L'Ukraine s'impose à l'issue d'un final haletant à l’Eurovision et 17 anciennes ministres de droite et de gauche signent une tribune pour en finir avec le sexisme

Publié le 15 Mai 2016

L'Ukraine s'impose à l'issue d'un final haletant à l’Eurovision et 17 anciennes ministres de droite et de gauche signent une tribune pour en finir avec le sexisme

francetvinfo.fr dimanche 15 mai 2016 nous montre que le suspense a duré jusqu'au bout lors de l’Eurovision le samedi 14 mai 2016. En séparant le vote des jurys professionnels de celui des téléspectateurs, les organisateurs ont laissé planer le doute sur l'identité du vainqueur jusqu'à la dernière minute du décompte des points. L'Ukraine s'impose finalement, avec 1944, une chanson très politique, peu appréciée par Moscou. "Une prestation et une victoire incroyables !", s'est enthousiasmé le président ukrainien, Petro Porochenko, sur Twitter.

Jamala, la grande gagnante, était très émue à l'issue de la cérémonie, au moment de réinterpréter son titre, inspiré par son histoire familiale. La chanson évoque la déportation par Staline des Tatars de Crimée, dont a été victime son arrière-grand-père. L'artiste explique l'avoir écrite "en état d'impuissance" après l'annexion de la péninsule ukrainienne par la Russie en mars 2014, insistant sur sa volonté de la "faire entendre" en Occident.

Comme le montre L’OBS la voix de Jamala, son émotion sur scène, les accents folkloriques de la chanson et la performance visuelle du numéro ont mis tout le monde d'accord. Rien de politique comme essaye de le faire croire les députés de la Douma russe, qui sont particulièrement mauvais perdant.

Tandis que RTL.fr ce dimanche nous aussi que six jours après le début de l'affaire Denis Baupin, les femmes politiques de tout bord promettent de ne plus se taire. Dix-sept anciennes ministres de droite comme de gauche lancent un appel pour la fin de l'impunité dans le Journal du Dimanche. Elles ont pris la plume pour dire "stop, cette fois, c'est trop !". Dans cette tribune, intitulée "L'impunité, c'est fini", les anciennes ministres font bloc. "Nous venons de bords différents mais nous partageons toutes la même volonté : que le sexisme n'ait pas sa place dans notre société".

L'appel est signé par Cécile Duflot, Aurélie Filippetti, Rama Yade ou encore Chantal Jouanno. Après l'affaire Denis Baupin, les propos déplacés de Michel Sapin et cinq ans jour pour jour après l'affaire DSK à New York, toutes ces femmes politiques veulent aujourd'hui briser le silence. Roselyne Bachelot ancienne ministre de la santé fait partie des signataires. "Ces agressions, ces harcèlements sexuels, ça existe dans tous les partis politiques. Les femmes doivent être solidaires. Ces combats doivent transgresser les frontières habituelles des différents partis. Il ne faut pas rester seule dans cette affaire. C'est la raison pour laquelle j'ai signé cet appel."

Il faut changer les choses, changer les mentalités et c'est au monde politique de montrer l'exemple. Alors Roselyne Bachelot évoque par exemple comme solution la création de cellules d'aide et d'écoute dans tous les partis politiques pour lutter contre le sexisme. Elles proposent aussi comme le montre Libération.fr l'«allongement des délais de prescription en matière d’agression sexuelle, la possibilité pour les associations compétentes de porter plainte en lieu et place des victimes, la fin de la correctionnalisation des viols», ou bien encore l'«instruction donnée aux parquets de poursuivre systématiquement en cas de harcèlement».

Il est bon que les femmes parlent pour briser la loi du silence à propos du harcèlement et des agressions sexuelles, car il est anormal qu’il existe encore aujourd’hui de tels actes et il est temps que le comportement des hommes change et que l’impunité cesse.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

gaetan ribault 16/05/2016 11:34

Dommage que les Etats Unis ne participent pas car un chanteur americain "Yamoto Ota "pourrait chanter la déportation de ses grands parents, américains d'origine japonaise, dans des camps de concentration aux States pendant la guerre

M.W 15/05/2016 21:01

Paroissien-Progressiste

Félicitation à l'Ukraine pour sa victoire de l'Eurovision, je devrai écouter cette chanson qui doit bien plaire à Annie Lacroix-Riz, elle devra être contente que son Staline bien aimé soit dépeint comme le massacreur des Tatars de Crimée elle qui nie sa responsabilité dans l'Hodomor.

Pour la pétition, et bien il faudra du temps pour que les mentalités des messieurs évoluent, cela me rappelle qu'une fois j'ai vu un sondage de l'Est Républicain qui mentionne l'opinion des messieurs sur le viol, 10% d'entre eux pensent que si une femme dit non en fait elle pense oui et 35% pensent que si la femme se fait violer c'est sûrement parce qu'elle a chauffé le violeur. C'est effarant, j'en suis tombé par terre en voyant ces résultats.

Cordialement