Autriche, "une atteinte inacceptable au droit d’asile"

Publié le 29 Avril 2016

Comme nous le montre Radio Vatican dans son article du jeudi 28 avril 2016 c’est l’une des lois les plus drastiques en matière de droits d’asile en Europe. Le Parlement autrichien a adopté mercredi 27 avril 2016 un projet de loi permettant de fermer la porte aux demandeurs d’asile, selon certaines circonstances. Il prévoit la possibilité de décréter un «état d’urgence» migratoire. Cette nouvelle loi a été adoptée sur fond de montée de l'extrême droite dans le pays qui a accueilli 90 000 demandes d'asile en 2015.

Élaborée depuis plusieurs mois malgré les protestations d’une partie de l’opposition, des ONG et de l’Église, le texte a été adopté avec 98 voix contre 67. Pour 2016, Vienne s’est fixé un plafond : 37 500 demandeurs d’asile. Or 18 000 sont déjà arrivés depuis janvier. Et parce que «l’Autriche ne peut pas accueillir toute la misère du monde» comme l'affirme son ministre de l’Intérieur Wolfgang Sobotka, les élus du pays ont décidé de restreindre le regroupement familial pour les migrants disposant d’une protection subsidiaire, un statut moins favorable que l’asile obtenu essentiellement par les Afghans.

Concernant le droit d’asile, il sera limité à trois ans, ou même pas accordé du tout. En effet, si l’État juge ses services dépassés par la situation (comment ? et selon quels critères, on ne sait pas), il se réserve le droit de décréter cet «état d’urgence» migratoire. Sous ce régime, tout migrant sera refoulé aux frontières, sans la possibilité de demander l’asile, même pour ceux qui viennent d’un pays en guerre, à moins qu’ils ne soient en mesure de prouver qu’ils sont persécutés par le pays d’où ils arrivent, l’Italie par exemple. Aujourd’hui aucun pays européen, à l’exception de la Hongrie, n’a adopté une telle disposition.

Pour les évêques autrichiens, il s’agit d’«une atteinte inacceptable au droit fondamental qu’est le droit d’asile». L’Église n’est pas la seule à critiquer la mesure. Les Verts, et même une partie des sociaux-démocrates au pouvoir se sont insurgés, obtenant un délai : le gouvernement limitera à deux ans la mise en œuvre de cette disposition. Le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a également immédiatement condamné le texte.

Jeudi 28 avril au matin, lors d'un discours devant le Parlement autrichien, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s'est dit «préoccupé par le fait que les pays européens adoptent aujourd'hui des politiques de plus en plus restrictives concernant l'immigration et les réfugiés». De telles politiques vont à l'encontre des «obligations des États» envers «le droit international, le droit humanitaire et le droit européen», a souligné M. Ban. «Je m'alarme de la montée de la xénophobie ici et ailleurs».

Avant même la victoire de l’extrême droite à la présidentielle de dimanche, l’Autriche, pays pourtant salué pour la générosité de son accueil à l’automne, avait durcit le ton. Cette semaine, 2,4 milliards d’euros supplémentaires ont été alloués aux forces de l’ordre pour «protéger» les frontières, contre 500 millions pour l’intégration des nouveaux venus dans la société autrichienne. Fin mai, l’Autriche prévoit aussi de construire une clôture à sa frontière avec l’Italie, au col du Brenner, le principal point de transit nord-sud à travers les Alpes.

La coalition gouvernementale cherche à stopper l’arrivée de l’extrême-droite au pouvoir qui fait de la guerre aux immigrés son cheval de bataille et a obtenu plus du tiers des suffrages au premier tour, et essaye de se montrer ferme sur la question de l’immigration, mais comme le montre les évêques autrichiens et Ban Ki Moon l’Autriche va perdre son âme à force de courir après l’extrême-droite et elle doit se réveiller pour montrer un autre exemple à l’Europe.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article