Le pape François nous demande de susciter l’espérance et condamne le refus de ceux qui pourraient aider les migrants

Publié le 27 Mars 2016

Le pape François nous demande de susciter l’espérance et condamne le refus de ceux qui pourraient aider les migrants

Comme nous le montre ouest-france.fr le pape François a condamné ce dimanche 27 mars 2016, dans son message de Pâques, le «refus de ceux qui pourraient offrir un accueil et de l'aide» aux migrants.

«La file toujours plus nombreuse de migrants et de réfugiés fuyant la guerre, la faim, la pauvreté et l'injustice ne doit pas être oubliée. Ces frères et sœurs rencontrent trop souvent en chemin la mort ou un refus de ceux qui pourraient leur offrir un accueil et de l'aide», a-t-il martelé dans son message «urbi et orbi» («à la ville et au monde»), lançant un nouvel appel pressant aux responsables des pays développés, notamment européens, à ne pas fermer leurs frontières.

Dans un message sombre, une note d'espérance a été pour la Syrie, Jorge Bergoglio exprimant son plein soutien aux négociations de Genève. «Que le Seigneur ouvre des chemins d'espérance à la Syrie bien aimée, pays déchiqueté par un long conflit» et qui a souffert «la décomposition de sa société civile» (...) «Nous confions à la puissance du Seigneur ressuscité les discussions en cours (...) pour qu'on puisse recueillir des fruits de paix».

Il a aussi prié pour l'Irak, le Yémen, la Libye, le conflit israélo-palestinien, et entrevu quelques «ferments d'espérance» dans les conflits civils au Burundi, au Mozambique, en RD Congo et au Sud-Soudan. Jorge Bergoglio a souhaité «le dialogue et la collaboration de tous» au Venezuela, dans la seule allusion à son continent d'origine.

Condamnant «la forme aveugle et atroce de la violence» que constitue le terrorisme, le chef de l'Église catholique a prié pour la Belgique, la Turquie, le Nigeria, le Tchad, le Cameroun, la Côte d'Ivoire et l'Irak, frappés par des attentats. «Face aux gouffres spirituels et moraux, face aux vides qui provoquent la haine et la mort», (...) «le Seigneur nous donne son regard de compassion envers les affamés et les assoiffés, les étrangers et les prisonniers, les marginaux et les exclus, les victimes des abus et de la violence».

«Le monde est rempli de personnes qui souffrent dans leur corps dans leur esprit», «de crimes atroces souvent commis dans les murs du foyer domestique», de «conflits armés qui soumettent des populations entières à ses souffrances indicibles». Le pape François s'est exprimé aussi pour «les personnes âgées écrasées par la solitude» et «les jeunes qui ne pensent pas avoir d'avenir».

Comme nous le montre euronews.com, hier le pape François nous a demandé de susciter l’espérance, après une Semaine sainte marquée par de nouveaux attentats en Europe et au Moyen-Orient.

Le pape François avait voulu que le Samedi saint soit le jour de silence de Dieu. Il n’est apparu qu’en soirée, dans la pénombre de la basilique Saint-Pierre, pour célébrer la résurrection de Jésus. Après qu’eut retenti par trois fois la formule en latin “Lumen Christi”, la basilique s’est illuminée. Le pape a utilisé le mot “espoir” une vingtaine de fois pendant la Veillée pascale.

“Que le seigneur nous libère de ce piège, d‘être des chrétiens sans espoir, qui vivent comme si le Seigneur ne s‘était pas élevé, comme si nos problèmes étaient le centre de nos vies”, a-t-il dit. Le pape François a aussi baptisé douze catéchumènes adultes, parmi lesquels six albanais, et un chinois.

Le pape François n’a pas tort nous devons être des vecteurs d’espérance et de paix, mais il ne faut pas non plus être naïf car ces deux qualités ne se font pas seulement à coup de grands principes mais d’actes réels au sein de son propres pays pour qu’ils soient porteur ailleurs, car si on n’aide pas ceux qui sont marginaux (notamment les réfugiés) ici, comment peut-on être crédible ailleurs. Ensuite, nous pourrons porter avec crédibilité l’espérance ailleurs comme nous le feront ici.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Repost 0
Commenter cet article