Le Cardinal Barbarin essaye de se défausser maladroitement de toute responsabilité et La femme de Vincent Lambert, favorable à l'arrêt de ses soins, est nommée tutrice de son mari

Publié le 10 Mars 2016

Dans L'OBS l'archevêque de Lyon Philippe Barbarin, mis en cause par une association de victimes d'un prêtre pédophile, a indiqué que sa démission n'était "pas une question d'actualité" sans toutefois l'écarter s'il était "fautif" aux yeux de la Justice, dans une interview au "Parisien" le mercredi 9 mars 2016.

"La démission, pour moi, n'est pas une question d'actualité. Si je suis fautif, si je suis 'occasion à scandales', alors là on verra. La justice va faire son travail. [...] Je porte les souffrances terribles provoquées par ce prêtre" [le père Preynat], ajoute le Primat des Gaules, qui assure penser "aux victimes tous les jours" tout en écartant la question de sa responsabilité personnelle. "En 2007, ce sont des bruits qui courent et ce sont des faits très anciens. Je n'ai vu personne à ce moment-là. Quand, en 1991, le prêtre a été déplacé dans une autre paroisse, je ne suis pas archevêque, je ne suis pas en responsabilités. Et à l'époque, il y a vingt-cinq ans, il ne faut pas oublier qu'on est aussi dans une autre mentalité par rapport à la pédophilie", déclare le cardinal.

Le parquet de Lyon a ordonné une enquête préliminaire pour des faits de non-dénonciation et de mise en péril de la vie d'autrui au sujet d'agressions sexuelles commises par le père Bernard Preynat, sur de jeunes scouts lyonnais entre 1986 et 1991 pour lesquelles le religieux a été mis en examen. Des signalements de victimes mettent en cause plusieurs responsables du diocèse dont le cardinal Philippe Barbarin, accusés de ne pas avoir dénoncé à la justice les agissements passés de ce prêtre.

Cela montre le peu de considération du cardinal Barbarin envers les victimes puisqu'il faut lui signaler qu'avant ou après 1991 ne pas signaler un prêtre pédophile est désigné comme "non assistance à personne en danger" et complicité.

C'est une excellente nouvelle que nous annonce francetv.info. La juge des tutelles a tranché. Rachel Lambert a été nommée jeudi 10 mars tutrice de son mari Vincent, hospitalisé dans un état végétatif depuis 2008, indiquent France 3 Champagne-Ardenne et L'Union. Contrairement aux parents de son mari, Rachel Lambert est favorable à l'arrêt des soins.

Elle a été nommée tutrice pour une période de 120 mois, "une décision qui restaure la place de l'épouse" selon Me Gérard Chemla, avocat du neveu du patient. Le CHU de Reims, soutenu par les parents déterminés à maintenir en vie leur fils, avait demandé la nomination d'une tutelle pour "déterminer un référent qui pourrait représenter légalement" le patient.

Cité par L'Union, l'avocat des parents juge que la décision, "surprenante", "va à l'encontre de ce que nous demandions et de ce que proposait le procureur, à savoir la nomination d’un tuteur extérieur à la famille Lambert". Le quotidien régional ajoute que l’Union départementale des affaires familiales de la Marne a été désignée comme subrogé tuteur. Ce rôle consiste à surveiller les actes passés par le tuteur, voire à le remplacer en cas de conflit d'intérêt.

C'est un souffle d'air frais pour Rachel Lambert qui peut enfin faire respecter les volonté de son mari. Il était grand temps qu'il ne servent plus d'alibi à ses parents intégristes pour leur combat contre l'euthanasie. Mais mauvais perdants comme toujours, iles essayeront divers recours qui finiront toujours de la même manière sur un échec.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

Françoise 13/03/2016 16:05

Une bonne chose par rapport à Vincent Lambert et sa femme. L'OD et la FSSPX ne pourront que lâcher l'affaire.
Concernant Barbarin, il se fiche du monde quand il dit "Et à l'époque, il y a vingt-cinq ans, il ne faut pas oublier qu'on est aussi dans une autre mentalité par rapport à la pédophilie". C'est faux parce que un siècle avant, en 1888, une affaire retentissante de pédophilie sur 250 enfants de la colonie pénitentiaire de Cîteaux (sur le site même de l'actuelle abbaye) défraie la chronique avec procès aux assises. La presse, la société prend fait et cause des enfants. La colonie pénitentiaire perd immédiatement sa dotation d'utilité publique, l'argent de l'état et doit fermer après le procès et l'incarcération de la trentaine de moines pédophiles et bourreaux des enfants.
Un siècle donc avant les affaires Preynat, la société dans son ensemble condamne largement la pédophilie y compris cléricale. Et même la juge et la condamne aux assises. Alors comment Barbarin peut-il tenir un discours pareil? Nous prend-t-il pour des imbéciles?
Devrait-on également lui parler des scandales du Bon Pasteur de Nancy, de Tours, de la traite des enfants pauvres pour fournir les industries françaises de la verrerie par l'abbé Santol et ses potes Perrin et Guilloud, mercenaires enrichis par ces négoces?

paroissiens-progressistes 13/03/2016 22:22

Françoise,

Peut-être devons nous leur rappeler les hauts faits d'arme de l'Eglise à ce niveau pour que nos chers clercs retrouve modestie et humilité. Si Jésus voyait ça ...

Merci !

Jean-Christian Hervé 10/03/2016 22:20

Bonsoir, Concernant Vincent Lambert, je crois qu'il convient d'être prudent; un tuteur exerce une tutelle aux biens et non à la personne; en conséquence, on ne peut s'attendre à ce que cette nouvelle désignation entraine une modification substantielle de la situation de Vincent Lambert. Elle parait toutefois logique dans la mesure où Vincent Lambert est vivant et qu'en conséquence la communauté, quel que soit le régime matrimonial existe encore; je ne vois pas pourquoi, son épouse serait obligée de rendre des comptes à une belle-famille nommée tutrice, dans la gestion de leur communauté. Ceci dit, aujourd'hui le contenu des mesures de tutelle est fixé "à la carte" par le juge des tutelles et l'on peut penser que sa décision a été pesée quant à son contenu...
Cordialement.
J-C H

paroissiens-progressistes 11/03/2016 19:05

Jean-Christian,

J'ai aussi fait preuve de cette prudence dans ma conclusion, mais le fait que sa femme soit sa tutrice peut être déjà vu comme une victoire morale.

Merci !