Une enquête ouverte en vue de la béatification de Dorothy Day et Martin Kopp plaide pour la nomination par le pape d'un administrateur apostolique pour la succession de Mgr Huonder à Coire

Publié le 23 Avril 2016

Radio Vatican nous montre dans un de ses articles du jeudi 21avril 2016 que le pape François l’a citée parmi les quatre grands américains qui, par leur témoignage de vie, ont su incarner les valeurs fondamentales pour la construction d’un avenir meilleur : Dorothy Day, grande figure du christianisme social aux États-Unis, pourrait bientôt être élevée aux honneurs des autels. Cette militante catholique américaine morte en 1980 est devenue célèbre pour ses campagnes publiques en faveur de la justice sociale, des pauvres, des marginaux et des sans-abris.

Le cardinal Timothy Dolan, archevêque de New-York, a officiellement ouvert, mardi 19 avril 2016, l’enquête canonique visant à recueillir des témoignages sur sa vie et ses œuvres pour déterminer l’existence de vertus héroïques. Les résultats de cette enquête seront remis à la Congrégation pour la cause des saints en vue de sa béatification. Une cinquantaine de témoins devraient être entendus à partir de la semaine prochaine, tandis qu’une commission historique sera chargée de reconstruire le contexte culturel dans lequel Dorothy Day a exercé sa mission et des théologiens passeront au crible ses nombreux écrits.

Journaliste engagée contre les injustices sociales, convertie au catholicisme en 1927, à l’âge de 30 ans, Dorothy Day a créé en 1933 le mouvement des travailleurs catholiques, au cœur de la crise économique; un mouvement ouvrier pour défendre la non-violence et l’hospitalité envers les exclus de la société. Elle a par ailleurs fondé l’un des plus grands journaux catholiques des États-Unis, ainsi que des maisons d’accueil pour les pauvres qui se sont très vite répandues au-delà des frontières américaines. C’est sa foi chrétienne qui a soutenu son engagement social et politique. Dorothy Day a reçu le prix Pacem in Terris en 1972.

Dans son discours au Congrès le 24 septembre dernier, le pape l’a citée aux côtés de trois autres grands américains qui ont incarné des valeurs fondamentales qui resteront pour toujours dans l’esprit du peuple américain : le président Abraham Lincoln, qui a dirigé les États-Unis pendant la guerre de sécession, le pasteur Martin Luther King, militant pour les droits civiques des noirs et le moine trappiste Thomas Merton, pacifiste et pionnier du dialogue avec le bouddhisme.

Le pape a accéléré la béatification de Dorothy Day commencée en 2000 et qui a pris des longueurs du fait qu’il y avait pour les conservateurs de la curie une ambivalence dans les cercles ouvrier catholiques. D’ailleurs pour la curie romaine, tout ce qui avait pour cadre le monde ouvrier est vu comme gauchiste.

Tandis que cath.ch nous montre ce samedi 23 avril que Mgr Vitus Huonder, qui a fêté ses 74 ans le 21 avril dernier, remettra sa démission dans un an, son successeur devrait être un administrateur apostolique nommé directement par le pape. Il devrait avoir en priorité le souci de ramener la paix dans le diocèse, estime Mgr Martin Kopp, vicaire général du diocèse de Coire pour la Suisse centrale.

Martin Kopp souhaite, dans l’édition actuelle du bulletin paroissial d’Obwald, que la période de tourments qui affectent le diocèse prenne fin et que pour cela l’élection d’un nouvel évêque soit d’abord suspendue. Le pape devrait nommer directement un administrateur apostolique pour une période intérimaire. Son profil, selon le vicaire général du diocèse de Coire pour la Suisse centrale, serait celui d’un homme ayant le charisme de ramener la paix dans le diocèse et qui serait reconnu par toutes les parties.

Cette personne devrait préparer le terrain pour que, peut-être dans six ans, il puisse y avoir un choix responsable avec une meilleure participation de l’Église locale. Face à la réalité du diocèse de Coire, actuellement déchiré et divisé sur un certain nombre de questions, Martin Kopp plaide pour une pause, car “nous avons besoin de temps, de sorte qu’avant tout la confiance, la paix et la tranquillité puissent revenir”. Il souhaite que Coire, après une longue période de division – à l’exception de la période où Mgr Amédée Grab était évêque de Coire après le départ de Mgr Haas pour Vaduz -, puisse avoir enfin comme évêque une figure “intégrative”.

En Suisse, contrairement aux diocèses de Lausanne-Genève-Fribourg, de Sion et de Lugano – où l’évêque est nommé librement par le Saint-Siège – dans les diocèses de Coire, Bâle et St-Gall, les évêques sont élus selon diverses procédures. Dans le diocèse de Coire, l’élection de l’évêque est effectuée par le chapitre de la cathédrale. Elle se fait sur une liste de trois candidats proposés par le Saint-Siège. Ce droit du chapitre de la cathédrale est un privilège ecclésiastique.

Pour Martin Kopp, étant donné la situation polarisée que connaît le diocèse, l’actuel chapitre de la cathédrale aurait beaucoup de peine à se mettre d’accord sur un candidat. Pour lui, la meilleure solution est donc la nomination directe d’un administrateur apostolique par le Saint-Siège.

La solution d’un administrateur apostolique pour remplacer le controversé évêque de Coire, Mgr Vitus Huonder, pourra permettre de donner au diocèse de Coire une intégration plus grande aux fidèles qui ne sentent plus à leur place, là où un évêque divise plutôt que d’unir.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités de l'Eglise

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

M.W 23/04/2016 20:26

Paroissien-Progressiste

Dorothée Day, n'était-ce pas la Dame qui voulait concilier anarchisme et catholicisme ?

Cordialement

paroissiens-progressistes 24/04/2016 08:44

M.W,

Pas vraiment, elle avait eu des relations avec les socialistes, et elle était proche des mouvements réformateurs sociaux.

Merci !