Le 15 mai : Global Debout

Publié le 16 Mai 2016

Le 15 mai : Global Debout

Comme le signale BFMTV.com et Libération.fr la date est symbolique, le moment stratégique. Le collectif "Nuit Debout" avait appelé à des mobilisations similaires à travers le monde dimanche 15 mai, date anniversaire du mouvement espagnol des Indignés.

Signe que l'appel a été entendu, 130 villes en Europe (même à Moscou) mais aussi au Canada, au Mexique en Argentine, au Brésil au Japon ou en Australie, ont organisé dimanche des assemblées publiques à l’image de "Nuit Debout". À Madrid, en Espagne, plusieurs milliers de personnes, partis de la place de la mairie, ont rejoint en fin d’après-midi, et sous le soleil, la Puerta del Sol, l’endroit où, il y a cinq ans jour pour jour, démarrait le mouvement des «Indignados», également appelé mouvement du 15 mai. Les Espagnols mettent ainsi beaucoup d’espoir dans le mouvement français qui, espèrent-ils, pourrait relancer celui des indignés en Espagne.

Au même moment, à Athènes, entre 200 et 300 Grecs se rassemblaient sur la place Syntagma, où le mouvement des indignés s’était développé en 2011. C’est là aussi que Syriza avait pris son envol. Aujourd’hui, le parti de la gauche radicale et son leader, Aléxis Tsípras, sont au gouvernement, sans avoir réussi à répondre à la frustration des Grecs. Environ 150 personnes se sont retrouvées à Bruxelles, et une "centaine de personnes", selon une participante, se sont rassemblées à Berlin sur une place du quartier de Kreuzberg. Tandis qu’au Mexique, le mouvement est peu connu et les Mexicains sont venus peu nombreux, le mouvement devra faire la convergence des luttes pour que le modèle Nuit debout, sans étiquette syndicale ni lien avec des partis politiques, ait toute sa place au Mexique.

Le plus gros des rassemblements reste tout de même en France, avec 266 assemblées à travers le pays. À Toulouse, environ 600 personnes étaient réunies dans la soirée au pied de l'Hôtel de ville. Dans la capitale, plus de 1500 personnes, jeunes et moins jeunes, venues en famille ou entre amis, sont venues place de la République débattre de thèmes aussi variés que l'art, la Françafrique ou la Palestine. À Marseille, une petite assemblée se trouvait sur le Vieux-Port. NuitDebout.fr nous signale également que des Espagnols, des Italiens, des Londoniens sont intervenus à l’assemblée parisienne, alors que des Français, et des Italiens sont intervenus à l’assemblée de Bruxelles.

Enfin comme le montre francetvinfo.fr, Nuit debout a d'ailleurs appelé à une campagne internationale contre les marques "qui se comportent le plus mal". La campagne, baptisée "NOlist", a pour but de cibler une nouvelle marque tous les 15 jours-trois semaines. "On ira vite, on ira loin, ce n'est que le commencement", assure un militant, expliquant qu'il s'agit de "créer et animer la 'bourse de la peur'", avec une "liste (de marques) votée en temps réel" par les internautes.

Nuit Debout s’internationalise et c’est sans doute le meilleur choix, car pour que la politique change il faut la brusquer et s’opposer durablement à des décisions n’allant pas dans le sens de la population partout où elles se trouvent.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Commenter cet article

gaetan ribault 18/05/2016 20:23

l'internationalisation de "Nuit debout" est nettement plus facile pour les gars de LA