Scandale de la pédophilie : de nouveaux cas en France

Publié le 28 Avril 2016

L'Église catholique de nouveau confrontée à un scandale de pédophilie. Alors que le diocèse de Lyon est fragilisé depuis plusieurs mois, c'est cette fois un prêtre du diocèse de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) qui est mis en cause pour des faits de pédophilie remontant à 1990. Il vient d'être suspendu de toute fonction ecclésiastique, a-t-on appris auprès du Parquet de Bayonne. C'est la mère de l'une des victimes, un adolescent à l'époque, par ailleurs neveu du prêtre, qui a porté plainte auprès du parquet de Clermont-Ferrand, la famille y résidant aujourd'hui.

L'évêque de Bayonne, Mgr Marc Aillet, connu pour ses positions conservatrices et qui mène une croisade contre l'avortement, a indiqué mercredi soir, dans une lettre à ses "chers diocésains", qu'il avait signalé l'affaire au parquet de Bayonne. Le procureur adjoint, Marc Marié, a confirmé la réception d'une lettre de signalement de l'évêque, datée du 15 avril. "Le courrier de l'évêque dénonce des faits susceptibles de relever d'un caractère pénal, mais il est encore trop tôt pour le dire", a-t-il indiqué.

L'envoie de ce courrier intervient trois jours seulement après la conférence des évêques de France, le 12 avril, consacrée à la thématique ultra-sensible des cas de pédophilie en son sein. Dans ce dossier le cardinal-archevêque de Lyon, Mgr Philippe Barbarin, avec d'autres religieux, est visé par deux enquêtes pour non-dénonciation d'agressions sexuelles. Mgr Barbarin nie avoir couvert de tels faits.

Le prêtre mise en cause, l'abbé Jean-François Sarramagnan, qui a fait deux tentatives de suicide, indique l'évêché, en 1991 et en 2007, avait été une première fois suspendu par l'ancien évêque de Bayonne, Mgr Pierre Molères, prédécesseur de Mgr Aillet, et "exfiltré" en 2008 et 2009 à l'abbaye Notre-Dame de Tournay (Hautes-Pyrénées), près de Lourdes, où il suivait une thérapie.

Après l'avoir rencontré en 2009 au cours d'un entretien dans lequel le prêtre l'informe personnellement, "avec loyauté", précise l'évêque, des faits de pédophilie, Mgr Aillet le réintègre en 2010 dans le circuit ecclésiastique et le nomme prêtre coopérateur à mi-temps à la paroisse de Saint-Pierre-Nive-Adour et Saint-Pierre-d'Irube, près de Bayonne, et adjoint du directeur diocésain, chargé de la pastorale auprès des adultes. Selon l'évêque, "il était entendu qu'il n'aurait pas de responsabilité directe auprès d'enfants et de jeunes. Nous nous rencontrions régulièrement pour faire le point sur ces mesures de prudence et de vigilance". Selon des informations non-confirmées, le prêtre aurait été de nouveau admis à l'abbaye de Tournay.

Pour ne rien arranger on apprend sur 20minutes.fr ce jeudi que Mgr Mansour Labaky, connu pour son action en faveur des victimes et des orphelins de la guerre du Liban et la création d’un orphelinat à Douvres-la-Délivrande (Calvados) en 1991, fait l’objet d’une plainte pour viols et agressions sexuelles sur mineure de moins de 15 ans par personne ayant autorité, révèle Normandie-actu, confirmant les poursuites annoncées par La Croix. Selon les informations de Normandie-actu, un mandat d’arrêt a été émis. L’enquête sur les agissements présumés de ce prêtre de 76 ans a été ouverte par le parquet de Caen. Deux autres victimes présumées ont dénoncé des faits similaires, sans se constituer encore partie civile.

Ces plaintes visent des faits remontant au début des années 1990. Le prêtre, qui a dirigé l’orphelinat jusqu’en 1998, aurait abusé d’une jeune française placée sous garde, et âgée de 13 ans au moment des faits. «Ses petites camarades l’avaient prévenue, elles lui avaient dit de ne surtout pas prévenir lorsqu’elle aurait ses premières règles. Mais après l’indiscrétion de l’une d’elles, le Père Labaky l’a violée», selon Me Solange Doumic, avocate des victimes présumées, citée par La Croix.

Le père Labaky a déjà été condamné au Vatican pour «crimes sexuels sur mineures de moins de 15 ans», par décret du 23 avril 2012 confirmé le 19 juin 2013. Ce décret, dont La Croix s’est procuré des extraits, relevait que le comportement du prêtre est «systématique, ne se limitant pas qu’à une seule victime».

«En ce moment, au Liban, Mansour Labaky continue de rencontrer des gens, de parler dans les médias et sans doute à commettre les agressions sexuelles dont il a été coutumier. Ça n’avance toujours pas, c’est inadmissible», a expliqué Solange Doumic voilà plusieurs semaines à RTL. Depuis 2012, le prêtre a été convoqué quatre fois par la justice française. Soutenu par l’Église de son pays, Mansour Labaky a fait valoir que son âge et son état de santé ne lui permettent pas de se rendre en France, certificat médical à l’appui, précise La Croix. L’avocate des victimes présumées demande, elle, que l’homme soit renvoyé aux assises et juger en son absence.

Les affaires portant sur les prêtres pédophiles se généralisent et permettent de mettre fin à une omerta dans l’Église sur ces affaires. Après tout le linge sale, ne peut pas se laver seul, quelquefois on peut avoir besoin d’aide.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

Françoise 28/04/2016 22:05

Aillet a peur de se faire virer pour avoir remis en service avec l'aide de Mgr Le Gall, le prêtre Dominique Spina, déjà condamné à Pau pour pédophilie et défini comme pervers, manipulateur et dangereux par le tribunal. Pourtant, Dominique Spina a été recasé et est aujourd'hui prêtre du côté de Montauban et au contact d'enfants. Par les bons soins d'Aillet dont il dépend toujours. Une situation vraiment écoeurante. Car si ça se trouve Spina à l'heure qui l'est a commis et commet de nouvelles agressions sexuelles sur enfants.

Françoise 01/05/2016 01:03

C'est mon évêque et je peux te dire que depuis qu'il est en poste, il a plus mobilisé contre lui que pour lui. Perso, j'ai eu à subir des menaces téléphoniques de son secrétariat à l'époque où j'affrontais l'OD dans l'affaire du meurtre de mon paternel. Ce type ose tout, bouffe à tous les râteliers intégristes, n'arrête pas de faire parler de lui dans les médias, se fait publier des 4x3 pour le denier du culte avec sa trombine, évidemment fer de lance des batailles anti-IVG. C'est une sorte de mélange de Rey-Di Falco...Un ami de mes beaux-parents, Michel Oronos, a fait un très bon bouquin sur le personnage: "Et don Aillet vint". Je te le conseille parce que ça résume bien la personnalité du gars. Si seulement il pouvait débarrasser le diocèse de sa présence. Au dernier carnaval à St Jean-de-Luz, certains ont fait une effigie lui ressemblant et l'ont brûlée sur la place publique. C'est te dire s'il est apprécié.

paroissiens-progressistes 29/04/2016 18:57

Françoise,

C'est révoltant, Mgr Aillet finira comme Mgr Barbarin s'il continue.

Merci !