Mettre les pauvres au centre

Publié le 24 Janvier 2016

La mission du chrétien? "Pour évangéliser les pauvres" est, de se "rapprocher d’eux", de "les servir, les libérer de leur oppression, et tout ceci au nom du Christ", a dit le pape François ce dimanche 24 janvier 2016 avant l'Angélus récité à la place Saint-Pierre devant des dizaines de milliers de fidèles comme nous le montre Vatican Insider.

Demandant si "l'Église est fidèle à ce programme de Jésus", le pape a expliqué que cette "priorité" pour l'Église ne signifie pas "de faire de l’assistance sociale et encore moins une activité politique". Concluant qu'il "s’agit d’offrir la force de l’Évangile de Dieu, qui convertit les cœurs, qui panse les blessures, qui transforme les rapports humains et sociaux selon la logique de l’amour" et qu'"être un chrétien et un missionnaire est la même chose".

Le pape François s'est appuyé sur la lecture de l'Évangile pour expliquer la mission de "porter la bonne nouvelle aux pauvres", en montrant que Jésus dirige la Bonne Nouvelle pour tous, sans exception, favorisant plutôt le plus éloigné, le souffrant, la malade, le rejeté de la société et rappelant ainsi l’option préférentielle de Jésus pour les pauvres

Cela rejoint le point de vue de l'article de José Luis Ferrando Lada intitulé "Dieu a-t-il oublié les pauvres ?" sur periodistadigital.com où il utilise un passage de Laudato Si du pape François qui dit : "Les pauvres sont les destinataires privilégiés de l'Évangile, et de l'évangélisation, qui leur sont adressées est le signe du Royaume que Jésus est venu apporter. Il faut dire qu'il existe un lien indissociable entre la foi et les pauvres. Il ne faut jamais les laisser seuls".

Il faut dire que jour les pauvres sont de plus en plus pauvres, et des millions d'entre eux meurent, tout simplement parce qu'ils sont pauvres. Les données font froid dans le dos, 1% des plus riches possèdent 50,1% de la richesse mondiale. La concentration du patrimoine mondial dans les mains d'une élite de plus en plus étroite a nettement augmenté ces dernières années. La thèse défendue par certains que les plus riches contribuent à la croissance, car ils sont réinsérés dans l'économie par la consommation et l'investissement est un sophisme. La liberté du marché qui est lui-même capable de susciter une plus grande équité et inclusion sociale dans le monde, n'a jamais été confirmée par les faits.

Face à cette montagne de la pauvreté, l'homme ne peut pas et ne doit pas s'attendre à un miracle de Dieu. Les signes de Dieu se font à travers les nombreuses initiatives de nombreux hommes et femmes, à titre individuel ou institutionnel (Missions, ONG). Les chrétiens doivent engager plus, chaque niveau que possible. Et tous les citoyens doivent appuyer leurs gouvernements à travailler plus sérieusement et de façon responsable. Par exemple, sur la récente, continue et sans fin "crise" des immigrés en Europe.

Évangéliser les pauvres et les remettre au centre est ce que souhaite le pape François, maintenant à nos communautés de s'engager pour aider les pauvres.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Réforme de l'Église

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

gaetan ribault 25/01/2016 14:43

Votre titre m’inquiète ! Nous avons vu ce qu'à donné le projet "mettre l’élève au centre de la pédagogie"
Mais ce n'est pas le plus beau ! certes il parait anormal que 50,1 % de la fortune mondiale soit détenue par 1% des habitants de la planète..Mais en quelle unité sont ce exprimées ces statistiques en dollars bien sûr. C'est à dire sur pas grand chose , regardez la diminution de la malnutrition , des famines et disettes .dans un monde de par loin de 8 Md d'individus.. Car m^me avec 50 % ces gens ne mangent pas plus que 3 voire 4 repas par jour. Et donnerait-il leur fortune (ce qu'ils font à travers de fondations ) combien de $ seraient donnés aux pauvres?

paroissiens-progressistes 25/01/2016 18:35

gaëtan,

On ne leur demande pas de donner de la fortune, on demande aux riches de donner des salaires décents aux pauvres notamment dans les pays du Sud, mais pas que là. Un salaire décent permet d'éduquer ses enfants, de se loger et de se nourrir. Ils concentrent la fortune mondiale entre leur mains, mais nous ne voyons pas de résultats concret à ces fortunes, si la fuite de leur argent dans les paradis fiscaux, et de faire travailler les pauvres une misère dans les pays du sud et en Europe. Mettre le pauvre au centre permet au moins de donner du pouvoir d'achat à une catégorie qui permet de faire redémarrer l’économie quand elle vit bien.

Merci !