Trouverons nous aussi l'enfant Jésus ?

Publié le 3 Janvier 2016

En ce jour d'Épiphanie, nous avons eu le droit à ce récit symbolique qu'est la visite des mages à la messe de 11 heures et notre diacre a fait la comparaison entre la richesse des mages et la pauvreté de ce enfant né dans une mangeoire. Une belle comparaison qui montre des hommes venir offrir un présent à un enfant qui n'est pas né dans des draps de satin, mais à cause du manque de place dans la pièce du haut dans sa maison a été déposé une mangeoire avec les animaux. On ne peut pas faire plus modeste.

Et nous sommes nous comme les mages à la recherche d'un enfant, au lieu d'un homme prestigieux. Ne devons nous pas reconnaître cet enfant dans le visage des migrants, des réfugiés, des travailleurs pauvres, des hommes sans emplois, des vagabonds et des sans domiciles fixes que l'on trop souvent tendance à mettre de côté, car ils ne correspondent pas à notre vision limitée et élitiste de la société.

On ne trouve pas ce petit bébé dans une mangeoire chez les prêcheurs de haine et de préjugés, qui mettent en avant la culture chrétienne pour mettre un obstacle à ceux qui peinent et qui souffrent. Les mages ne sont pas à la recherche du prestige et de la réussite, ils n'ont pas de logique combative contre ceux qui sont différents, ils viennent voir un futur roi qui se trouve dans une mangeoire.

Et nous avons nous été à la recherche de ceux qui ont faim, qui ont soif, qui sont nus, qui sont malades, qui sont étrangers et qui sont prisonniers, comme les mages ont été à la recherche de ce futur roi des Juifs. On peut se poser la question quand on voit de plus en plus de catholiques s'inquiéter de l'immigration ou de l'islam qui les mènent à des préjugés contraires au message évangélique.

N'ayons pas peur de vouloir sauver l'enfant Jésus comme le font les mages en prenant un autre chemin, qui prend ici le visage de tous ceux qui sont pauvres et marginalisés. Cet autre chemin, on le trouvera en étant accueillant, en ne se plaçant au-dessus de personne, en s'abaissant et en faisant preuve d'humilité.

C'est un travail difficile, mais pas autant que le voyage des mages, alors à nous de vouloir visiter l'enfant Jésus à travers son frère pauvre, affamé et assoiffé, affligé, persécuté, et recherchant la justice.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Pensées de paroissiens-progressistes

Repost 0
Commenter cet article

apobrod 03/01/2016 19:06

Qu'il en soit ainsi!!!