La parité homme - femme pas encore à l'ordre du jour et le gouvernement ne comprend rien à la contestation contre la loi du travail

Publié le 8 Mars 2016

Comme nous le montre L'OBS et francetvinfo.fr, la Journée internationale des femmes, célébrée ce 8 mars, ne doit pas faire oublier que la marche vers la parité avance à tout petits pas. Tandis que dans les séries, les femmes ont de plus en plus le beau rôle, dans les faits, l'inégalité des sexes reste de mise. Dans la réalité, en France, selon les derniers chiffres communiqués par l'Insee les femmes gagnent en moyenne 19,2% de moins que les hommes, elles sont aussi 67,5 % à être actives, contre 75,5% des hommes, 27,3% des actives exercent également un emploi non qualifié, contre 20,2% des actifs, et seules 28% d'entre elles sont des créatrices d'entreprise sont des femmes, et enfin les femmes achètent leur premier logement vers 38 ans, deux ans plus tard que les hommes. Des progrès on été faits, mais ils sont encore insuffisants.

Malheureusement le projet de la loi du travail montre le mépris des élites envers le peuple comme nous le montre BFMTV.com, il suffit de voir le ministre de la justice Jean-Jacques Urvoas dire qu'il n'"y a une voix qu'on n'entend pas : celle des jeunes précaires, des chômeurs, parce qu'ils ne sont pas organisés", tout cela pour mettre les jeunes précaire et les chômeurs contre les syndicats, on peut alors inviter le ministre à entendre la voix de ceux-ci sur la page twitter, facebook et You tube de #OnVautMieuxQueCa; et Myriam El Khomri qui n'hésite pas à que "le pays a besoin de réformes structurelles" et qu'elle mènera le projet de loi jusqu'au bout, alors que Martine Aubry, et ses proches, très hostiles au projet de loi sur le Code du Travail, ont présenté lundi soir "beaucoup de propositions" devant le Bureau national du PS en présence de la ministre du Travail Myriam El Khomri. Une fois les débats commencés, elle a dénoncé "les dangers de ce texte, même pour les entreprises". Martine Aubry a appelé de ses vœux "un projet moderne" et rejeté "les vieilles recettes qui ne marchent jamais". Si la maire de Lille ne demande pas pour l'heure le retrait totale du texte, elle a insisté sur la volonté d'y apporter "beaucoup" de modifications. "Il y a beaucoup, beaucoup de choses à modifier, on ne peut pas se contenter de trois petites modifications", a détaillé Martine Aubry à la sortie du Bureau national du Parti socialiste.

Pour le gouvernement la "flexibilité" est la solution au chômage, pourtant en regardant nos voisins européens ce n'est pas fameux, puisque les contrats flexibles notamment au Royaume-Uni, avec l'explosion des fameux contrats zéro heure, qui ne garantissent aucun plancher d'activité au salarié, c'est une flexibilité totale et sauvage, en Allemagne, où la quasi-totalité des emplois créés dans les dernières années sont des petits boulots, en Espagne, où seuls 6% des contrats de travail nouvellement signés sont pour des emplois pérennes, les autres sont des temps partiels avec des salaires de quelques centaines d'euros, ou En Italie, où 70% des jeunes qui travaillent occupent des emplois temporaires, ont augmenté considérablement la pauvreté et la précarisation des salariés, notamment des jeunes.

Le gouvernement n'a rien compris et demain mercredi comme le montre Libération.fr, jeunes, étudiants et lycéens, mais aussi militants syndicaux ont prévu de se mobiliser à Paris et partout en France contre la réforme du Code du travail. Hasard du calendrier, les cheminots de la SNCF et les agents de la RATP ont choisi cette date pour manifester leurs inquiétudes et mécontentements en termes d’emplois, de conditions de travail et de salaires. Il n'y pas de fumée sans feu.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Françoise 08/03/2016 22:05

Coucou du soir!

Demain j'ai déplacé 2H de cours pour faire la manif.
Et je me suis signalée pour demain depuis le lien suivant:

http://manifester.loitravail.lol/

Ce qui est sympa pour celles et ceux qui soutiennent la manif sans pouvoir y participer.