La manifestation du 9 mars : un mouvement qui continue et poursuit son combat contre la loi travail

Publié le 9 Avril 2016

La manifestation du 9 mars : un mouvement qui continue et poursuit son combat contre la loi travail

Plus de 200 manifestations et rassemblements se déroulent partout en France pour protester contre la réforme du Code du travail à l'appel de quatre syndicats (CGT, FO, Solidaires, FSU) et trois organisations jeunesse (UNEF, UNL, FIDL). Le but est d’élargir le mouvement aux familles et à toutes les personnes ne pouvant pas venir en semaine. La concurrence des vacances scolaires fait aussi craindre une baisse du mouvement. Dernier détail : le syndicat des avocats de France donne des tracts pour "savoir comment réagir en cas d'arrestation", ce qui est une bonne chose.

Pendant ce temps le gouvernement attend que le texte soit débattu dans l'hémicycle à partir du 3 mai. Il pense que loi sera adoptée car les nombreux amendements de la commission des affaires sociales ont enrichi le texte en lui apportant de nouvelles protections. Espérons plutôt que les débats sur le texte de loi la change complètement et ne la laisse pas en l’état. Mais les syndicats sont peu convaincus et ne vont pas faire baisser la pression puisqu’ils manifesteront à nouveau le 28 avril.

La mobilisation continue et les chiffres sont plutôt bons même s’ils sont en baisse : 3000 personnes à Saint Étienne, 500 à Nîmes, 1300 à Pau, 3000 à Strasbourg, 1000 à Poitiers et Valence, 3000 à Strasbourg, 4000 à Rennes, 700 à Périgueux, 600 à Chambéry, 350 à Montélimar, près de 300 à Laval, 150 personnes à Sens, 150 à Guéret, 150 à Vichy, 20 000 à Toulouse, 350 à Montélimar, 15 000 à Nantes, 1500 au Mans, 3000 à Brest, 900 à Angers, 1000 à Lorient, 1000 à Besançon, 800 à St Nazaire, 1000 à Caen, 1000 à Roanne, 3000 à Montpellier, 15 000 à Lyon, 2000 à Bayonne, 1600 à Pau, 10 000 à Bordeaux, 1000 à Angoulême, 2000 à Tours, 1000 à Niort, 10 000 à Marseille, 1700 à Lille, et 110 000 à Paris.

Des heurts se sont fait voir à Paris, Rennes et Nantes toujours en fin de parcours. Des personnes cagoulées qui tentent encore de se forcer un passage ou bien dégradent des vitrines et des banques. Ces gens ne viennent que casser et s’en prendre aux policiers. En faisant cela, ils décrédibilisent un mouvement qui n’a rien à voir avec eux. Mais la police devrait aussi utiliser des moyens plus coercitifs pour ne pas se mettre à dos les manifestants qui eux n’ont rien à voir avec cela et qui sont pris en otage.

Si on doit garder une image de ces manifestations, c’en est une à Paris où un couple s’embrassait sous les fumigènes et qui nous montrait que cette manifestation n’est ni violente ni contestataire, mais qu’elle lutte vivre dignement et sans la précarité.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article