Mexique: le pape appelle à demander "pardon" aux indigènes et alerte sur la "crise environnementale"

Publié le 15 Février 2016

Mexique: le pape appelle à demander "pardon" aux indigènes et alerte sur la "crise environnementale"

L'OBS et LaPresse.ca nous montrent que le pape François a appelé à demander "pardon" pour l'exclusion dont ont été victimes les peuples indigènes, ce lundi 15 février 2016 lors d'une messe dans le sud du Mexique, où il a également exhorté à "ne pas faire la sourde oreille" face à "l'une des plus grandes crises environnementales de l'histoire".

"Souvent, de manière systématique et structurelle, vos peuples (indigènes) ont été incompris et exclus de la société. Certains ont jugé inférieures vos valeurs, votre culture et vos traditions (...) C’est si triste. Que cela nous ferait du bien, à tous, de faire un examen de conscience et d’apprendre à dire pardon", a déclaré le souverain pontife dans le Chiapas, État majoritairement indigène.

"Le défi environnemental que nous vivons et ses racines humaines nous touchent tous et nous interpellent. Nous ne pouvons plus faire la sourde oreille face à l’une des plus grandes crises environnementales de l’Histoire", ajouté le pape durant cette messe en plein air, au milieu des montagnes.

Pour la première fois, lors de la messe dans le centre sportif de San Cristobal, des textes liturgiques et prières étaient prononcés dans les principales langues indigènes : le tzeltal, le tztotzil et le chol, qui sont utilisées par un peu plus d'un million de personnes. Une volonté expresse du pape François. L'Église mexicaine se hérisse depuis longtemps face à "l'Église autochtone", qui combine la religion catholique à des traditions ancestrales qui incluent des branches de pin, des œufs et des références à "Dieu le Père et la Mère".

San Cristobal de Las Casas, à 2200 mètres d'altitude, porte le nom de "Las Casas", en souvenir de l'évêque dominicain Bartolomé de Las Casas, l'un des premiers défenseurs espagnols des droits des Indiens au XVème/XVIème siècles, en pleine répression des peuples autochtones par les Conquistadores.

Le Chiapas (4,7 millions d'habitants) est aussi l'un des plus pauvres États de la Fédération mexicaine. 36% de la population parle encore sa langue indigène. Le protestantisme a réalisé des percées importantes dans le Chiapas au cours des dernières années. Seulement 58 % des habitants de l'État sont aujourd'hui catholiques, comparativement à la moyenne nationale de 83 %. L’Islam commence aussi à s’implanter parmi les populations indigènes. C’est la seule région du Mexique où cela existe.

Le mouvement zapatiste (EZLN, Armée zapatiste de libération nationale) a beaucoup fait parler de lui dans les années 90, quand il était entré en rébellion, demandant la reconnaissance et le respect des droits indigènes, et le contrôle des ressources naturelles de la région.

Le pape François s'est exprimé en faveur des populations indigènes en leur demandant "pardon" en célébrant une messe en leur langue, tout en parlant d'environnement un sujet qui lui est cher, sans doute pour montrer que l'Église n'a pas oublié cette zone où le protestantisme évangélique et l'islam progressent.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article