Le pape évoque «la chasse aux sorcières» et veut que la guerre mondiale en morceau disparaisse grâce à la rencontre des gens

Publié le 11 Avril 2016

LaLiberté.ch nous montre que lors de la messe matinale du lundi 11 avril dans la chapelle de la maison Sainte-Marthe, le pape François a évoqué les personnes «qui ont été tuées, jugées (…) avec la Parole de Dieu, contre la Parole de Dieu», alors qu’elles étaient «innocentes».

Dans son homélie rapportée par Radio Vatican, il a cité notamment «la chasse aux sorcières», «sainte Jeanne d’Arc» et «tant d’autres qui ont été brûlés, condamnés, parce qu’ils ne s’ajustaient pas, selon les juges, à la Parole de Dieu». Le pontife a alors invité les chrétiens à un examen de conscience sur les «petites et grandes sottises» présentes dans leur cœur parfois «fermé à la vérité de Dieu» et «agrippé seulement à la vérité de la loi».

Comme le montre Vatican Insider, le pape a affirmé aussi dans un message à la conférence de Pax Christi et le ministère de la Justice et la Paix, tenue à Rome, intitulé «la Non-violence et la paix juste : Contribuer à la compréhension catholique et de l'engagement à la non-violence», qu’afin de lutter contre la «guerre mondiale en morceau», il est nécessaire «pour travailler à une vraie paix» par la rencontre entre des personnes concrètes et la réconciliation entre les peuples et les groupes ayant des «positions idéologiques opposées» et ainsi «œuvrer pour la justice pour que les gens, les familles, les peuples et les nations sentent qu'ils ont des droits sociaux, politiques et économiques». En outre, il peut avoir un rôle de relance de la «réflexion sur la non-violence et la non-violence active».

Le pape continue d’exiger l'abolition de la peine de mort ou son moratoire, et l'annulation ou la gestion durable de la dette internationale des pays pauvres. Le pape François nous rappelle que «le but ultime, et le plus digne de la personne humaine et de la communauté est l'abolition de la guerre.» Dans son discours, le pape aussi il a exprimé une condamnation renouvelée du «mur de l'indifférence» et l'abolition des murs pour l’ «inclusion de tous les peuples».

Le pape veut la fin des chasses aux sorcières à cause d’une vision rigide de la loi au sein de l’Église et il souhaite aussi une véritable réflexion sur la paix qui brise les murs de l’indifférence. Noble pensée, mais qui devra faire face aux réalités d’un monde où l’argent est une arme essentielle des conflits qui épouse aussi les fanatismes à la fois politiques et religieux.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise, #Actualités

Repost 0
Commenter cet article