Hyper Cacher : un an après les attentats, un hommage est rendu aux victimes

Publié le 10 Janvier 2016

Hyper Cacher : un an après les attentats, un hommage est rendu aux victimes

RTL.fr nous montre que le premier ministre Manuel Valls a souligné "l'angoisse immense" des juifs de France à la cérémonie organisée par le Conseil représentatif des institutions juives de France.

Une cérémonie rendant hommage aux victimes des attentats de janvier 2015 a été organisée à proximité de l'Hyper Cacher à l'appel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) samedi 9 janvier 2016, un an jour pour jour après l'attentat perpétré par Amedy Coulibaly. Quatre personnes avaient été tuées. Elle a eu lieu en présence du premier ministre Manuel Valls, du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et du président des Républicains Nicolas Sarkozy.

Manuel Valls, qui s'est adressé directement aux juifs de France pendant une dizaine de minutes, a souligné "l'angoisse immense" et "légitime". Il a également affirmé que sans eux, "la France ne serait pas la France". Le premier ministre a assuré que "voir des Français quitter leur pays parce qu'ils ne se sentent plus à leur place est une idée insupportable". Et de poursuivre sous les applaudissements : "Rien ne peut expliquer que l'on tue à des terrasses de cafés ! Rien ne peut expliquer que l'on tue dans une salle de concert ! Rien ne peut expliquer que l'on tue des journalistes et des policiers ! Et rien ne peut expliquer que l'on tue des juifs ! Rien ne pourra jamais l'expliquer!".

Pour sa part, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Roger Cukierman, a qualifié d'"horrible" l'année 2015, "pour les Juifs, pour les journalistes, pour les policiers, et finalement pour tous les Français".

19 bougies ont été allumées pendant la cérémonie : 17 pour les 17 victimes des attentats de janvier, une autre pour les 130 morts des attentats du 13 novembre et une dernière pour toutes les victimes des attentats dans le monde. Elles ont été allumées une à une par plusieurs responsables, représentant notamment les différents cultes, dont le grand rabbin de France, Haïm Korsia, l'archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Trois, et le dirigeant du Conseil français du culte musulman (CFCM), Anouar Kbibech.

Dans la matinée du 9 janvier, le président François Hollande a dévoilé une plaque à la mémoire de la policière municipale Clarissa Jean-Philippe, "victime du terrorisme", tuée "dans l'accomplissement de son devoir" le 8 janvier 2016 à Montrouge. Des plaques similaires avaient été dévoilées le 5 janvier à Paris en hommage aux victimes de Charlie Hebdo, au policier Ahmed Merabet et aux morts de l'Hyper Cacher.

En parallèle à ces cérémonies, le Conseil français du culte musulman organise ce week-end une opération portes ouvertes dans de nombreuses mosquées, pour un "thé de la fraternité" visant à défendre un islam de "concorde" et "tordre le cou à ces clichés de liens avec la violence et le terrorisme".

La place des juifs de France est en France, à nous de les rassurer et de les faire se sentir leur place, tout comme pour les musulmans. L'antisémitisme n'a pas lieu d'être. La concorde doit répondre au fanatisme des terroristes et toutes les croyances (même l'athéisme) doivent se sentir protégées par leurs États.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article