Padre Pio superstar

Publié le 3 Février 2016

Padre Pio superstar

Moine capucin contesté de son vivant mais canonisé par Jean-Paul II, Padre Pio est célébré à Rome à l'occasion du jubilé de la Miséricorde comme nous le montre Dominique Dunglas dans Le Point.fr ce mercredi 3 févier 2016.

Moment fort du jubilé de la Miséricorde, la dépouille de saint Pio de Pietrelcina, vénéré dans le monde entier sous le nom de «Padre Pio», est arrivée mercredi à Rome pour 13 jours de célébrations. Le transport du corps depuis le sanctuaire de San Giovanni Rotondo jusqu'à la ville éternelle a mobilisé des mesures de sécurité dignes d'un chef d'État. Le cercueil de verre, saturé de gaz argon afin de protéger le corps embaumé des bactéries, a été placé dans un autre cercueil de plexiglas, puis fixé sur un fourgon équipé de suspensions spéciales pour éviter les vibrations. Le convoi a parcouru les 500 km séparant San Giovanni Rotondo de Rome escorté par plusieurs dizaines de voitures des forces de l'ordre alors qu'une «no fly zone» était imposée sur son passage.

La dépouille est arrivée dans la basilique Saint-Laurent hors les murs, près de la faculté de Sapienza, pour une veillée de prières. Jeudi soir, le cercueil sera transporté dans la paroisse San Salvatore in Lauro, dans le centre historique de Rome, où se réunissent traditionnellement les centaines de groupes de prière dévots du moine capucin. Pour chacune de ses étapes, où des dizaines de milliers de pèlerins sont attendus, 800 policiers et des tireurs d'élite ont été mobilisés et des portiques de sécurité ont été installés.

Mais l'événement phare se déroulera le 5 février : la procession qui conduira le cercueil, porté par des fidèles, de San Salvatore in Lauro à la basilique Saint-Pierre. Une «zone rouge» sera instaurée sur le parcours, le transport d'explosifs interdit et le tournage de films nécessitant l'utilisation d'armes feintes suspendu… Après plusieurs cérémonies en présence du pape François, la dépouille de Padre Pio quittera Rome le 11 février, et fera étape à Pietrelcina avant de reprendre place dans le sanctuaire de San Giovanni Rotondo le 16 février prochain.

Francesco Forgione est né en 1887 dans une famille modeste de paysans dans le sud-est de la péninsule. Il n'a que 5 ans lorsque le Seigneur et la Madone lui apparaissent en vision. À 16 ans, il devient novice dans un couvent de capucins. En 1907, il est ordonné moine et prend le nom de Padre Pio. Le 20 septembre 1918, la vie du moine capucin bascule. Après la messe, il est pris d'une sorte de torpeur. Lorsqu'il revient à lui, ses mains, ses pieds et son thorax sont en sang. Des stigmates semblables aux blessures infligées au Christ sur la croix. Immédiatement, la nouvelle se répand et des pèlerins se précipitent vers le couvent de San Giovanni Rotondo. Mais la hiérarchie de l'Église se méfie et ordonne une enquête dont les conclusions sont sans appel : Padre Pio est un imposteur. Et, en 1922, le Vatican lui interdit de dire la messe. Neuf ans plus tard, en 1931, l'interdiction est levée, mais Padre Pio n'a pas le droit de rencontrer ses fidèles en privé.

Cependant, rien n'arrête le culte de Padre Pio, perçu par les foules comme le saint François d'Assise du XXe siècle. De toute l'Italie, des fidèles affluent pour lui demander des grâces. Non seulement les stigmates sont pour les croyants le signe évident de sa sainteté, mais il multiplie les miracles. Padre Pio apparaît en plusieurs endroits en même temps. Durant la guerre, des pilotes américains voient son visage entre les nuages. De grands malades guérissent après l'avoir vu en rêve. Cela ne met pas pour autant fin aux doutes du Vatican. Jean XXIII demande en 1960 une nouvelle enquête qui, elle aussi, conclut qu'il s'agit d'un escroc. Toutefois, Padre Pio est réhabilité en 1964 par Paul VI, et c'est Jean-Paul II qui encouragera le culte du moine capucin, après sa mort en 1968, et autorisera sa canonisation le 16 juin 2002.

Le phénomène Padre Pio est également à l'origine d'une véritable manne financière : l'hôpital qu'il a ouvert en 1956 à San Giovanni Rotondo compte aujourd'hui 1 200 lits. À cela s'ajoutent une télévision, des journaux et quinze millions de dévots à travers le monde. Sa vie aura également fait l'objet d'un film, dans lequel l'acteur interprétant Padre Pio de 30 à 80 ans a été doublé en français par Michael Lonsdale. Avec sept millions de pèlerins par an, San Giovanni Rotondo a même longtemps talonné Lourdes au hit-parade du tourisme religieux. Mais plusieurs enquêtes ont révélé des scandales financiers dans la gestion de cette bonne fortune céleste. Cependant, depuis quelques années, la ferveur est un tant soit peu retombée : les pèlerins ne sont plus «que» quatre millions et les hôteliers de San Giovanni Rotonde font grise mine. Les célébrations du jubilé réanimeront-elles la flamme ? Ce serait un nouveau miracle du moine capucin de Pietrelcina.

La célébration de Padre Pio pendant le jubilé de la Miséricorde pose problème, car on sait que ces stigmates auraient été creusées par de l'acide phénique pur qu'il réclamait et que beaucoup de ces miracles sont soit des rumeurs, soit des témoignages partiaux de se partisans et des moines de San Giovanni Rotondo, ou ont des explications rationnelles. Sans oublier son entourage des plus que douteux puisque ce sont des hommes controversés, compromis avec le fascisme ou pratiquant le marché noir dans le Paris occupé de la Seconde Guerre mondiale, enfin le monumental hôpital voulu par Padre Pio pour San Giovanni Rotondo en 1956 fut financé, grâce à une forme de captation de fonds des Nations unies destinés à la reconstruction de l'Italie qui ont été détournés. Le but réel est de retrouver la manne financière autour du Padre Pio qui a été pendant longtemps vu par l'Église comme un imposteur et un escroc.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise, #Histoire de l'Eglise

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

M.W 03/02/2016 21:13

Paroissien-Progressiste

Je suis attristé par cet article j'ai toujours vu dans le Padre Pio un saint homme mais en réalité il ne fut qu'un mystificateur si je vous comprends bien...

O et puis juste j'en ai marre de tous cela marre de ces mensonges marre de cette humanité stupide qui se complet dans la haine et dans le rejet et dans l'intolérance. Marre de ces mystificateurs qui arrivent à nous manipuler, marre de ces religieux qui refusent la réforme marre de ces gens qui se battent pour la tolérance et le pluralisme alors que ce combat est vain. O et puis merde qu'ils aillent se faire voir, j'abandonne qu'ils fassent ce qu'ils veulent qu'ils se réforment s'ils veulent qu'ils restent conservateurs s'ils veulent qu'ils soient cupides ou encore généreux je m'en fiche j'arrête de me battre pour les réformes qu'ils fassent ce qu'ils veulent.


Cordialement

M.W 04/02/2016 10:30

Christian, Paroissien-Progressiste

En effet je suis déconcerté mais que va t-on apprendre maintenant ? que l'abbé Pierre vendait des armes à la mafia pour arrondir ces fins de mois ? Non c'est bon j'abandonne la lutte et le combat j'en ai marre, l'Eglise à besoin d'autres modèles ? mais lesquels ? combien de temps avant que l'on ne découvre des secrets dérangeants pour ces nouveaux modèles ? Le vent tournera oui mais dans quelle direction ? non là j'en ai assez qu'ils fassent ce qu'ils veulent je m'en fiche de toute façon si ça se trouve bientôt les athées militants auront réussis à faire interdire les religions. Oui qu'ils se débrouillent eux-mêmes s'ils ne veulent pas se réformer et bien qu'ils ne se réforment pas, l'Eglise s'effondrera et ils auront tout gagnés. J'en ai marre, je n'en plus de ces déceptions. Stop j'arrête ce combat et je les laisse faire.

Cordialement

paroissiens-progressistes 04/02/2016 09:40

MW,

Pas besoin de désespérer, c'est en voyant cela qu'en j'ai encore plus envie de réformer l'Eglise qui a besoin d'autres modèles. Attendons le vent finira par tourner.

Merci !

Jean-Christan Hervé 03/02/2016 23:20

Bonsoir M.W, alors, un petit coup de blues comme ça? Toujours déconcertant ce genre de nouvelles... Mais "qui suis-je pour juger?" dirait quelqu'un que nous connaissons bien! Pour ma part, peu importe et je laisse Dieu seul juge... Par contre je suis totalement affligé par ce que représente encore l’idolâtrie dans notre religion et encore plus atterré par l'encouragement du Vatican dans le cas présent; c'est proprement effrayant!
Courage M.W!
Cordialement.
J-C H