Le pape reçoit le prix Charlemagne et exhorte l'Europe à "construire des ponts et abattre des murs"

Publié le 6 Mai 2016

RTL.fr nous montre qu’à l'occasion de sa remise du prix Charlemagne 2016 au Vatican, le pape François a invité les Européens à oser un changement radical de modèle, pour aller vers une Europe plus ouverte mais aussi plus sociale.

Vendredi 6 mai, le pape a reçu le prix international Charlemagne d'Aix-la-Chapelle. Cette distinction récompense chaque année une personnalité qui a contribué par son engagement à unifier l'Europe. Le souverain pontife en a profité pour faire passer un message d'ouverture à tous les Européens.

"Les projets des Pères fondateurs (de l'UE), hérauts de la paix et prophètes de l'avenir, ne sont pas dépassés", a lancé le Saint-Père, invitant l'Europe "aujourd'hui plus que jamais, à construire des ponts et à abattre des murs". Il a également exhorté les Européens à oser un changement radical de modèle, pour aller vers une Europe plus ouverte mais aussi plus sociale, au moment où, a-t-il souligné, le chômage fait des ravages en particulier chez les jeunes.

Jorge Bergoglio a également déploré que cette Union européenne ne se contente en ce moment que de "retouches cosmétiques ou de compromis bancals", notamment en matière d'accueil des migrants, dont il s'est fait un grand défenseur, n'hésitant pas à monter l'exemple. Le Pape a ainsi rappelé que "l'identité européenne est, et a toujours été, une identité dynamique et multiculturelle".

De nombreux dirigeants européens dont la chancelière allemande Angela Merkel, étaient présents à la remise du prix qui se déroulait exceptionnellement au Vatican à la demande du pape et non à Aix-la-Chapelle. Un symbole, car la ville anciennement impériale, est située à la frontière allemande avec la Belgique et les Pays-Bas.

Souvent, ce prix a été remis à des personnalités politiques comme Winston Churchill en 1955, François Mitterrand en 1988 ou encore Valéry Giscard d'Estaing en 2003. Peu de représentants religieux ont été choisis jusqu'à présent. Le frère Roger Schutz de la communauté chrétienne de Taizé l'a par exemple reçu en 1989. En 2004, le pape Jean-Paul II a obtenu quant à lui un "Prix Charlemagne extraordinaire".

Le prix Charlemagne est décerné depuis 1950 à Aix-la-Chapelle. Il fut créé afin de soutenir les efforts de rapprochements des pays européens dans un contexte difficile d'après-guerre. Son nom n'est pas anodin. Charlemagne, aussi appelé "Père de l'Europe", est le souverain du premier empire européen. C'est un Comité comprenant le maire de la ville, le recteur de l'Université aixoise et huit citoyens d'Aix-la-Chapelle, qui choisit le lauréat. 5000 euros et une médaille sur laquelle figure Charlemagne assis sur son trône lui sont donnés symboliquement.

Il est bon de rappeler à l’Europe son "identité dynamique multiculturelle" qui doit la pousser à l’ouverture plus particulièrement envers les réfugiés syriens, alors qu’au Canada un collectif de réfugiés syriens, reconnaissant au Canada de les avoir accueillis à bras ouverts, a souhaité leur rendre la pareille montrant aussi à l’Europe que les préjugés à leur encontre viennent d’une méconnaissance comme le montre HuffingtonPost.fr. Il propose son aide aux victimes de l'incendie de Fort Mc Murray dans l'Alberta via une page Facebook appelant les réfugiés à réunir des victuailles et des produits de première nécessité. Il y a eu aussi la solidarité témoignée par les réfugiés de la région de Manchester, qui ont mis la main à la pâte pour nettoyer les rues lors des graves inondations de Rochdale, fin décembre 2015. Comme quoi la solidarité n’a pas d’origine, pas de couleur, ni de préjugés.

Merci !

Rédigé par paroissiens-progressistes

Publié dans #Actualités

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article