La Pentecôte, un récit des Actes des Apôtres qui a besoin d'une relecture

Publié le 15 Mai 2016

La Pentecôte, un récit des Actes des Apôtres qui a besoin d'une relecture

Le récit de la Pentecôte dans Actes 2, 1-42 fait suite au passage qui montre comment la communauté chrétienne commence à s'organiser, mais il y a peu de chance que c'était à Jérusalem, mais plutôt en Galilée, à Capharnaüm dans la maison de Pierre ou à Magdala, dans la maison de Marie de Magdala.

Sont présents dans la chambre haute Pierre, Jean, Jacques, André, Philippe, Thomas, Barthélémy, Matthieu, Jacques, fils d'Alphée, Simon le Zélote, et Jude, fils de Jacques. Se trouve également parmi eux Marie, la mère de Jésus et les frères de Jésus (Actes 1, 13-14). On cite le remplacement de Judas par Matthias. Il semble que Judas ne s'est pas suicidé et qu'il fait toujours partie des 12, c'est sans doute Pierre que l'on remplace, puisqu'il va devenir le porte parole du groupe. Matthias est choisit par tirage au sort (Actes 1, 23-26), même si cette pratique vient sans doute de l'auteur, car elle est grecque. Il serait plus probable que pour un mouvement synagogal, le vote s'est fait à main lever pour éviter toute contestation. Ce groupe restreint qui devait se composer d'une vingtaine de personnes se base sur l'étude de la Torah, des paroles de Jésus, mais aussi sur la prière et les repas en commun.

L'événement qui va faire bouger le mouvement de Jésus a lieu durant la fête de Chavouot à Jérusalem, lors d'un pèlerinage où se trouvait la communauté chrétienne naissante. Il aurait eu lieu 2 ou 3 ans après la mort de Jésus. Cela n'aurait rien d'étonnant, si Jésus avant de partir leur avait fait savoir que c'est durant cette fête qu'un événement montrerait au grand jour le Royaume des cieux, car ce jour était la célébration de l'Alliance entre Dieu et Moïse, mais aussi celui de l'instauration de la Torah. Durant le Ier siècle, c'était l'un des grands pèlerinages annuels, célébré par certains juifs hellénisés.

Contrairement à ce que dit le texte, ce n'est pas un bruit qui est venu du ciel qui attire les gens devant la maison où logent les vingtaines de personnes qui gardent en mémoire l'enseignement de Jésus. Les gens proches des lieux entendent du bruit (Actes 2, 5-6). Sans doute les personnes à l'intérieur ont déplacé des meubles pour réfléchir, discuter et décider de ce qu'ils allaient faire. Ils sortent ensuite et se mettent à parler la langue des pèlerins (Actes 2, 6-12). Cela n'a rien d'étonnant, vu que les disciples étaient de la classe moyenne comme Jésus (pêcheurs, artisans, voire des notables locaux, un est même publicain, on trouve aussi de riches veuves), et ils devaient savoir parler le grec, langue usitée en Occident et l'araméen en Orient, tandis que l'hébreu était la langue religieuse.

C'est à ce moment-là que Pierre se met en avant avec les 12 apôtres pour faire un discours qui va marquer l'histoire de la chrétienté (Actes 2, 14-36). Il fait un résumé des activités de Jésus qu'il présente comme un prophète charismatique et guérisseur, qui a été livré aux Romains pour être crucifié (Actes 2, 22-24), puis il leur annonce que Dieu a ramené Jésus à la vie (Actes 2, 24-25). Pierre a-t-il eu en tête cette prophétie dans Isaïe 53, 10 pour annoncer la résurrection de Jésus : "Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, il verra une postérité et prolongera ses jours." La résurrection d'un seul homme n'allait pas de soi, puisqu'elle devait être nationale, donc Pierre semble juste indiquer que la résurrection de Jésus est le commencement de celle-ci. Par la suite, Pierre déclare que Jésus est le Messie (Actes 2, 36), un roi qui s'oppose au tout puissant pouvoir de Rome en voulant libérer Israël. Les disciples croient que le grand jour va venir.

La conviction de Pierre semble atteindre une partie de l'auditoire (Actes 2, 37). À ceux qui viennent le voir, il leur dit de changer de vie comme l'a fait Jésus lors de son annonce du Royaume des cieux, un État qui par son existence s'oppose à l'empire romain, et qui devait être proche, puis il leur demande de se faire baptiser, un geste qui est un rite d'initiation pour entrer dans un groupe d'élu et cela montre qu'ils décident de passer dans un stade plus engagé (Actes 2, 38). Ceux qui rejoignent le groupe devaient tout au plus être une dizaine, au lieu des 3000 annoncés dans Actes 2, 41. C'est un début modeste pour le mouvement de Pierre, mais c'est un bon début au vu de comment va se répandre le christianisme par la suite.

Merci et bonne fête de la Pentecôte !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Culture biblique

Repost 0
Commenter cet article

dumonceau 13/03/2017 21:13

Grâve ce que vous faites ! Vous ne lisez pas la vraie Bible où le saint Esprit descend comme des langues de feu sur les apôtres et Marie,.....des déplacements de meubles: je rigoles.
Justement de nombreux prophètes actuels reçoivent des messages du Christ sur les détournements des écrits divins par des Chrétiens. Sur ces Chrétiens dont Jésus dit qu'ils ne veulent plus reconnaitre son sacrifice divin durant les messes. Non ce n'est pas du masochismes, c'est un sacrifice perpétuel de guérison et de rédemption que Jésus a voulu, c'est cela la vraie Miséricorde de Dieu. Que le précieux sang du Christ qui inondent les autels vous couvre complètement pour vous guérir et vous libérer de l'emprise de Satan sur vos âmes. Amen

paroissiens-progressistes 15/03/2017 09:14

Dumonceau,

Vos prophètes je vous les laisse. Ils restent sur la forme, mais ils ne comprennent pas la vie des gens et que l'Eglise a besoin de réformes. Ils préférent rester sur une Tradition immobile, qui ne bouge jamais et qui finit par devenir stérile. Comme le disait Jésus on ne met pas du vin nouveau dans des de vieilles outres.

Merci !

Pierre-Marie Empis 17/05/2016 07:49

Svp quelles sont vos sources pour votre texte concernant la Pentecôte ? Merci !

paroissiens-progressistes 17/05/2016 11:15

Pierre-Marie,

Tu peux aussi en attendant regarder deux documentaire qu'on trouve sur internet : L’avènement du christianisme et La vie secrète des apôtres (le titre est juste une accroche, pas besoin de s'inquiéter).

Merci !

paroissiens-progressistes 17/05/2016 11:12

Pierre-marie,

Ce sont : Marie-Émile Boismard (Le Texte occidental des Actes des apôtres. Reconstitution et réhabilitation, avec A. Lamouille, Édition nouvelle entièrement refondue (Études bibliques NS 40), Paris, J. Gabalda, 2000), Étienne Nodet et Justin Taylor (Essai sur les origines du christianisme, éd. Cerf, 1998), Etienne Trocmé (L'enfance du christianisme, Hachette, coll. « Pluriel », 1999) et Daniel Marguerat Daniel Marguerat (dir. et al., Introduction au Nouveau Testament : Son histoire, son écriture, sa théologie, Genève, Labor et Fides, 2008, 4e éd., 540 p).

Je n'avais pas cité ces ouvrages, car l'article venait d'une discussion avec mon frère et que je meublais en attendant le prochain article de ce dernier sur le sujet plus explicatif que le mien et qui reprendra plus largement ces sources.

Merci !