Petit tour de l’actualité religieuse

Publié le 28 Mars 2016

Comme nous le montre Lalibre.be de ce lundi 28 mars 2016, au moins 72 personnes sont mortes et des dizaines d'autres ont été blessées dans une explosion dimanche soir à Lahore, grande ville de l'est du Pakistan, alors que des chrétiens célébraient les fêtes de Pâques.

Dans une déclaration à la presse, le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, a affirmé que le pape François avait été informé de cet "horrible massacre de dizaines d'innocents, qui jette une ombre de tristesse et d'angoisse sur la fête de Pâques".

"Encore une fois, la haine homicide frappe vilement les personnes qui sont le plus sans défense. Avec le pape, nous prions pour les victimes, nous sommes proches des blessés, des familles frappées d'une immense douleur, des membres des minorités chrétiennes encore une fois frappées par la violence fanatique, de l'ensemble du peuple pakistanais blessé", a poursuivi le porte-parole.

"Comme le pape l'a dit ce matin (dans son message de Pâques "Urbi et orbi"), en dépit de la poursuite de ces manifestations horribles de haine, le Seigneur crucifié pour nous et ressuscité continue de nous donner le courage et l'espérance nécessaires pour construire des chemins de compassion, de solidarité, de dialogue, de justice, de réconciliation et de paix".

À nouveau la lâcheté des terroristes islamistes est plus que visible, viser des femmes et des enfants ce n’est pas du courage. L’amour du prochain n’est pas ce qui les touche, mais simplement une basse visée politique menée par la terreur qui finit toujours par se retourner contre eux.

Hier comme nous le montre RTL.Fr, dans la basilique d'Argenteuil, les chrétiens sont venus en foule en ce week-end pascal voir de leurs propres yeux une tunique qui aurait été portée par le Christ, et dont "l'ostension solennelle" n'a lieu qu'une fois tous les 50 ans. Et la messe célébrée ce dimanche de Pâques par monseigneur Philippe Barbarin à 11 heures a marqué le point d'orgue de cette grande manifestation. Une venue inattendue du cardinal accusé d’avoir couvert des prêtres pédophiles dans son diocèse à Lyon. Certains paroissiens n’ont pas vraiment apprécié que le cardinal Barbarin procède au baptême de plusieurs enfants alors qu’il est empêtré dans ce scandale qui agite l’Église. “Je ne savais pas qu’il venait aujourd’hui parce qu’ils avaient annoncé un autre archevêque”, explique par exemple Nicole. Éric s’est dit pour sa part “surpris de voir la présence de certaines personnes pour baptiser les enfants”.

Comme le montre aussi 20minutes.fr mis en cause par plusieurs victimes d’actes de pédophilie, Philippe Barbarin, l’archevêque de Lyon, est aujourd’hui accusé d’avoir fermé les yeux sur les agissements de certains prêtres de Lyon qu’il n’aurait pas dénoncés à la justice. «Il n’y a pas de raisons qu’il démissionne», assure pourtant André Vingt-Trois dans cet entretien au Parisien.

Apportant son «soutien» à celui qu’il considère comme un «frère», André Vingt-Trois estime que «ça n’est pas l’opinion publique qui se substitue à la justice jusqu’à présent», alors que Philippe Barbarin est victime d’une violente campagne médiatique réclamant sa démission. «Il m’est arrivé par le passé de retirer un prêtre de son ministère auprès de jeunes parce qu’il avait commis des actes de pédophilie, énonce André Vingt-Trois. J’ai eu connaissance de faits et j’ai été voir le procureur. A lui de faire son enquête. Les victimes qui viennent nous voir sont toujours entendues.»

Alors qu’elle est destinée à soutenir Philippe Barbarin, cette information pourrait toutefois atteindre le but contraire. En effet, Philippe Barbarin est justement accusé de ne pas avoir saisi la justice après avoir reçu plusieurs plaintes de victimes se plaignant d’actes déplacés de plusieurs prêtres du diocèse de Lyon.

Défendre à ce point Mgr Barbarin donne tout l’effet contraire et ne ravi nullement les fidèles qui peuvent se demander pourquoi tant d’acharnement à le laisser en place, alors que sa démission aurait donné un signal positif et lui aurait permis de se défendre plus librement. Enfin comme le montre Libération.fr le jeudi 24 mars 2016, citant le pape François, le cardinal Barbarin, sous le feu des critiques depuis plusieurs semaines pour sa gestion de cas de pédophilie dans son diocèse, s’est déclaré «dans l’obligation d’assumer tout le mal commis par quelques prêtres et de demander personnellement pardon pour les dommages qu’ils ont causés en abusant sexuellement des enfants, quand bien même je n’étais pas évêque au moment de ces faits abominables». «Chacun est amené à faire son examen de conscience face à cette tourmente et je remercie ceux qui m’aident à faire le mien», a ajouté le prélat. Ces excuses arrivent bien trop tard.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article