Pédophilie : le cardinal Barbarin visé par une plainte dans une enquête pour "non-dénonciation de crime" et le Vatican dialogue avec des Australiens victimes d'abus sexuels

Publié le 5 Mars 2016

Francetvinfo.fr nous montre que l'enquête a été ouverte à la suite d'un signalement de victimes d'un prêtre lyonnais, mettant en cause des responsables du diocèse de Lyon, dont le cardinal Philippe Barbarin.

Le cardinal Barbarin est dans le viseur de la justice. Le parquet de Lyon a ordonné la semaine dernière une enquête préliminaire pour "non-dénonciation de crime" et "mise en danger de la vie d'autrui", a-t-on appris vendredi 4 mars 2016. L'enquête a été ouverte à la suite d'un signalement de victimes de Bernard Preynat, un prêtre lyonnais, mis en examen le 27 janvier pour des agressions sexuelles sur de jeunes scouts entre 1986 et 1991, après avoir reconnu les faits. Les victimes mettent en cause plusieurs responsables du diocèse de Lyon et de l'Eglise qu'elles accusent de ne pas avoir dénoncé à la justice les agissements passés de ce prêtre, qui avait retrouvé depuis les faits des postes au contact d'enfants.

François Devaux, qui dit avoir été victime de Bernard Preynat en 1990, à l'âge de 10 ans, a ainsi porté plainte vendredi contre six membres de l'Église : le cardinal et archevêque de Lyon Philippe Barbarin, son directeur de cabinet Pierre Durieu, la déléguée épiscopale Régine Maire, le vicaire Xavier Grillon, le cardinal Gerhard Ludwig Müller et l'évêque Luis Ladaria Ferrer. Ces deux derniers prélats sont respectivement préfet et secrétaire de la Congrégation pour la doctrine de la foi, une institution du Vatican chargée de "protéger la doctrine et les mœurs conformes à la foi dans tout le monde catholique".

"Je trouve que la justice a réagi très vite et qu'elle est pour le moment exemplaire", explique François Devaux à francetv info. Aujourd'hui âgé de 36 ans, ce père de famille fait partie de l'association La Parole libérée, qui regroupe plusieurs victimes de Bernard Preynat. Ensemble, ils ont tenté d'alerter les autorités religieuses, allant jusqu'à écrire au pape, sans résultat. "C'est rassurant de voir que la justice agit, alors que le diocèse en a été incapable", commente François Devaux, qui dit avoir porté plainte "par devoir".

Dans une interview donnée à La Croix le 10 février, le cardinal Barbarin avait admis avoir été informé des agissements du père Breynat en 2007, mais ne pas avoir jugé bon de le suspendre, parce que le prêtre lui avait assuré que "depuis 1991, il ne s'était pas passé la moindre chose". François Devaux explique que Philippe Barbarin l'a contacté "il y a trois semaines" pour le rencontrer, mais il n'a pas donné suite. "C'est trop tard, explique-t-il à francetv info. Il savait et il l'a nommé doyen, à donner des cours de catéchisme à des petits enfants. C'est inadmissible."

Si le cardinal Barbarin était poursuivi en justice, "ce serait la première fois depuis la Révolution française" pour un cardinal, réagit Bertrand Virieux, le porte-parole de La Parole libérée, à francetv info. "C'est quand même quelqu'un d'important", ajoute François Devaux, qui espère faire "bouger les choses au sein de l'Eglise". "Plus on parle de ces affaires de pédophilie, plus c'est susceptible de changer", ajoute-t-il.

Radio Vatican nous montre aussi vendredi que trois victimes d’abus commis par le clergé en Australie ont été reçues au Vatican par un responsable de la Commission pontificale pour la protection des mineurs. David Ridsdale, Andrew Collins et Peter Blenkiron ont fait le déplacement jusqu’à Rome pour assister aux auditions du cardinal George Pell par visioconférence devant la Commission royale d’enquête australienne.

À leur demande, ils ont pu rencontrer à deux reprises un des membres de la Commission pontificale instituée par le pape François en mars 2014 : le père Hans Zollner, jésuite, qui préside le Centre pour la Protection des mineurs de l’Institut de psychologie de l’université pontificale Grégorienne. Ces entretiens ont été organisés par le cardinal George Pell lui-même.

Ancien archevêque de Sydney, le cardinal Pell est actuellement le préfet du Secrétariat pour l’Économie. Mis en cause pour avoir couvert des affaires de pédophilie au sein du clergé, il a témoigné à distance. Le cardinal Pell n’a pas pu se rendre en personne devant la commission d’enquête en Australie pour des raisons de santé. Grace à une collecte de fonds en ligne, une quinzaine de victimes australiennes ont fait le voyage jusqu’à Rome. Trois d’entre elles souhaitaient exposer leur point de vue concernant la guérison et la protection des mineurs abusés par des membres d’une institution, une question d’une portée mondiale.

Selon un communiqué rendu public le vendredi 4 mars 2016, elles ont proposé des modèles éducatifs destinés aux mineurs, aux parents et aux enseignants susceptibles d’entrainer des changements structurels dans l’Église et dans la société. Des propositions appréciées par le père Zollner qui compte les présenter aux autres membres de la Commission pontificale : "l’expérience des victimes, souligne-t-il, permet de mieux comprendre la problématique et de trouver les mesures préventives les plus efficaces".

Le père Zollner leur a parlées de son travail et des initiatives qui ont déjà été lancées. Les anciennes victimes ont d’ailleurs pu rencontrer des étudiants qui fréquentent le cours de la Grégorienne en vue d’obtenir un diplôme pour protection des mineurs. La Commission pontificale a décidé de consacrer sa prochaine assemblée, au mois de septembre, à la protection des mineurs dans les écoles catholiques.

Le cardinal Barbarin savait pour les actes ignobles du père Preynat et n'a rien fait, il est normal que François Devaux veuille porter plainte contre une hiérarchie qui couvrait sciemment ces crimes, et il est plus louable de voir la Commission pontificale pour la protection des mineurs accepter d'entendre des victimes plus particulièrement leur proposition, mais cela ne dédouane pas le cardinal Pell qui malheureusement est défendu par le Vatican comme nous le montre actu.orange.fr, alors que des victimes de prêtres pédophiles dans son ancien diocèse espéraient son limogeage. Parallèlement, les victimes n'ont pas reçu de réponse à la demande d'audience qu'ils avaient adressée au pape. Le père Lombardi a assuré que le Vatican n'avait reçu "aucune demande explicite".

Pendant encore combien de temps le Vatican va-t-il donner des signes aussi négatifs aux victimes des prêtes pédophiles. Il est grand temps que le nettoyage se fasse vraiment et pas seulement un jeu de dupe basé sur un simple toilettage.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

Françoise 08/03/2016 22:51

L'IOR fonctionne encore avec l'argent de différentes mafias et fait encore du blanchiment pour l'OD et d'autres organisations de même type. L'IOR finance des lobbys qui s'associent à différentes extrêmes droites...Tu as aussi des banques comme la banque de l'OD, Santander qui y déplace des capitaux, mais aussi des multinationales qui doivent y placer quelques évasions fiscales. Comment veux-tu payer des domestiques à quelques centaines de cardinaux, des voitures et des apparts de luxe sans tout cet argent frais? Et puis tant que l'OD sera dans la place, l'argent sera toujours considéré comme la priorité des priorités.
Contrairement à toi, je vois pas F1 ignorant de tout ça mais réellement du côté de ces procédures.
Il donne juste le change pour faire illusion médiatiquement. Logiquement on ne démissionne pas un opusien pour le remplacer par un autre. Sinon, on prend les gens pour des imbéciles. C'est néanmoins ce qu'il fait en espérant que peu de cathos se rendent compte de la supercherie.
C'est ce qui est le plus navrant dans l'affaire. Pell lui avait déjà les coudées franches avec l'OD bien avant sa nomination. Et de Franssu attendait son heure...L'OD française place pas mal de monde depuis quelques années. Et est devenu un centre important de formations de fachos.

paroissiens-progressistes 09/03/2016 11:59

Françoise,

Le pape François n'est pas naïf, mais l'OD en Argentine était son pire ennemi. Le pape joue un jeu de dupe en croyant avoir la paix avec l'OD en lui offrant des postes. Il n'est pas naïf, sont tort est de vouloir faire Eglise avec toutes ses composantes, mais le juste milieu est impossible, surtout avec des organismes tels que l'OD qui ne souhaitent pas de réforme. Il va le regretter, alors qu'il aurait du faire un grand nettoyage. Ce n'est pas un modéré qu'il aurait fallu, mais plutôt un homme comme le cardinal Martini ou Pedro Arrupe.

Merci !

apobrod 07/03/2016 17:23

Gaëtan voudrait nous faire croire quelque part, que les victimes "n'ont que ce qu'elles méritent"...Tout comme les femmes qui sont violées!!!
A force d'excuser les bourreaux, on le devient soi-même!!!!
Ayez le courage de dénoncer au nom de Dieu!!!
Formaté à ce point là..??!!!

Françoise 07/03/2016 12:11

Hello Taï

Pell ne démissionnera pas parce que financièrement, F1 a besoin de lui. Pell collabore avec le nouvel opusien nommé à l'IOR, de Franssu. C'est pas une affaire de complicité vis à vis de crimes pédophiles de prêtres, qu'il démissionnera. L'argent est plus important pour lui et pour le Vatican que des crimes pédophiles. Le fait qu'il ne se soit pas déplacé montre bien quel mépris il a pour les victimes et l'affaire en général. Et comme il se sait en cour avec l'OD, il peut faire ce qu'il veut. Il a déjà obtenu l'éviction de Peter Saunders de la commission pontificale sur la pédophilie. Tu penses bien, Taï, qu'il ne va pas en rester là.

paroissiens-progressistes 08/03/2016 18:14

Françoise,

Il aurait été mieux que la pape ferme l'IOR, car l'Eglise n'a pas besoin de banque. Mgr Pell s'oppose déjà à toute réforme, il ne m'étonne plus. Le pape a mis un ver dans le fruit et il le regrette déjà, je pense.

Merci !

Françoise 07/03/2016 11:57

Je trouve choquant qu'on puisse systématiquement mettre en doute la parole des victimes tout en ne prétendant pas dédouaner les pédophiles. Quand je lis ça, quelque part, je comprends pourquoi on parle encore en France de culture du viol.
Autre chose: pour une majorité de gens, la bonne victime, c'est celle qui se tait toujours. A partir du moment où elle parle et dénonce à la justice les crimes sexuels commis sur sa personne (10% des victimes vont dénoncer à police et justice viols et attouchements), la victime est vue comme véhiculant les pires calamités, les pires tares.
Il y a toujours ce besoin chez certaines personnes de criminaliser les victimes, pour presque dire que finalement, ces victimes ne pouvaient que se retrouver dans ce genre de situation (c'est sous-entendre à mots couverts, qu' elles l'ont bien cherchée cette agression sexuelle ou qu'elles avaient des prédispositions). Je ne sais pas Mr Ribault si vous réalisez un peu l'abject d'un tel positionnement. D'autant plus grave puisque vous-même avez vécu enfant une approche pédophile.
Il ne suffit pas contrairement à ce que vous prétendez, d'une simple tape sur la main baladeuse d'un prélat, de s'éloigner à l'autre bout d'une tente et d'être informé(e) sur les potentiels appétits criminels de certains individus. Parce que le prédateur sexuel, qu'il soit homme ou femme ne s'arrête pas à une tape d'enfant s'il a l'intention de violer. Et il n'y a rien de bénin à se faire violer et tripoter les organes génitaux quand on est enfant par un adulte. Ca a des conséquences graves et durables toute la vie.
Je conçois très bien qu'une victime relativise durablement ce genre d'évènement parce que trop insupportable et douloureux (déni, amnésie traumatique), mais à un moment donné, l'évènement ressort et doit être dit et traité. Sinon, il empoisonne toute l'existence de la personne victime.

Sur le même diocèse, un jeune de 14 ans vient de dénoncer avec sa famille viol et attouchements d' un moine pédophile du couvent de la Tourette d'Eveux, âgé de 43 ans.Le moine a avoué tout en minimisant les faits.

gaetan ribault 06/03/2016 17:12

Il serait bon d’étudier le profil psy des victimes. Non que cela dédouane les auteurs de ces actes qui finalement expliqués paraissent assez bénins pour la plupart (FR3 il me semble il y a peu). Je me souviens d'un prêtre qui dans la nuit à voulu me faire des ca

paroissiens-progressistes 06/03/2016 18:30

gaëtan,

C'est pour cela qu'on ne doit pas fermer les yeux, pour éviter que cela se passe. Après tout, on ne peut pas minorer ces faits, car ils ne seraient pas nombreux. Des tels actes ne doivent plus se reproduire.

Merci !

gaetan ribault 06/03/2016 17:15

caresses en un endroit de mon anatomie bien préciss. Le pauvre en pleine nuit s'est pris de ma part une grande tape sur la main , et le lendemain j'allais m'installer à l'autre bout de la tente .j'avais 11 ans à l'epoque et je ne me laissais pas triture , car mes parents m'avaient mis en garde