Nuit Debout dure et voit son avenir à travers Global Debout

Publié le 16 Avril 2016

Nuit Debout dure et voit son avenir à travers Global Debout

Nuit Debout réussi à durer malheureusement le préfet de police qui fait un gros amalgame en disant que Nuit Debout "permet" les débordements en marge du rassemblement à Paris. Alors que Nuit Debout a à plusieurs reprises condamné cette violence qui n’est pas celle de ce mouvement pacifique. Remercions aussi Nuit debout car depuis deux semaines on entend moins parler du FN, une véritable œuvre de salubrité publique.

Le débat et les discussions constructives continuent. La Commission Économie de Nuit Debout a mis en avant une idée des plus plaisante : "les citoyens devraient avoir accès à la comptabilité publique et à son contrôle". Yanis Varoufakis est même venu soutenir Nuit Debout place de la République à 20h. "Ne laissez pas cette énergie promouvoir des carrières, faites la différence, ensemble, pour l'Europe", a-t-il lancé à la foule comme le montre francetvinfo.fr. Il a critiqué François Hollande et la loi El Khomri. "Le président Hollande a été élu pour apporter la croissance et mettre fin à l'austérité. Au lieu de ça, il veut diviser les travailleurs français pour ressusciter le capitalisme", a-t-il déclaré. Le mouvement va devenir Global Debout. Nuit Debout est maintenant à Lisbonne.

Des militants de Nuit Debout et "Sauvons les riches" ont manifesté en chaise longue devant la Société générale à Paris. Comme la montre L’OBS faux billets de banque à la main, les militants ont poussé la chansonnette : "Rendons sa villa à Patrick" (Balkany). Un "hommage" au député-maire LR de Levallois-Perret, mis en cause dans le scandale des Panama Papers. De simples citoyens et même Julien Bayou, porte parole d'EELV sont venus leur prêter main forte.

Imaginatif et créatif, le mouvement Nuit Debout peut durer et comme le montre Libération.fr ses idées sont porteuses comme le revenu de base «inconditionnel, inaliénable et universel», la «cantine prix libre», redéfinir la notion de travail en y incluant, notamment d’autres activités comme le travail domestique, artistique, éducation des enfants… et sortir de la logique concurrentielle entre salariés, et «un endroit où parler des solutions possibles» pour les femmes.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article