Un groupe catholique demande au pape d'autoriser l'utilisation de contraceptifs et des associations civiles se plaignent du "nettoyage social" pour la visite du pape au Mexique

Publié le 11 Février 2016

periodistadigital.com nous montre qu'un groupe catholique a demandé mercredi 10 février 2016 que le pape François permette aux membres de l'Église de "suivre leur" conscience" et d'utiliser la contraception ou à de laisser se faire avorter les femmes pour les protéger du virus Zika. La demande est venu de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a conseillé aux femmes pour se protéger du virus, surtout durant la grossesse, des moustiques et d'avoir des pratiques sexuelles sûres. Le Zika est lié à de graves défauts de naissance pour des milliers de bébés au Brésil et se répand rapidement à travers l'Amérique latine. Le premier cas connu du virus aux États-Unis a été enregistrée la semaine dernière par les autorités sanitaires locales, qui ont dit qu'il était probablement transmis par le sexe plutôt que par semaine piqûres de moustiques.

Catholics for Choice, un groupe de pression progressiste basé à Washington, a déclaré dans un communiqué publié dans les journaux internationaux comme le New York Times et El Diario de Hoy à El Salvador, ce jeudi 11 février, à la veille de la visite du pape à Cuba et au Mexique. "Quand vous voyagerez demain (vendredi) en Amérique latine, nous vous demandons, François, de préciser à vos frères évêques que les bons catholiques peuvent suivre leur propre conscience et utiliser le contrôle des naissances pour eux-mêmes et protéger leurs partenaires", affirmer l'annonce, selon les extraits fournis l'avance dans la déclaration.

Catholics for Choice a demandé au pape François, "de prendre position pour les femmes vulnérables." "Les décisions des femmes autour de la grossesse, y compris la décision de l'interrompre, sont dignes de respect et non à condamner" a-t-elle ajouté. L'Église catholique enseigne que la vie commence au moment de la conception et que l'avortement est un assassinat. Elle interdit également les méthodes artificielles de contrôle des naissances, tels que les préservatifs, faisant valoir qu'elle bloque la transmission possible de la vie. Il faudra bien un jour que l'Église se rende compte que l'enseignement religieux ne fait jamais face à la réalité, et qu'il est difficile de l'imposer.

Enfin, les associations civiles et des droits font remarquer aujourd'hui qu'il est "urgent" d'arrêter la violence, la discrimination et le "nettoyage social" contre la population parasite pour la visite du pape François au Mexique, dans une lettre au pape et aux autorités mexicaines. El Caracol, une organisation travaillant avec les sans-abri, le Centre des Droits Humains Fr. Francisco de Vitoria et le Réseau pour les droits des enfants au Mexique ont signé une lettre, qui assurent que l'arrivée imminente du pape va devenir une excuse pour l'élimination forcée des sans-abri.

Ils soutiennent que le "nettoyage social" des populations de la rue est un recours systématique à Mexico et l'État voisin de Mexico en préparation de manifestations internationales afin de ne pas avoir une "mauvaise image" devant la presse internationale. Les organisations mentionnent les visites papales de Jean-Paul II en 2002 et de Benoît XIV en 2012, lorsque la Commission des droits de l'homme du District fédéral et des organisations sociales documentèrent des actes de violence et des départs forcés pour écarter la population.

Selon les associations, dans les premiers jours de février 2016 divers fonctionnaires de l'État de Mexico et de la ville de Mexico ont pris des mesures pour harceler, persécuter et nettoyer socialement l'itinérance. Là où va passer le pape, on dégage les lieux de ses vagabonds et de ses sans domiciles fixes. La Commission interaméricaine des droits de l'homme a également cité en novembre 2012, l'État mexicain à une audience thématique sur la violence, la discrimination et le nettoyage social des populations de la rue dans neuf ville.

Au cours de sa visite au Mexique, du 12 au 17 février, le pape François aura des activités dans la ville de Mexico et les États de Mexico, du Chiapas, de Michoacan et de Chihuahua. Le pape François ne jouera sans doute pas ce jeu puisqu'il va se tourner vers ceux qui fuient la misère mais aussi vers les Mexicains pris dans le narcotrafic et d’autres formes de violence. Et qui sait s'il va réserver des surprises à l'État mexicain.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article