Evo Morales au pape : prenez de la coca, c'est bon pour la santé

Publié le 15 Avril 2016

Evo Morales au pape : prenez de la coca, c'est bon pour la santé

LePoint.fr nous montre que le président bolivien Evo Morales, reçu ce vendredi 15 avril 2016 au Vatican par le pape François, lui a conseillé de prendre des feuilles de coca, cette plante à l'origine de la cocaïne et que les Indiens des Andes mastiquent. "J'en consomme et je m'en porte très bien. Je vous recommande d'en prendre, cela vous aidera à supporter votre rythme de vie", a dit M. Morales au pape en présence de la presse.

Pendant un entretien d'une petite demi-heure, dans la bibliothèque du palais apostolique, le président bolivien et le pape argentin ont notamment discuté de "la conjoncture socio-économique actuelle" de la Bolivie, a précisé le Vatican dans un communiqué. Evo Morales entretient des relations tendues avec l'épiscopat bolivien, qu'il accuse d'être à la solde de l'opposition de droite. Après avoir accusé le gouvernement bolivien d'être impliqué dans le trafic de drogue, les évêques ont été sommés par le président de fournir une liste des personnes impliquées.

M. Morales, qui défend la dépénalisation internationale de la consommation de la feuille de coca, a offert au pape François trois livres sur les bienfaits de cette plante, dont la Colombie est le premier producteur mondial. Principale composante de la cocaïne, la feuille de coca est également utilisée comme remède médicinal. Le pape avait pu en goûter en infusion afin de prévenir le mal d'altitude, dans l'avion qui le conduisait à La Paz l'an dernier. Le pape François a offert au chef d'État bolivien un médaillon de saint Martin, un exemplaire de son Exhortation apostolique "Amoris Laetitia", et un exemplaire de son livre-entretien, "Le Nom de Dieu est miséricorde".

Il s'agissait de la troisième (bien: troisième) rencontre entre les deux hommes. M. Morales avait déjà été reçu une fois par le pape au Vatican, et l'avait accueilli il y a moins d'un an en Bolivie à l'occasion de sa tournée sud-américaine.

Mais cette rencontre se trouve dans un cadre particulier comme le montre Radio Vatican le Vatican se prépare à accueillir des personnalités du monde entier, dirigeants, experts et universitaires, dont le président équatorien Rafael Correa, son homologue bolivien Evo Morales et le candidat américain aux primaires démocrates, Bernie Sanders. Ils participeront à un atelier de travail à l’occasion du 25° anniversaire de Centesimus annus, l’encyclique sociale de Jean-Paul II qui plaidait pour une économie basée sur la dignité, la justice sociale et le développement durable. Ce symposium, qui se déroule les 15 et 16 avril, est organisé par l’Académie pontificale des Sciences sociales.

Les personnalités réunies au Vatican vont analyser ces changements économiques, politiques et culturels et le rôle que la Doctrine sociale catholique a joué face à des crises récentes qui ont eu un impact certain sur les peuples, en particulier sur les plus pauvres, le développement d’internet, la montée en puissance de l’islam, la sécularisation afin de tracer une feuille de route pour l’action de l’Église dans les prochaines décennies.

Intéressant de voir ce que peuvent apporter à ce colloque Evo Morales qui en Bolivie a réduit le salaire présidentiel et de celui des hauts fonctionnaires, augmentât le salaire minimum, nationalisé les hydrocarbures, lancé d’une réforme agraire, et Rafael Correa qui a réussi à relever l’Équateur en évitant les recommandations du FMI, renégociant la dette équatorienne et reprenant en main efficacement sans les nationaliser les grandes multinationales qui exploitent les matières premières du pays.

Une social-démocratie radicale, à la latino-américaine, est sans doute ce dont aurait besoin le président de la République en France, qui fait face à une contestation de plus en plus claire à travers un mouvement comme Nuit Debout.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Françoise 17/04/2016 09:21

Hélas, quand Correa est venu à la Sorbonne pour expliquer comment sortir de l'impasse économique actuelle en France et en Europe, sa conférence hyper intéressante n'a pas été médiatisée, sauf par les médias alternatifs. Et elle a été complètement zappée par les politiques.
Ca donne le ton des orientations politiques. Je pense que Correa qui a des attaches en France reviendra pour soutenir Nuit Debout et les initiatives actuelles.

M.W 17/04/2016 21:15

Françoise

Dîtes-moi

Il y a quelques post vous m'avez demandé si j'étais à l'ULCF, vous pensez que je suis légitimiste ?

Cordialement

paroissiens-progressistes 17/04/2016 15:26

Françoise,

D'ailleurs, il est inexplicable qu'un film comme Opération Correa - Première partie : les ânes ont soif en 2014 a été carrément snobé par les médias, je l'ai découvert dans le journal L'âge d'en faire cette année, un journal que je te conseille. C'est insultant, car ce film apprendrait à notre gouvernement comment faire une véritable social démocratie.

Merci !

M.W 15/04/2016 20:00

Paroissien-Progressiste

Je me demande ce que notre Mélenchon national va penser de ces rencontres, lui qui est le premier à râler quand un chef d'Etat ou de gouvernement français se rend au Vatican sous prétexte de non-respect de la laïcité.

Bref, je voulais réagir sur les dires de Morales sur la feuille de cocaïne. En fait, il a raison, la cocaïne en tant que feuille à mâcher n'est absolument pas dangereuse : c'est la cocaïne sous-forme de poudre qui est néfaste pour la santé car elle est alors emplie de produits chimiques. Mais sous sa forme de feuille non elle n'est en rien dangereuse.

Cordialement