Pédophilie dans l'Eglise catholique : le cardinal Barbarin visé par une nouvelle plainte pour "mise en danger de la vie d’autrui et provocation au suicide"

Publié le 15 Mars 2016

Pédophilie dans l'Eglise catholique : le cardinal Barbarin visé par une nouvelle plainte pour "mise en danger de la vie d’autrui et provocation au suicide"

Francetvinfo.fr et BFMTV.com nous montre qu'une nouvelle plainte visant le cardinal Barbarin a été déposée en février, rapporte l'AFP, qui cite une source judiciaire, mardi 15 mars. Les faits concernant des actes pédophiles remontant au début des années 1990 et commis par un prêtre toujours en activité à Lyon, précise l'agence, confirmant une information du Figaro.

Cette plainte, déposée par une victime qui travaille désormais au ministère de l'Intérieur, selon Le Point, vise des faits de "mise en danger de la vie d'autrui et provocation au suicide", explique le diocèse de Lyon dans un communiqué. Elle fait suite à une première plainte déposée en 2009 à l'encontre du prêtre, classée sans suite par la justice pour cause de prescription.

Dans un témoignage recueilli par Le Figaro, Pierre, 42 ans, affirme avoir été victime d'attouchements sexuels de la part du prêtre Jérôme Billioud, de l'ensemble paroissial La Croix Rousse. Les faits se seraient produits pendant des vacances à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) au début des années 1990, lorsque Pierre était adolescent. Un soir, dans une chambre d'hôtel, "le père Billioud a commencé à se frotter et à se masturber contre moi", raconte-t-il.

À l'occasion de sa plainte en 2009, Pierre dit avoir rencontré le cardinal Philippe Barbarin, qui "s'abrite derrière la prescription pénale". "Il n'a rien fait pour protéger les autres enfants, il l'a laissé en place, au même endroit, dénonce-t-il. C'est facile d'être courageux avec les chrétiens d'Orient, mais faire le ménage dans sa propre boutique alors que l'on sait qu'il y a des brebis galeuses, il faut un autre genre de courage."

Après cette nouvelle plainte, le cardinal Barbarin a fait part de sa "tristesse", de sa "consternation" et de son "incompréhension" : "C’est avec douleur que le cardinal Barbarin se voit accusé aujourd’hui de manière aussi injustifiée, tant il est évident qu’en aucun cas il n’a ni mis en danger la vie d’autrui, ni encouragé quiconque à se suicider." Le religieux catholique demande "que soient respectés ses droits, son honneur et la présomption d’innocence". Le cardinal Barbarin serait plus crédible en démissionnant pour assurer sa défense.

Pour Me André Soulier l’avocat du cardinal Philippe Barbarin, il s’agit d’une campagne de dénigrement qui vise à atteindre l’Église catholique dans son ensemble. "Moi je reste médusé, j’ai quelques années de carrière, c’est la première fois que je vois instruire un procès à travers des déclarations qui sont faites par des intéressées", estime-t-il à notre micro. "Il y a une entreprise qui est menée, qui serait une espèce de déstabilisation ici, locale. Mais je m’interroge sur des visées plus longues, plus lointaines, contre le Vatican probablement."

Le président de la Conférence épiscopale, l'archevêque Georges Pontier, a affirmé mardi à Lourdes (Hautes-Pyrénées) que "faire la vérité pour les victimes" de pédophilie était "la priorité" des évêques. De son côté, Manuel Valls a demandé sur RMC au cardinal de "prendre ses responsabilités" après sa mise en cause. "C'est à lui (...) de parler et d'agir", juge le Premier ministre.

Plus tard, Me André Soulier s'est montré scandalisé que le Premier ministre appelle le cardinal Barbarin à "prendre ses responsabilités", alors que plusieurs victimes de prêtres pédophiles l'accusent d'avoir gardé le silence à l'époque et essaye de faire nager le doute sur la dernière victime parce qu'il est du ministère de l'intérieur. Peu convainquant.

Pour Me André Soulier l’avocat du cardinal Philippe Barbarin, il s’agit d’une campagne de dénigrement qui vise à atteindre l’Église catholique dans son ensemble. "Moi je reste médusé, j’ai quelques années de carrière, c’est la première fois que je vois instruire un procès à travers des déclarations qui sont faites par des intéressées", estime-t-il à notre micro. "Il y a une entreprise qui est menée, qui serait une espèce de déstabilisation ici, locale. Mais je m’interroge sur des visées plus longues, plus lointaines, contre le Vatican probablement."

Lors de la conférence de presse de la Conférence des évêques de France commencée à 12h30, le cardinal Philippe Barbarin vers 12h50 dit "penser aux victimes" d'actes pédophiles et "prier pour elles". "Jamais je n'ai couvert le moindre acte de pédophilie", affirme-t-il. Le cardinal Barbarin indique enfin avoir eu connaissance d'actes pédophiles à deux reprises, "en 2006 et en 2014". Il assure avoir eu une "réaction immédiate" auprès de la police et n'avoir "redonné un ministère" à aucune des deux personnes mises en cause.

Visé par une plainte par un haut fonctionnaire du ministère de l'Intérieur, le cardinal Barbarin répond à Manuel Valls, qui lui a demandé de "prendre ses responsabilités". "Le Premier ministre sait ce qu'est la présomption d'innocence, dit-il. Je lui promets que je prends mes responsabilités." Le cardinal Barbarin reconnaît qu'il a pu se tromper lorsqu'il a cru un prêtre qui lui assurait qu'il n'avait pas commis d'acte pédophile. Il appelle à revoir la gestion de ces affaires au sein de l'Église catholique.

"Jamais, jamais, jamais, je n'ai couvert le moindre acte de pédophilie." C'est ce qu'a martelé à nouveau le cardinal Barbarin, il y a quelques minutes. Le cardinal Barbarin appelle à une exemplarité des responsables religieux. Il ne faut "pas nous en tenir ou à une prescription juridique ou au fait qu'il n'y a pas eu de plainte", estime-t-il.

Faire corps autour du cardinal Barbarin est-ce la bonne méthode ? Cette méthode a de grosses limites, surtout que les victimes attendent mieux que cela, ils veulent une vrai justice. Cette position est intenable. Faire les trois petits singes n'est pas une solution à long terme et on peut comprendre les doutes puisque l'on sait que le père Billioud qui avait été condamné au début des années 2000 à un mois de prison avec sursis pour exhibitionnisme a continué à exercer sa prêtrise jusqu'en 2009 même lorsque le cardinal Barbarin était au courant, et que le père Preynat a continué à approcher des enfant jusqu'en 2015 alors que le cardinal Barbarin était au courant de ses tendances pédophiles entre 2007 et 2008. Il va falloir faire mieux que ça.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article