Un ancien élève d'un prestigieux lycée jésuite parisien tente depuis des années, en vain, de dénoncer des actes pédophiles dont il a été victime et la Manif pour tous essaye de conquérir de l'Europe

Publié le 19 Avril 2016

L’OBS nous montre dans son article du lundi 18 avril 2016 qu’un ancien élève de la prestigieuse école jésuite Saint-Louis de Gonzague, rue Franklin (Paris 16e), tente depuis 2010 de dénoncer des agissements pédophiles dont il a été victime dans l’établissement. Mais la hiérarchie jésuite refuse d'enquêter, selon des informations de France Info.

Les faits remontent aux années 50, mais Jean-Pierre Martin-Vallas ne les a révélé que des années plus tard, après la mort de ses parents, qui étaient proches de l'auteur des attouchements. Il dit avoir été victime d'attouchements lors d'une colonie organisée par l'établissement. Il avait huit ans. Et il ne serait pas la seule victime : après avoir repris contact avec 1.000 anciens élèves, Jean-Pierre Martin-Vallas a reçu 10 témoignages du même type. Lorsqu'il transmet les témoignages à l'école en 2010, celle-ci refuse catégoriquement de diligenter une enquête interne, selon France Info.

L'affaire de pédophilie qui secoue l'église catholique à Lyon va-t-elle permettre de faire évoluer la situation ? Aujourd'hui, le père Grenet qui s'était opposé à l'enquête en 2010, dit "envisager de dire aux personnes qui ont été victimes que nous sommes disponibles pour les entendre." De là à ouvrir une enquête ? "Honnêtement je ne peux pas vous répondre aujourd'hui."

L’appel d’air qu’ont amené les victimes de prêtres pédophiles à Lyon libèrent une parole salutaire qui doit maintenant amener l’Église à un travail salutaire pour répondre à l’appel des victimes pour que cela ne se reproduise jamais. Un peu de courage, ouvrir une enquête sur ces cas dans l’école jésuite Saint-Louis de Gonzague serait salutaire.

Tandis qu’HuffingtonPost.fr nous montre aussi ce lundi que La Manif pour tous (LMPT) essaye de se renouveler alors que tous ses les combats nationaux ont presque tous disparu. Elle est confrontée à cette problématique depuis l'abandon de la loi Famille et l'enterrement de la PMA pour les couples de femmes. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que la dernière manifestation contre la politique gouvernementale remonte à plus d'un an et demi.

Alors qu'il se démène avec les partis de droite et d'extrême droite pour tenter d'imposer une réécriture de la loi Taubira après 2017, le collectif tente de mener son combat à une autre échelle, celle de l'Europe. Récemment, c'est le Conseil de l'Europe qui était dans leur collimateur pour un rapport recommandant la GPA dite altruiste.

Plus largement, depuis les élections européennes de 2014, l'ambition de fédérer l'opposition au mariage gay à l'échelle européenne est une ambition de Ludovine de la Rochère, la présidente de LMPT. Mais jusqu'à présent, les tentatives (dont Europe for Family) ont eu peu de débouchés, surtout par manque de structuration.

Pour y remédier, la présidente de La Manif pour tous a lancé -lundi 18 avril- un nouveau mouvement, avec son propre logo. Baptisée Mum, Dad and Kids (maman, papa et les enfants), l'initiative a une ambition simple: faire reconnaître par les autorités européennes que "le mariage est une union permanente et fidèle entre un homme et une femme voulant fonder une famille". C'est l'égérie hongroise des anti-mariage gay (Edit Frivaldszky) qui en a pris la tête de cette alliance constituée dans sept pays européens.

Il ne s'agit pas, comme certains le réclament pour la France, d'introduire cette définition dans un traité européen (la norme du plus haut niveau) mais d'en faire un "outil juridique". "Finalement, comme on ne sait plus de quoi on parle, les textes européens deviennent impossibles à interpréter et à appliquer. L’Union européenne a donc urgemment besoin de définitions claires et précises du mariage et de la famille. Nous proposons une définition de la famille qui est celle du socle commun européen", insistent les initiateurs, oubliant un peu vite que déjà 11 pays sur 28 ont déjà ouvert le mariage aux couples de même sexe.

Validée par la Commission européenne, le projet d'initiative a été enregistré à Bruxelles. Conformément aux règles en vigueur dans l'UE depuis 2011, il doit maintenant recevoir, d'ici à avril 2017 le soutient d'un million d'habitants de l'Union européenne (venant d'au moins un quart des états membres, soit 7 sur 28). Ce n'est qu'à cette condition qu'une suite lui sera éventuellement donnée. Si le quota de signataire est atteint, la Commission sera en effet obligée d'étudier les propositions d'actes juridiques qui lui seront soumises par le collectif. Qu'il agisse ou non, l'exécutif européen devra alors motiver son choix, dans un délai de trois mois.

La LMPT est-elle a ce point désespérée pour en arriver là. Sans doute, car là où ont été adoptés le mariage pour tous et l’adoption d’enfants par les couples de même sexe, on a pu voir que ces couples sont ne sont pas différents des autres et savent élever des enfants aussi bien que les couples hétérosexuels, ce qui a mis a mal les préjugés à leur encontre. Les derniers feux d’un mouvement qui n’avait qu’à offrir des préjugés d’un autre temps, sans doute.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article