17 mars 2016 : journée de mobilisation pour les lycéens et les étudiants

Publié le 17 Mars 2016

17 mars 2016 : journée de mobilisation pour les lycéens et les étudiants

Peu convaincus par la version revue et corrigée de la loi travail, les lycéens et les étudiants se sont mobilisés ce jeudi 17 mars 2016 pour montrer qu'ils ne sont pas convaincus par cette loi qui en l'état reste la même et ce n'est pas 4 modifications qui la change notablement. Les médias, comme à leur habitude vont se fixer dans sur les violences durant ces journées qui ont toujours lieu en marge des cortèges, donc ne concernant pas les manifestants.

Ils s'avèrent plus nombreux que lors du 9 mars. Ce qui montre que le mouvement a été mieux préparé. 115 lycées ont été bloqués, et les organisations lycéennes parlent de 120 à 200 établissements. Le nombre de lycées concernés a doublé, ce qui a permis une meilleure mobilisation. Plusieurs campus universitaires ont été aussi bloqués.

Les manifestations se sont soldées selon l'UNEF à plus de 150 000 personnes. 69 000 selon la préfecture de police ce qui fait déjà beaucoup pour ne pas être pris au sérieux. Au vu de la réussite de cette journée de mobilisation, l'UNEF appelle à une nouvelle mobilisation le 24 mars. Manuel Valls ne va pas arranger les chose puisque pour lui "Il n'y a aucune raison de demander le retrait. Je suis très attentif aux attentes, aux aspirations, aux exigences, aux colères, aux angoisses de la jeunesse". "Je leur demande de regarder avec attention le texte, les évolutions que nous avons apportées."

Si Manuel Valls pense les jeunes n'ont rien compris, il devrait lire sur L'Humanité.fr le communiqué de la vingtaine d’organisations syndicales, politiques, associatives de jeunes qui laisse peu de place au doute sur leur volonté, au-delà d’obtenir le retrait de la loi, de peser dans le débat : "Nous appelons tous les jeunes à une nouvelle journée d’action le 17 mars prochain pour exiger le retrait sans conditions de ce projet de loi régressif, et porter haut et fort nos contre-propositions pour lutter contre le chômage et garantir à tous un droit à un avenir ", clament-elles, développant en trois axes leurs exigences communes.

Pour "en finir avec la précarité", l’idée est d’abord d’assurer aux stagiaires et apprentis les mêmes droits que les autres salariés, notamment en demandant la fin "des rémunérations en dessous du SMIC" et "une protection sociale". Mais, pour les organisations de jeunesse, il s’agit également de dégager les moyens pour l’accès de tous à "une formation de qualité".

Pour le texte unitaire, l’enjeu est aussi de "mettre en place une véritable protection sociale (pour les étudiants) avec un revenu, ainsi que compter les années d’études dans le calcul de la retraite et de l’assurance chômage". Mais les jeunes entendent également avoir leur mot à dire sur le marché du travail lui-même. Et d’exiger "le CDI comme norme d’emploi, la répartition par la diminution du temps de travail sans baisse de salaire entre toutes et tous pour en finir avec le chômage et assurer une protection sociale suffisante à chacun, salariés comme personnes sans emploi".

La loi El Khomri mobilise dans les facs comme les lycées pour son retrait total, montre la déception des jeunes envers le gouvernement qui ne peut plus se prétendre de gauche. Mais tous ne sont pas aussi fermés, et comme le montre ouest-france.fr les députés socialistes frondeurs vont recevoir à l'Assemblée nationale des syndicats contestataires afin de faire un "examen critique du texte" et élaborer un "contre-projet" à la réforme du Code du travail qui permettra le retrait de la version même revue et corrigée du gouvernement.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

M.W 18/03/2016 10:38

Tenez j'ai vu un article sur un blog d'athées militants qui explique ne quoi la laïcité et l'athéisme sont liés, je vous mes le lien
lpa.atheisme.ca/blog-21/

N'hésitez pas à lire sa démonstration tout de même intéressante.

Cordialement

M.W 18/03/2016 10:21

Paroissien-Progressiste

J'ai toujours voulu vous poser cette question. Imaginez un jour un parti monarchiste constitutionnel arrive au pouvoir par des élections légales et qu'il restaure une monarchie constitutionnelle par un référendum tout a fait légal, vous ferez quoi ?

Cordialement

M.W 19/03/2016 20:32

Paroissien-Progressiste

Donc vous voulez un système semblable au Cambodge sauf que ce serait le suffrage universel direct ? Pourquoi pas j'ai déjà imaginé un système semblable (sauf que l'héritier serait désigné au suffrage universel indirect et que le peuple serait ensuite consulté par référendum). Il faudrait un jour que j'écrive mes idées politiques...

PS: pour la Pologne la monarchie élective commence après la disparition de la dynastie Jagellon en 1593, 1790 est la dernière année de la monarchie élective: la constitution de 1791 a en effet instauré une monarchie héréditaire.

Cordialement

Cordialement

paroissiens-progressistes 19/03/2016 09:53

MW,

Non, ce modèle a existé en Pologne en 1790 ou dans le Saint Empire Romain Germanique, même si c'était les Grands du Royaume qui choisissaient. Le monarque doit être approuvé par la population, car si c'est une personne qui n'est pas aimé par le peuple, le régime ne durera pas. Ici cela n'aura rien à voir avec les partis politiques. Ils pourraient avoir le choix entre les membres de la famille, et de préférence pour le plus compétent.

Merci !

M.W 19/03/2016 07:59

Paroissien Progressiste

l'approbation du peuple par référendum ou par élection ? Mieux la première solution car en cas d'élection le roi ne deviendrait qu'vulgaire président élu à vie donc un bonhomme issu d'un parti politique et soutenu par un parti politique qui se met de facto tous les autres sur le dos, bien loin de l'idée de monarchie. Par contre le référendum pourrait être pas mal mais il faut encore voir comment faire pour éviter que le roi ne soit qu'un président déguisé.

Cordialement

paroissiens-progressistes 18/03/2016 18:40

MW,

Si elle est constitutionnelle, je m'adapterai, mais je demanderai une vraie démocratie avec une participation réelle du peuple et l’approbation du peuple pour le successeur du roi.

Merci !

M.W 18/03/2016 16:48

Paroissien-Progressiste

Ce n'est pas ma question, je ne vous ai pas demandé si vous pensiez qu'une monarchie allait revenir mais ce que vous feriez si elle revenait.

Cordialement

paroissiens-progressistes 18/03/2016 13:20

MW,

J'en doute, il faudrait des appuis et un soutien populaire. Et c'est là le problème.

Merci !