Le pape François indique que l'amour de Dieu passe par un service concret et explique l'évolution des procédures de nullité de mariage

Publié le 12 Mars 2016

Radio Vatican nous montre que 40 000 pèlerins étaient venus à l’audience générale du pape François ce samedi matin, 12 mars 2016. Lors de cette troisième audience jubilaire, le pape François est revenu sur l’Évangile selon saint Jean qui relate le lavement des pieds.

Par le lavement des pieds Jésus nous a indiqué que le service est le chemin à parcourir pour vivre la foi en lui et témoigner de son amour. Jésus lui-même s’est appliqué l’image de "servant de Dieu" utilisée par le prophète Isaïe. En lavant les pieds de ses disciples a expliqué le pape, Jésus a aussi voulu révéler au monde la façon d’agir de Dieu à notre égard et donner l’exemple de son commandement nouveau, celui de «nous aimer les uns les autres, comme il nous a aimés».

«L’amour est un service concret que nous rendons aux autres, a poursuivi le pape François, un service humble, fait dans le silence et le secret. Cela implique de mettre à disposition les dons que l’Esprit Saint nous a fait, pour que la communauté puisse croître. Cet amour s’exprime aussi dans le partage des biens matériels avec ceux qui sont le plus dans le besoin.» «Jésus nous invite enfin à confesser nos manquements et à prier les uns pour les autres, afin que nous sachions pardonner avec le cœur, s’oublier soi-même et suivre le Christ sur la voie du service», a-t-il insisté.

«La charité et la miséricorde, outre la réflexion sur l’expérience, ont poussé l’Église à se rendre encore plus proche de ses enfants » qui «souvent sont oppressés par le doute de savoir si [leur mariage] était valide ou non». Le pape François est revenu ce samedi matin, 12 mars 2016, sur les nouvelles procédures d’annulation de mariages canoniques mises en place à l’été 2015 par deux Motu Proprio, Mitis Iudex Dominus Iesus et Mitis et Misericors Jesus. Lors d’une rencontre, dans la salle Paul VI du Vatican, avec les participants à un cours de formation de la Rote romaine, le pape a expliqué que ces documents montraient «la sollicitude de l’Église vers ces fidèles qui attendent une vérification rapide de leur situation matrimoniale».

«Il est important que la nouvelle norme soit reçue et approfondie dans le mérite et l’esprit, spécialement par les opérateurs des tribunaux ecclésiastiques, pour rendre un service de justice et de charité aux familles». Le pape François a rappelé que l’objectif principal de la réforme introduite avant le synode des évêques sur la famille l’année dernière, est celui d’aider les personnes «qui ont vécu une expérience matrimoniale malheureuse». Car «l’Église est mère et veut montrer à tout le monde le visage du Dieu fidèle à son amour, miséricordieux et toujours capable de redonner force et espoir».

Le pape a invité ainsi les participants à ce séminaire de la Rote romaine à vivre leur «engagement en faveur de la justice» «comme un service aux âmes, spécialement les plus blessées». Parmi les personnes les plus en difficulté, et qui doivent être au centre de l’attention de tous les acteurs judiciaires, figurent celles qui sont «séparées» et qui «vivent une nouvelle union». «Leur participation à la communauté ecclésiale» est également au cœur des préoccupations du pape.

Si le pape François insiste bien sur la nécessité de prendre soin de ces fidèles en souffrance, il invite à regarder «avec admiration ceux qui, dans des conditions difficiles, restent fidèles au lien sacramentel. Ces témoins de la fidélité matrimoniale doivent être encouragés et donnés en exemple à imiter».

Le pape François invite les fidèles à être des serviteurs selon le modèle de Jésus, pourtant ce service doit être porteur et pas seulement cosmétique, plus que jamais ce sera au Peuple de Dieu de montrer l'exemple aux clercs puisqu'ils ont déjà mené ce travail de service avec de grandes déceptions, car il n'a jamais inspiré les pontificats de Jean-Paul II et Benoît XVI.

Enfin, le pape a expliqué l'évolution des procédures de nullité tout en sachant que cela ne réglera pas le problème des divorcés remariés puisque leur participation dans la communauté ne pourra se faire qu'avec l'ouverture des sacrements, et en rappelant la fidélité matrimoniale ce qui n'est en rien étonnant vu sa conception traditionnelle du mariage.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article