Le fait que Mgr Pell dit qu’il a été trompé 'est faux'

Publié le 29 Avril 2016

skynews.com.au nous montre dans son article du mercredi 27 avril 2016 que trois anciens responsables de l'éducation catholique ont nié les allégations du cardinal George Pell qui disaient que leur bureau l’a trompé sur les activités d'un prêtre violent et sexuellement abusif.

L’ancien directeur Bureau de l'éducation catholique Mgr Thomas Doyle et son adjoint Peter Annett ont dit à commission royale sur les abus sexuels leur choc, leur déception et leur colère en entendant Mgr Pell alléguer que le bureau aurait retenu des informations sur le prêtre pédophile Peter Searson dans les années 1980.

Le cardinal Pell, qui était un évêque auxiliaire à Melbourne dans les années 80, a déclaré à la commission royale en mars que les responsables de l'éducation ont eu peur de lui raconter l'histoire complète sur le père Searson parce qu'ils savaient qu'il serait «décisif» et n’acceptait pas le statu quo. Dans son témoignage à Rome où il est maintenant le chef des finances du Vatican, Mgr Pell a également déclaré qu'il pensait que le bureau de l'éducation à l'époque protégeait Mgr Frank Little. Mais Mgr Doyle et d'autres témoins ont catégoriquement nié que ce fut le cas.

«Je ne suis pas d'accord avec cette preuve. Je ne suis pas d'accord que le Bureau de l'éducation catholique s’est destiné à tromper l'évêque Pell, donc je pense que sa déclaration est erronée», a déclaré Mgr Doyle à la commission mercredi. Il a été déçu par les prétentions du cardinal. «Je ne pense pas que c’est étaient vrai», dit-il. Le prêtre maintenant à la retraite a également déclaré que le bureau aurait souhaité l'aide de Mgr Pell pour éliminer le père Searson.

La commission a entendu des témoignages où le père Searson a menacé une petite fille en tenant un couteau sur sa poitrine, des enfants molestés sexuellement durant la confession et il a menacé des personnes avec une arme à feu. Le père Searson est mort en 2009 sans avoir été inculpé. Il a été suspendu de ses fonctions en 1997, un an après que Mgr Pell est devenu archevêque de Melbourne. La commission a également entendu que Mgr Little a ignoré les demandes répétées pour se débarrasser du père Searson.

M. Annett a déclaré mercredi, qu’à un moment de la fin des années 80 la priorité numéro un pour le bureau était d'obtenir le renvoi du père Searson de la paroisse. «J'aurais pensé notre personnel serait tout à fait franc avec Mgr Pell et que nous l’encouragerons à prendre des mesures s‘il en avait besoin», a-t-il dit. Il a admit avoir eu «un choc» sur ce qu'a dit Mgr Pell à Rome. «Je suis déçu et peut-être en colère, mais certainement très déçu», a déclaré M. Annett.

M. Annett, Mgr Doyle et ancien conseiller pédagogique Allan Dooley disent qu'il n'y a jamais eu aucune instruction de conserver les informations de l'évêque auxiliaire Mgr Pell. Un quatrième témoin, ancien fonctionnaire de l'éducation Catherine Briant qui en 1989 a succédé à M. Dooley comme une agente de zone responsable de Doveton, a déclaré qu'elle n'a pas été informée des problèmes à l’Holy Family school. Elle a traité les plaintes, elle a eue le droit à de l'intimidation et du harcèlement personnel. Elle n'a eu aucun traitant avec Mgr Pell, on ne lui a jamais demandé de garder l'information à son encontre, dit-elle.

Mgr Pell voit sa défense voler en éclat, et il ne peut plus faire croire qu’il ignorait que le père Pearson abusait d’enfants, maintenant le pape François doit le pousser à la démission pour montrer l’exemple de la «tolérance zéro» qu’il prône, surtout que ce dernier est l’un de ses plus grand opposants à la curie.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article