L'Église n'est pas un fossile

Publié le 23 Janvier 2016

Au vu des oppositions au pape François, on peut finalement se demander si ses adversaires ne désirent pas que l'Église devienne un fossile. Doit-elle finir dans un musée pour faire plaisir à ceux qui aiment voir l'Église d'antan. Une espèce qui refuse d'évoluer finit par disparaitre et devenir un fossile, serait-ce qu'ils souhaitent ? On en a l'impression.

L'Église a toujours évoluée dans son histoire, comme le montre l'utilisation des synodes et des conciles pour régler ses problèmes. Le refus d'évoluer montre un choix fatal pour l'Église actuelle puisqu'elle fait face à une crise des vocations sacerdotales et religieuses, à laquelle on peut ajouter la désaffection des fidèles.

Le retour en arrière pour mieux mourir ? Qui sait ? L'image de l'Église a été terriblement dégradée et revenir à cette Église qui faisait des fidèles des faire valoir, des évêques des princes alors qu'ils devaient être au service du Peuple de Dieu, qui protégeait les prêtres pédophiles et avait des relations des plus ambiguës avec l'argent, personne n'en veut.

Il est grand temps que l'Église évolue et accueille ceux qui s'en sont éloignés, qu'elle aille vers les périphéries qu'elle se refusait jusqu'à présent à voir. Pour ne pas qu'elle devienne un fossile qu'on voit dans un musée, il est grand temps que les réformes portent en son sein pour qu'elle puisse entendre et écouter la société d'aujourdhui.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Pensées de paroissiens-progressistes

Repost 0
Commenter cet article

aménité 09/02/2016 07:45

L' éviction de l' évêque de Quimper a réussi par la foi profonde et déterminée des bretons du Finistère. Le vatican autorise encore les prêtres de la FS St Pie X à confesser et absoudre jusqu' au 20 novembre 2016. Cet accord devrait être corrigé par le pape François car si Benoit XVI allait dans ce sens, soutenant le scoutisme d' Europe relié au front national dans bien des paroisses. Qui cherche les dessous des formations et des liens des prêtres en France ?

Jean-Christian Hervé 24/01/2016 19:00

Eh bien moi qui suis encore plus vieux ;-), je crois plutôt comme Paroissien Progressiste, qu'il existera toujours des noyaux de résistance qui regrouperont des croyants même si ceux-ci devront peut-être cacher leur foi. Je crois que nous en avons un assez récent exemple avec l'ex URSS où le régime communiste avait tout fait pour éradiquer la religion et où l'on voit un regain d'intérêt allant jusqu'à rebâtir à l'identique, au XXI°siècle, des églises détruites... Et ce, je pense, au delà de l'instrumentalisation du régime actuel avec la complicité d'une Église orthodoxe qui semble vouloir retrouver son lustre et son pouvoir d'antan; l'exemple du développement de l'homophobie religieuse et d’État est symptomatique d'une collusion d'intérêts...
Cordialement.
J-C H

M.W 24/01/2016 20:18

Hervé

En gros soit le monde est dominé par des fanatiques religieux qui persécutent ceux qui ne pensent pas comme eux soit il est dominé par des athées intolérants qui persécutent ceux qui ne pensent pas comme eux. Dans tout les cas la haine et l'intolérance l'emporte. Et oui je pense qu'au moins en Europe occidental ce sont surtout les athées intolérants qui prendront le pouvoir et imposeront un régime antithéiste. Pour le reste du monde je ne sais pas mais c'est aussi possible. Certes il y aura des noyaux de résistance mais dans quel état seront-ils ?

Cordialement

M.W 23/01/2016 20:41

Paroissien-Progressiste

Notre bonne amie la page Facebook fin des religions vient d'avoir 10 000 abonnés et oui eux seraient ravis que l'Eglise, ou plutôt les églises, seront mis dans les musées, les musées des horreurs cela va de soit. Tenez je vais vous faire part du très beau texte écrit par Monsieur Olivier Adam

"J’allume la télévision, la radio. Et ils sont là. Partout. Des religieux. De toutes confessions. Des durs. Des mous. Des excités. Des conciliants. Ils s’expriment. Au même titre que les élus, les chercheurs, les intellectuels. Ils formulent des analyses, émettent des préconisations. S’immiscent dans le débat public. Ils ont voix au chapitre. On les consulte. On écoute leurs recommandations. Leurs souhaits. Leurs exigences, même. Mariage et adoption pour tous. Fin de vie. Et même, depuis Charlie, fanatisme religieux (!), liberté d’expression (!!), laïcité (!!!). Ils sont là, partout, arpentent les plateaux. Et s’ils ne sont pas là, on parle d’eux. On tient compte de leur « sensibilité ». On nous dit qu’il faut veiller à ne pas les heurter. Et tant pis si, par leurs incursions hors des lieux de culte, ils heurtent les athées et nuancent d’emblée une laïcité pourtant non négociable.

J’allume la télévision, la radio. Et me retrouve projeté dans des temps très lointains et très obscurs. Des temps que je n’ai pas connus. Et que je ne pensais pas connaître un jour. Parce qu’on se croyait délivrés. Affranchis. J’ai grandi en banlieue. Un écheveau de villes plus ou moins tranquilles, bien mélangées, avec leurs cités déjà sensibles, leurs lotissements et un reste de culture prolétaire à l’ancienne. J’avais des copains beurs, des copains blacks, la plupart vivaient dans les HLM. On ne parlait pas de musulmans. Ceux qui l’étaient ne s’en réclamaient jamais. Comme aurait dit Charb : ils faisaient le ramadan comme d’autres fêtaient Noël, par habitude et parce que ça rythmait l’année, rien de plus.

On ne savait pas si untel ou untel était juif ou autre. S’il était pratiquant ou non. D’ailleurs les racistes n’étaient pas « islamophobes ». Ils se contentaient de détester les Arabes et les Noirs. Et on les emmerdait. Et l’antisémitisme était juste un truc immonde de très vieux cons, qui allait disparaître avec la dernière génération à l’avoir nourri. On avait grandi bercés par les disques de nos parents, Brel, Brassens et Ferré. On avait passé notre enfance à écouter Renaud, à regarder Coluche et Desproges, à s’endormir devant Polac et Cavanna. On chourait le Canard de nos pères pour dévorer les dessins de Cabu. Notre prof préféré nous faisait commenter les dessins de Charlie. On était tous un peu anars. On bouffait du religieux (curés imams rabbins tous dans le même sac), on se foutait des flics, de l’armée, de la nation, des fachos. Et l’internationale serait le genre humain. A nos yeux, la religion n’était qu’une vieille scorie déliquescente, un reste d’obscurantisme dont on avait mis des siècles à se délivrer mais ça y était, c’était fait, on tenait le bon bout. Il y avait bien quelques cathos de nos âges mais ils restaient entre eux dans leurs écoles privées, se retrouvaient au catéchisme, se côtoyaient chez les scouts. C’était juste des sujets de plaisanteries. Des types coincés et des filles pas futes-futes, dotés de parents bornés. Nous, les seules paroles du Christ qu’on se refilait c’étaient les dernières : un clou je glisse.

Au final, qu’on soit blanc, black ou beur, la religion, c’était juste un hobby bizarre, un truc du dimanche matin pour la plupart, qui nous faisait un peu froid dans le dos parce que ça ressemblait quand même à un genre de secte et franchement, quand on les voyait sur le parvis de l’église en rentrant de la boulangerie, ils ne faisaient pas envie. Ils étaient tous gris tous fermés tous coincés dans leurs croyances irrationnelles et leurs principes étriqués. Mais on les plaignait plus qu’autre chose : avec tout ça, ils allaient rater Téléfoot. Nos parents ne nous démentaient pas, ceux qui avaient été élevés dans la religion nous répétaient combien nous étions chanceux de nous construire en esprits libres, guidés par des enseignants soucieux de former des citoyens éclairés et non par des curés. Quant à ceux des cités, dont beaucoup étaient vaguement musulmans, jamais je n’ai entendu l’un d’eux invoquer le Prophète, ni même mentionner le Coran. C’étaient d’autres temps.

La citoyenneté, la liberté l’égalité la fraternité, et le combat qu’il fallait mener pour que ces belles paroles deviennent des réalités : c’était ça, le projet commun. Ce qui nous projetait ensemble vers l’avenir. La laïcité était un principe intangible. Et l’athéisme n’était pas une croyance parmi d’autres mais un idéal universel. On voulait bien admettre qu’il y ait encore quelques volontaires pour s’aveugler, on voulait bien apprendre à le tolérer, pourvu que tout ça reste dans le silence des églises, des synagogues et des mosquées. Que la religion demeure une occupation strictement privée et vaguement honteuse. Un genre d’hygiène personnelle. Comme le yoga, en plus sectaire. Ou les arts martiaux, en moins physique. Oui vraiment, c’était une autre époque. Une époque bénie."

Admirez l'amour du prochain, délectez-vous de la tolérance, appréciez l'envi de liberté et de pluralisme ! Regardez ce texte qui appel les croyants à être censurés, haïs, rejetés, persécutés. Appréciez cet appel à la haine et à l'intolérance. Appréciez ce vers quoi nous nous dirigeons : vers un monde où les croyants seront rejetés et persécutés car vu comme des débiles mentaux fanatiques et fascistes écervelés. Géééééniaaaaal, on combat la haine, le fanatisme, l'intolérance et le fascisme par la haine, le fanatisme, l'intolérance et le fascisme. Profitons biens de la liberté de culte tant que nous l'avons mon cher j'ai bien peur que bientôt elle nous soit interdite, confisquée par un pouvoir antithéiste. Voyez : la haine et l'intolérance sont également prônés par de brillants intellectuels, un jour ils seront au pouvoir et on va le sentir passer.

Cordialement

M.W 26/01/2016 21:53

Paroissien-Progressiste

Et nous en revenons au même problème la plupart des gens ne veulent pas de la concorde, ils préfèrent se complaire dans la haine et dans le mépris de l'autre et ces gens-là sont de plus en plus nombreux. Ouvert au dialogue ? J'arrête de plus en plus de dialoguer, cela m'énerve de dialoguer avec les intolérants alors je le fais de moins en moins et généralement j'évite de dire ce que je pense des religions. Pour les historiens oui avec ces athées militants même les historiens athées auront des soucis à se faire s'ils refusent d'abandonner la véracité historique. Une éducation religieuse ? vous voulez plutôt dire l'apprentissage du fait religieux ? Pourquoi pas mais il faut voir comment organisé... et voir si effectivement les enfants ne deviennent pas intolérants en devenant adultes.

Cordialement

paroissiens-progressistes 25/01/2016 21:04

MW,

Tu oublies que les historiens pour la plupart athées ont changé notre vision sur le Moyen-âge et sur l'Islam, eux aussi auront du souci à se faire. Les intolérants n'ont qu'une vision limitée de l'histoire, nous le voyons chez nous avec les intégristes. C'est pour cela qu'une éducation religieuse dès l'école est importante, elle doit être neutre et sans influence religieuse et athée.

Merci !

paroissiens-progressistes 25/01/2016 20:58

MW,

Pour moi, les religions ont une part de violence, mais l'athéisme aussi. Il faut faire preuve de concorde ce qui empêche l'intolérance qui naît d'une ignorance parfaite de l'autre. Je suis plutôt ouvert au dialogue même avec ceux qui me haïssent, car on a le droit de croire en paix, malgré eux.

Merci !

M.W 25/01/2016 20:52

Et quand vous leur parlez des croyants persécutés au nom de l'athéisme au Mexique ou dans les pays de l'Est alors soit ils vous disent que cela n'a rien a voir avec l'athéisme soit ils essayent d'excuser ces massacres. En gros soit on refuse de voir l'intolérance dans son camps soit on le cautionne. Et le pire c'est que de nombreux croyants font cela avec leurs religions.

Cordialement

M.W 25/01/2016 20:50

Paroissien-Progressiste

Quand on domine les tribunaux on domine le monde car bien entendu la Fin des Religions veut imposer SA version de l'histoire. Donc nous apprendrons que le Moyen Age est une période obscurantisme, que l'Islam n'a produit que du fanatisme et de la haine, que les bouddhistes sont des sauvages qui massacrent les autres etc ... Certes ce sera aberrant au vu des recherches des historiens mais un pouvoir athéiste serait totalitaire or les pouvoirs totalitaires n'en ont rien à foutre de l'histoire, ils cherchent à l'instrumentaliser pour justifier leurs idées et bien entendu ils persécutent les historiens qui préfèrent rester objectif et défendre la véracité historique. Et vu que les clichés anti-religieux sont de plus en plus nombreux j'ai bien peur que les croyants et les historiens et surtout les historiens croyants aient du soucis à se faire.

Cordialement

paroissiens-progressistes 25/01/2016 18:33

MW,

Si elle veut mettre des tribunaux pour que les religions soient condamnées pour crime contre l'humanité, alors on peut faire pareil pour l'athéisme au Mexique, en Espagne durant la guerre civile (1936-1939) et aux Pays de l'Est. Les crimes là aussi sont nombreux. C'est une idée des plus aberrante et démontre que les livres d'histoires n'ont pas été bien étudiés .

Merci !

M.W 25/01/2016 09:51

Paroissien-Progressiste

Il est vrai que dans ces pays l'athéisme obligatoire n'a pas réussi à résister à la chute du communisme mais il est possible qu'un système athéiste survive plus longtemps et ne finisse par persécuter les croyants sur une très longue durée. Certes il y aura des résistances mais celle-ci risque d'être plus facilement réprimée avec l'évolution technologique. Par exemple si comme le veux notre amie la Fin des Religions les tribunaux internationaux condamnent les religions pour crimes contre l'Humanité on sera foutu.

Cordialement

paroissiens-progressistes 24/01/2016 23:06

MW,

Pour les jeunes, oui. Plaisanterie à part, je ne crois pas à un futur sans religion et encore moins à un régime athéiste qui l'emporterait. Non, forcer les gens à être athée créera des résistances et dans les pays de l'Est cette politique communiste a été un échec, la Pologne est restée catholique, les uniates ukrainiens ont continué à être catholique, les catholiques tchèques ont fait une religion des catacombes.

Merci !

M.W 24/01/2016 11:01

Paroissien-Progressiste

Mais alors vous êtes vieux !: (non je plaisante excusez-moi). Bref plaisanterie à part. En fait je pense qu'Adam parle du monde qu'il souhaite pour le futur, un monde où l'athéisme sera quasi-obligatoire et où ceux qui osent croire en un Dieu seront pourchassés, persécutés, haïs, rejetés. Et croyez-moi un tel monde est possible. Regardez du côté de l'Allemagne de l'Est ou de la Tchéquie, ces régions sont les régions d'Europe où il y a le plus d'athées, la persécution anti-religieuse dans ces régions a porté ses fruits. DOnc oui forcer les gens à être athée est possible par la persécution et la propagande. Et nous nous dirigeons peut-être vers cette situation. Profitez-bien de la liberté de culte, rien ne garanti qu'elle sera encore en place dans quelques années.

Cordialement

paroissiens-progressistes 24/01/2016 10:13

MW,

Pour moi cette page facebook est du même acabit que les groupes sectaires et intégristes cherchant des preuves de la fin du monde, eux cherchent des preuves de la fin des religions qu'ils chercheront longtemps. On ne peut pas forcer les gens à devenir athée, car ils continueront de croire en secret, ou prendre les armes comme les Christeros. La violence de l'ignorance et de l'arrogance mènent toujours aux extrêmes. Si l'Eglise institution finit dans un musée, ce ne sera pas la fin des Eglises locales, car elles reposent sur des communautés de fidèles qui les font vivre, qui vivront dans la communion les unes avec les autres comme à l'époque des premiers chrétiens.

Je trouve l'opinion d'Olivier Adam erronée, durant mon époque (né en 1978), au collège et au lycée dans les années 1990, on parlait de religion. On s'intéressait à cela, on la voyait sur les écrans. La religion intéressait : Le Jour du Seigneur, l'abbé Pierre, sœur Emmanuelle, Jean-Paul II, ATD Quart monde, et bien d'autres n'étaient pas absents de nos vies. On ne se cachait pas, on respectait la laïcité et on ne montrait pas sa religion devant tout le monde, mais ce n'était pas une chute de la religion ni une pratique d'habitude. On avait des conviction religieuses qui nous menaient vers un camp politique (musulmans, juifs et chrétiens portés sur le social aillaient à gauche, les croyants libéraux à droite). Le monde n'était pas devenu athée, les croyants respectaient juste la laïcité mais n'avaient pas disparu.

Merci !