde les travées de l'amphithéâtre, on voit que la moitié des élèves sont en soutane.

Le pape François a décidé de nettoyer les finances et veut des résultats, ils ne veut plus de dépenses somptuaires alors que les dignitaires de la Curie devraient vivre pauvrement et le Vatican ne devrait pas accepter d'argent sale, désormais toutes les affaires litigieuses seront transmises à la justice et former des prêtres au management. Espérons qu'il réussisse.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

Françoise 18/12/2015 21:14

J'ai de gros doutes qu'il fiche dehors l'OD, Taï!
Parce que je pense que l'OD a les moyens de faire à F1 ce qu'elle a fait à mon paternel.
Parce que l'OD connaît trop de secrets sur les malversations financières de la Curie et autres.
Parce que l'OD finance pas mal de cardinaux mais aussi d'oeuvres papales.
Sans compter son rôle central pour tout ce qui relève de la propagande anti IVG, anti contraception, etc.
Et si l'OD est virée, faudra revenir sur la sanctification de Balaguer, ce que F1 ne fera jamais.

Pour moi, son grand ménage n'est qu'une posture.
Il a déjà opéré un jeu de chaises musicales et comme par hasard, l'OD est toujours présente: c'est juste un changement de personne, pas un dégagé.

Si F1 veut vraiment dégager l'OD, faudra qu'il fasse comme le juge Scarpinato, se déplacer en étant réellement protégé et tous les jours.

M.W 19/12/2015 21:10

Madame Françoise

Ne soyons pas trop dure avec le pape François, certes il a du mal à réformer l'Eglise mais de nombreux obstacles se dressent devant lui, il a besoin de nos soutiens pour triompher, alors soutenons-le, ne le condamnons pas. Et puis s'il doit se déplacer avec tous pleins de gardes du corps, s'il ne peut plus s'approcher en paix des fidèles, il sera moins proches d'eux et on le critiquera en disant qu'il n'est plus aussi proche du peuple comme avant.

Cordialement

paroissiens-progressistes 19/12/2015 11:29

Françoise,

Le problème c'est que le pape François veut l'unité de l'Eglise et il commence à se rendre compte que ce sera difficile et qu'il devrait plutôt réformer l'Eglise que de s'appuyer sur ces groupes. Un livre en donne même la tonalité en disant qu'il est parmi les "loups".

L'Opus Dei est puissant par son financement et pour que son influence baisse, il faudra que la pape mette des pasteurs au lieu d'hommes ambitieux et corrompus. De plus, il faudra leur couper leur financement, car une élite dans l'Eglise ne va avec la pauvreté tant demandé par le pape.

Difficile réforme, mais rien n'est perdu. Luttons et nous aurons le dernier mot.

Merci !

Françoise 18/12/2015 09:25

Si comme il le prétend, il fait le ménage dans les finances vaticanes, pourquoi, tant qu'il y est, ne défait-il pas la prélature papale vis à vis de l'Opus Dei qui tient les cordons de la bourse encore à l'heure actuelle? Parce que l'OD pour aimer l'argent et les malversations financières, elle se pose là. Et elle ne recrute quasiment que l'élite bourgeoise et nobiliaire, toujours pour des raisons financières. Ca ne cadre donc pas avec les considérations papales. Ce qui logiquement, si F1 va jusqu'au bout de son raisonnement, sonnerait le glas de la prélature. Osera-t-il en finir, ou comme disait Soeur Emmanuelle, c'est juste histoire de causer, essentiellement parce qu'il a des pressions onusiennes? Ces prochaines semaines nous le diront.
En tout cas, lamentable l'anecdote que tu racontes. Mais pas étonnante.
Le notaire opusien qui au départ a traité la succession de mon paternel n'avait même pas attendu la fin de la cérémonie des obsèques pour réclamer à ma mère ses bijoux. Dans la série abjecte...

paroissiens-progressistes 18/12/2015 13:23

Françoise,

François veut aller jusqu'au bout, mais il affronte un adversaire difficile, la bureaucratie puisque la curie va l'utiliser pour ralentir les réforme. Si il réussit, il aura réussir à vaincre l'organisme qui a empêché toute réforme depuis 50 ans. Chasser l'Opus Dei serra un premier pas, mais il faudra sans doute aller plus loin.

Merci !